Make your own free website on Tripod.com
La Bible et Le Coran D'André Chouraqui En Ligne
Entête

TORA

Entête ­ Béréshit ­ Genèse

Liminaire pour Entête

     Genesis (Genèse), titrait la traduction grecque des Septante. Beréshit, dit l’hébreu, suivant en cela le premier mot du texte, Beréshit: Entête. Et, de fait, ce livre ne cesse pas d’être l’Entête du Pentateuque et de la Bible tout entière. Non seulement il rapporte la genèse du monde, mais il donne aussi la clé du Livre. Ce volume, qui commence par décrire les origines de l’univers et de l’humanité, est l’irréfutable témoin d’une des plus profondes expériences, à jamais actuelle, de l’esprit en quête de ses racines et de ses finalités.

     L’oeuvre est composée comme une symphonie. L’auteur débute par le thème le plus général qui se puisse concevoir: la création de l’univers. De là il passe à celle de l’humanité, au récit de sa chute que suit le premier assassinat, le meurtre d’Èbèl (Abel) par son frère Caïn (Caïn). Puis vient le déluge, après lequel l’humanité prend un nouveau départ. Abrahâm (Abraham), descendant de Noah (Noé), est un nouvel Adâm autour de qui s’articule l’histoire d’un peuple. Ainsi la symphonie traite-t-elle de thèmes de plus en plus restreints. Le récit continue en maniant les genres avec maîtrise: les dialogues de IHVH-Adonaï et d’Abrahâm, le pacte et la promesse, la rencontre de Malki-Sèdèq (Melchisédech) à Shalèm (Jérusalem), l’épisode savoureux de l’annonciation d’Is’hac (Isaac), le bannissement d’Ishma‘él (Ismaël), et enfin l’un des sommets de la littérature biblique: le récit du sacrifice offert par Abrahâm (ch. 22).

     Les histoires de Ia‘acob (Jacob) et de Iosseph (Joseph) terminent allégrement le livre sur le thème de la réconciliation et du salut d’Israël et des nations, la promesse faite aux Hébreux du don de leur pays étant confirmée.

     La guerre des rois, rapportée au ch. 14, est un texte très ancien, que certains supposent avoir été écrit en akkadien ou en cananéen, puis traduit en hébreu, et dont plusieurs protagonistes sont difficiles à identifier.

     La tradition judéo-chrétienne attribue la paternité de ce volume, comme d’ailleurs de tout le Pentateuque (la Tora), à Moshè (Moïse). Cependant, dès le IIe siècle de notre ère, des voix s’élèvent qui mettent en cause cette attribution. Au XIIe siècle, Abrahâm ibn ‘Ezra (Espagne) fait remarquer que plusieurs passages du Pentateuque, notamment le verset 9 du chapitre 31 du Deutéronome, ne pouvaient se concilier avec la thèse traditionnelle. Il fallut cependant attendre les premiers essais de la critique biblique, au XVIIe siècle, pour voir le problème sérieusement soulevé.

     C’est alors que Baruch Spinoza et Richard Simon ouvrent la voie à un courant de pensée qui aboutira à la théorie documentaire, adoptée aujourd’hui par la quasi-unanimité des exégètes: le Pentateuque n’est pas l’oeuvre d’un seul homme, Moshè; c’est une collection d’écrits rédigés, au cours des siècles, par de nombreux écrivains. Les exégètes fondent leurs conclusions sur des anachronismes, sur l’alternance dans le texte de noms différents pour désigner Dieu, sur la diversité du vocabulaire, du style, et même de l’inspiration. Auprès d’un premier document dit yahwiste (J), il existerait une source élohiste (E), un document sacerdotal (P), et enfin une tradition deutéronomiste (D), tout entière contenue dans le dernier livre du Pentateuque.

     Si le morcellement de l’ouvrage semble indéniable quant à son origine, le texte, cependant, résiste à ce traitement de la critique. Il garde une incontestable unité et ne cesse de s’imposer à nous, tant par son contenu que par son style et sa composition.

Chapitre 1.

Sept jours

1.     ENTÊTE Elohîms créait les ciels et la terre,
2.     la terre était tohu-et-bohu,
une ténèbre sur les faces de l’abîme,
mais le souffle d’Elohîms planait sur les faces des eaux.
3.     Elohîms dit: « Une lumière sera. »
Et c’est une lumière.
4.     Elohîms voit la lumière: quel bien !
Elohîms sépare la lumière de la ténèbre.
5.     Elohîms crie à la lumière: « Jour. »
À la ténèbre il avait crié: « Nuit. »
Et c’est un soir et c’est un matin: jour un.
6.     Elohîms dit: « Un plafond sera au milieu des eaux:
il est pour séparer entre les eaux et entre les eaux. »
Elohîms fait le plafond.
7.     Il sépare les eaux sous le plafond des eaux sur le plafond.
Et c’est ainsi.
8.     Elohîms crie au plafond: « Ciels. »
Et c’est un soir et c’est un matin: jour deuxième.
9.     Elohîms dit: « Les eaux s’aligneront sous les ciels
vers un lieu unique, le sec sera vu. »
Et c’est ainsi.
10.     Elohîms crie au sec: « Terre. »
À l’alignement des eaux, il avait crié: « Mers. »
Elohîms voit: quel bien !
11.     Elohîms dit: « La terre gazonnera du gazon,
herbe semant semence,
arbre-fruit faisant fruit pour son espèce,
dont la semence est en lui sur la terre. »
Et c’est ainsi.
12.     La terre fait sortir le gazon,
herbe semant semence, pour son espèce
et arbre faisant fruit, dont la semence est en lui, pour son espèce.
Elohîms voit: quel bien !
13.     Et c’est un soir et c’est un matin: jour troisième.
14.     Elohîms dit: « Des lustres seront au plafond des ciels,
pour séparer le jour de la nuit.
Ils sont pour les signes, les rendez-vous, les jours et les ans.
15.     Ce sont des lustres au plafond des ciels pour illuminer sur la terre. »
Et c’est ainsi.
16.     Elohîms fait les deux grands lustres,
le grand lustre pour le gouvernement du jour,
le petit lustre pour le gouvernement de la nuit et les étoiles.
17.     Elohîms les donne au plafond des ciels pour illuminer sur la terre,
18.     pour gouverner le jour et la nuit,
et pour séparer la lumière de la ténèbre.
Elohîms voit: quel bien !
19.     Et c’est un soir et c’est un matin: jour quatrième.
20.     Elohîms dit: « Les eaux foisonneront d’une foison d’êtres vivants,
le volatile volera sur la terre, sur les faces du plafond des ciels. »
21.     Elohîms crée les grands crocodiles, tous les êtres vivants, rampants,
dont ont foisonné les eaux pour leurs espèces,
et tout volatile ailé pour son espèce.
Elohîms voit: quel bien !
22.     Elohîms les bénit pour dire:
« Fructifiez, multipliez, emplissez les eaux dans les mers,
le volatile se multipliera sur terre. »
23.     Et c’est un soir et c’est un matin: jour cinquième.
24.     Elohîms dit: « La terre fera sortir l’être vivant pour son espèce,
bête, reptile, le vivant de la terre pour son espèce. »
Et c’est ainsi.
25.     Elohîms fait le vivant de la terre pour son espèce,
la bête pour son espèce et tout reptile de la glèbe pour son espèce.
Elohîms voit: quel bien !
26.     Elohîms dit: « Nous ferons Adâm ­ le Glébeux ­
à notre réplique, selon notre ressemblance.
Ils assujettiront le poisson de la mer, le volatile des ciels,
la bête, toute la terre, tout reptile qui rampe sur la terre. »
27.     Elohîms crée le glébeux à sa réplique,
à la réplique d’Elohîms, il le crée,
mâle et femelle, il les crée.
28.     Elohîms les bénit. Elohîms leur dit:
« Fructifiez, multipliez, emplissez la terre, conquérez-la.
Assujettissez le poisson de la mer, le volatile des ciels,
tout vivant qui rampe sur la terre. »
29.     Elohîms dit: « Voici, je vous ai donné
toute l’herbe semant semence, sur les faces de toute la terre,
et tout l’arbre avec en lui fruit d’arbre, semant semence:
pour vous il sera à manger.
30.     Pour tout vivant de la terre, pour tout volatile des ciels,
pour tout reptile sur la terre, avec en lui être vivant,
toute verdure d’herbe sera à manger. »
Et c’est ainsi.
31.     Elohîms voit tout ce qu’il avait fait, et voici: un bien intense.
Et c’est un soir et c’est un matin: jour sixième.

Chapitre 2.

Jardin en ‘Édèn

1.     Ils sont achevés, les ciels, la terre et toute leur milice.
2.     Elohîms achève au jour septième son ouvrage qu’il avait fait.
Il chôme, le jour septième, de tout son ouvrage qu’il avait fait.
3.     Elohîms bénit le jour septième, il le consacre:
oui, en lui il chôme de tout son ouvrage qu’Elohîms crée pour faire.
4.     Voilà les enfantements des ciels et de la terre en leur création,
au jour de faire IHVH-Adonaï Elohîms terre et ciels.
5.     Tout buisson du champ n’était pas encore en terre,
toute herbe du champ n’avait pas encore germé:
oui, IHVH-Adonaï Elohîms n’avait pas fait pleuvoir sur la terre,
et de glébeux, point, pour servir la glèbe.
6.     Mais une vapeur monte de la terre,
elle abreuve toutes les faces de la glèbe.
7.     IHVH-Adonaï Elohîms forme le glébeux ­ Adâm, poussière de la glèbe ­ Adama.
Il insuffle en ses narines haleine de vie:
et c’est le glébeux, un être vivant.
8.     IHVH-Adonaï Elohîms plante un jardin en ‘Édèn au levant.
Il met là le glébeux qu’il avait formé.
9.     IHVH-Adonaï Elohîms fait germer de la glèbe tout arbre
convoitable pour la vue et bien à manger,
l’arbre de la vie, au milieu du jardin
et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.
10.     Un fleuve sort de l’‘Édèn pour abreuver le jardin.
De là, il se sépare: il est en quatre têtes.
11.     Nom de l’un, Pishôn, qui contourne toute la terre de Havila,
là où est l’or.
12.     L’or de cette terre est bien
et là se trouvent le bdellium et la pierre d’onyx.
13.     Nom du deuxième fleuve: Guihôn,
qui contourne toute la terre de Koush.
14.     Nom du troisième fleuve: Hidèqèl, qui va au levant d’Ashour.
Le quatrième fleuve est le Perat.
15.     IHVH-Adonaï Elohîms prend le glébeux et le pose au jardin d’‘Édèn,
pour le servir et pour le garder.
16.     IHVH-Adonaï Elohîms ordonne au glébeux pour dire:
« De tout arbre du jardin, tu mangeras, tu mangeras,
17.     mais de l’arbre de la connaissance du bien et du mal,
tu ne mangeras pas,
oui, du jour où tu en mangeras, tu mourras, tu mourras. »
18.     IHVH-Adonaï Elohîms dit: « Il n’est pas bien pour le glébeux d’être seul !
Je ferai pour lui une aide contre lui. »
19.     IHVH-Adonaï Elohîms forme de la glèbe tout animal du champ,
tout volatile des ciels,
il les fait venir vers le glébeux pour voir ce qu’il leur criera.
Tout ce que le glébeux crie à l’être vivant, c’est son nom.
20.     Le glébeux crie des noms pour toute bête,
pour tout volatile des ciels, pour tout animal du champ.
Mais au glébeux, il n’avait pas trouvé d’aide contre lui.
21.     IHVH-Adonaï Elohîms fait tomber une torpeur sur le glébeux. Il sommeille.
Il prend une de ses côtes, et ferme la chair dessous.
22.     IHVH-Adonaï Elohîms bâtit la côte, qu’il avait prise du glébeux, en femme.
Il la fait venir vers le glébeux.
23.     Le glébeux dit:
« Celle-ci, cette fois, c’est l’os de mes os, la chair de ma chair,
à celle-ci il sera crié femme ­ Isha ­:
oui, de l’homme ­ Ish ­ celle-ci est prise. »
24.     Sur quoi l’homme abandonne son père et sa mère:
il colle à sa femme et ils sont une seule chair.
25.     Les deux sont nus, le glébeux et sa femme: ils n’en blêmissent pas.

Chapitre 3.

Un serpent nu

1.     Le serpent était nu,
plus que tout vivant du champ qu’avait fait IHVH-Adonaï Elohîms.
Il dit à la femme: « Ainsi Elohîms l’a dit:
‹ Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin ›... »
2.     La femme dit au serpent:
« Nous mangerons les fruits des arbres du jardin,
3.     mais du fruit de l’arbre au milieu du jardin, Elohîms a dit:
‹ Vous n’en mangerez pas, vous n’y toucherez pas,
afin de ne pas mourir ›. »
4.     Le serpent dit à la femme:
« Non, vous ne mourrez pas, vous ne mourrez pas,
5.     car Elohîms sait que du jour où vous en mangerez
vos yeux se dessilleront et vous serez comme Elohîms,
connaissant le bien et le mal. »
6.     La femme voit que l’arbre est bien à manger,
oui, appétissant pour les yeux,
convoitable, l’arbre, pour rendre perspicace.
Elle prend de son fruit et mange.
Elle en donne aussi à son homme avec elle et il mange.
7.     Les yeux des deux se dessillent, ils savent qu’ils sont nus.
Ils cousent des feuilles de figuier et se font des ceintures.
8.     Ils entendent la voix de IHVH-Adonaï Elohîms
qui va dans le jardin au souffle du jour.
Le glébeux et sa femme se cachent, face à IHVH-Adonaï Elohîms,
au milieu de l’arbre du jardin.
9.     IHVH-Adonaï Elohîms crie au glébeux, il lui dit: « Où es-tu ? »
10.     Il dit: « J’ai entendu ta voix dans le jardin et j’ai frémi;
oui, moi-même je suis nu et je me suis caché. »
11.     Il dit: « Qui t’a rapporté que tu es nu ?
L’arbre dont je t’avais ordonné de ne pas manger, en as-tu mangé ? »
12.     Le glébeux dit: « La femme qu’avec moi tu as donnée
m’a donné de l’arbre, elle, et j’ai mangé. »
13.     IHVH-Adonaï Elohîms dit à la femme: « Qu’est-ce que tu as fait ? »
La femme dit: « Le serpent m’a abusée et j’ai mangé. »
14.     IHVH-Adonaï Elohîms dit au serpent: « Puisque tu as fait cela,
tu es honni parmi toute bête, parmi tout vivant du champ.
Tu iras sur ton abdomen et tu mangeras de la poussière
tous les jours de ta vie.
15.     Je placerai l’inimitié entre toi et entre la femme,
entre ta semence et entre sa semence.
Lui, il te visera la tête et toi tu lui viseras le talon. »
16.     À la femme, il a dit: « Je multiplierai, je multiplierai
ta peine et ta grossesse, dans la peine tu enfanteras des fils.
À ton homme, ta passion: lui, il te gouvernera. »
17.     Au glébeux, il dit:
« Oui, tu as entendu la voix de ta femme et mangé de l’arbre,
dont je t’avais ordonné pour dire: ‹ Tu n’en mangeras pas. ›
Honnie est la glèbe à cause de toi.
Dans la peine tu en mangeras tous les jours de ta vie.
18.     Elle fera germer pour toi carthame et chardon: mange l’herbe du champ.
19.     À la sueur de tes narines, tu mangeras du pain
jusqu’à ton retour à la glèbe dont tu as été pris.
Oui, tu es poussière, à la poussière tu retourneras. »
20.     Le glébeux crie le nom de sa femme: Hava-Vivante.
Oui, elle est la mère de tout vivant.
21.     IHVH-Adonaï Elohîms fait au glébeux et à sa femme
des aubes de peau et les en vêt.
22.     IHVH-Adonaï Elohîms dit:
« Voici, le glébeux est comme l’un de nous pour connaître le bien et le mal.
Maintenant, qu’il ne lance pas sa main,
ne prenne aussi de l’arbre de vie, ne mange et vive en pérennité ! »
23.     IHVH-Adonaï Elohîms le renvoie du jardin d’‘Édèn,
pour servir la glèbe dont il fut pris.
24.     Il expulse le glébeux
et fait demeurer au levant du jardin d’‘Édèn les Keroubîm
et la flamme de l’épée tournoyante
pour garder la route de l’arbre de vie.

Chapitre 4.

Caîn et Èbèl

1.     Adâm pénètre Hava, sa femme. Enceinte, elle enfante Caïn.
Elle dit: « J’ai eu un homme avec IHVH-Adonaï. »
2.     Elle ajoute à enfanter son frère, Èbèl.
Et c’est Èbèl, un pâtre d’ovins. Caïn était un serviteur de la glèbe.
3.     Et c’est au terme des jours,
Caïn fait venir des fruits de la glèbe en offrande à IHVH-Adonaï.
4.     Èbèl a fait venir, lui aussi, des aînés de ses ovins et leur graisse.
IHVH-Adonaï considère Èbèl et son offrande.
5.     Caïn et son offrande, il ne les considère pas.
Cela brûle beaucoup Caïn, ses faces tombent.
6.     IHVH-Adonaï dit à Caïn: « Pourquoi cela te brûle-t-il,
pourquoi tes faces sont-elles tombées ?
7.     N’est-ce pas, que tu t’améliores à porter
ou que tu ne t’améliores pas,
à l’ouverture, la faute est tapie; à toi, sa passion. Toi, gouverne-la. »
8.     Caïn dit à Èbèl, son frère... Et c’est quand ils sont au champ,
Caïn se lève contre Èbèl, son frère, et le tue.
9.     IHVH-Adonaï dit à Caïn: « Où est ton frère Èbèl ? »
Il dit: « Je ne sais pas. Suis-je le gardien de mon frère, moi-même ? »
10.     Il dit: « Qu’as-tu fait ?
La voix des sangs de ton frère clame vers moi de la glèbe.
11.     Maintenant tu es honni plus que la glèbe dont la bouche a béé
pour prendre les sangs de ton frère de ta main.
12.     Oui, tu serviras la glèbe: elle n’ajoutera pas à te donner sa force.
Tu seras sur la terre mouvant, errant. »
13.     Caïn dit à IHVH-Adonaï: « Mon tort est trop grand pour être porté.
14.     Voici, aujourd’hui tu m’as expulsé sur les faces de la glèbe.
Je me voilerai face à toi. Je serai mouvant, errant sur la terre:
et c’est qui me trouvera me tuera. »
15.     IHVH-Adonaï lui dit: « Ainsi, tout tueur de Caïn subira sept fois vengeance. »
IHVH-Adonaï met un signe à Caïn,
pour que tous ceux qui le trouvent ne le frappent pas.
16.     Caïn sort face à IHVH-Adonaï et demeure en terre de Nod au levant de l’‘Édèn.
17.     Caïn pénètre sa femme.
Enceinte, elle enfante Hanokh. Il bâtit une ville
et crie le nom de la ville, comme le nom de son fils: Hanokh.
18.     ‘Irad est enfanté pour Hanokh. ‘Irad fait enfanter Mehouyaél.
Mehouyaél fait enfanter Metoushaél.
Metoushaél fait enfanter Lèmèkh.
19.     Lèmèkh se prend deux femmes.
Nom de l’une, ‘Ada. Nom de la deuxième, Sila.
20.     ‘Ada enfante Iabal, il est le père de qui habite la tente et le cheptel.
21.     Nom de son frère, Ioubal.
Il est le père de tout saisisseur de lyre et de viole.
22.     Sila elle aussi a enfanté Toubal-Caïn, marteleur de tout,
artisan du bronze et du fer; et la soeur de Toubal-Caïn, Na‘ama.
23.     Lèmèkh dit à ses femmes:
« ‘Ada et Sila, entendez ma voix, femmes de Lèmèkh, écoutez mon dit:
oui, j’ai tué un homme pour ma blessure, un enfant pour ma plaie.
24.     Oui, Caïn subira vengeance sept fois et Lèmèkh soixante-dix et sept. »
25.     Adâm pénètre encore sa femme, elle enfante un fils.
Elle crie son nom, Shét:
« Oui, Elohîms m’a placé une autre semence à la place d’Èbèl:
oui, Caïn l’a tué. »
26.     Pour Shét aussi il a été enfanté un fils. Il crie son nom: Enosh.
Alors, le nom de IHVH-Adonaï commençait à être crié.

Chapitre 5.

Enfantements

1.     Voici l’acte des enfantements d’Adâm:
au jour où Elohîms crée Adâm, à la ressemblance d’Elohîms, il les fait.
2.     Mâle et femelle, il les crée et les bénit.
Il crie leur nom. Adâm au jour de leur création.
3.     Adâm vit cent trente ans, fait enfanter à sa ressemblance,
selon sa réplique et crie son nom, Shét.
4.     Et ce sont les jours d’Adâm
après avoir fait enfanter Shét: huit cents ans.
Il fait enfanter fils et filles.
5.     Et ce sont tous les jours d’Adâm qu’il vécut, neuf cent trente ans,
et il meurt.
6.     Shét vit cent cinq ans et fait enfanter Enosh.
7.     Shét vit, après avoir fait enfanter Enosh, huit cent sept ans.
Il fait enfanter fils et filles.
8.     Et ce sont tous les jours de Shét, neuf cent douze ans,
et il meurt.
9.     Enosh vit quatre-vingt-dix ans. Il fait enfanter Qéinân.
10.     Enosh vit après avoir fait enfanter Qéinân huit cent quinze ans.
Il fait enfanter fils et filles.
11.     Et ce sont tous les jours d’Enosh, neuf cent cinq ans,
et il meurt.
12.     Qéinân vit soixante-dix ans. Il fait enfanter Mahalalél.
13.     Qéinân vit après avoir fait enfanter Mahalalél huit cent quarante ans.
Il fait enfanter fils et filles.
14.     Et ce sont tous les jours de Qéinân, neuf cent dix ans,
et il meurt.
15.     Mahalalél vit soixante-cinq ans et fait enfanter Ièrèd.
16.     Mahalalél vit, après avoir fait enfanter Ièrèd, huit cent trente ans.
Il fait enfanter fils et filles.
17.     Et ce sont tous les jours de Mahalalél, huit cent quatre-vingt-quinze ans,
et il meurt.
18.     Ièrèd vit cent soixante-deux ans et fait enfanter Hanokh.
19.     Ièrèd vit après avoir fait enfanter Hanokh huit cents ans.
Il fait enfanter fils et filles.
20.     Et ce sont tous les jours de Ièrèd, neuf cent soixante deux ans,
et il meurt.
21.     Hanokh vit soixante-cinq ans. Il fait enfanter Metoushèlah.
22.     Hanokh va avec l’Elohîms,
après avoir fait enfanter Metoushèlah trois cents ans.
Il fait enfanter fils et filles.
23.     Et c’est tous les jours de Hanokh, trois cent soixante-cinq ans.
24.     Hanokh va avec l’Elohîms puis il n’est plus: oui, Elohîms l’a pris.
25.     Metoushèlah vit cent quatre-vingt-sept ans et fait enfanter Lèmèkh.
26.     Metoushèlah vit après avoir fait enfanter Lèmèkh
sept cent quatre-vingt-deux ans.
Il fait enfanter fils et filles.
27.     Et ce sont tous les jours de Metoushèlah, neuf cent soixante-neuf ans,
et il meurt.
28.     Lèmèkh vit cent quatre-vingt-deux ans et fait enfanter un fils.
29.     Il crie son nom, Noah, pour dire:
« Celui-ci nous réconfortera de notre fait
et de la peine de nos mains par la glèbe que IHVH-Adonaï a honnie. »
30.     Lèmèkh vit après avoir fait enfanter Noah
cinq cent quatre-vingt-quinze ans.
Il fait enfanter fils et filles.
31.     Et c’est tous les jours de Lèmèkh, sept cent soixante-dix-sept ans,
et il meurt.
32.     Et c’est Noah âgé de cinq cents ans,
Noah fait enfanter Shém, Hâm et Ièphèt.

Chapitre 6.

Déluge

1.     Et c’est quand le glébeux commence à se multiplier
sur les faces de la glèbe, des filles leur sont enfantées.
2.     Les fils des Elohîms voient les filles du glébeux: oui, elles sont bien.
Ils se prennent des femmes parmi toutes celles qu’ils ont choisies.
3.     IHVH-Adonaï dit: « Mon souffle ne durera pas dans le glébeux en pérennité.
Dans leur égarement, il est chair: ses jours sont de cent vingt ans. »
4.     Les Nephilîm sont sur terre en ces jours et même après:
quand les fils des Elohîms viennent vers les filles du glébeux,
elles enfantent pour eux.
Ce sont les héros de la pérennité, les hommes du Nom.

5.     IHVH-Adonaï voit que se multiplie le mal du glébeux sur la terre.
Toute formation des pensées de son coeur n’est que mal tout le jour.
6.     IHVH-Adonaï regrette d’avoir fait le glébeux sur la terre:
il se peine en son coeur.
7.     IHVH-Adonaï dit: « J’effacerai le glébeux que j’ai créé des faces de la glèbe,
du glébeux jusqu’à la bête, jusqu’au reptile, et jusqu’au volatile des ciels.
Oui, j’ai regretté de les avoir faits. »
8.     Mais Noah trouve grâce aux yeux de IHVH-Adonaï.
9.     Voici les enfantements de Noah,
Noah est un homme juste, intègre, en ses cycles:
Noah va avec l’Elohîms.
10.     Noah fait enfanter trois fils, Shém, Hâm et Ièphèt.
11.     Mais la terre se détruit en face de l’Elohîms,
la terre se remplit de violence.
12.     Elohîms voit la terre et voici, elle est détruite.
Oui, toute chair avait détruit sa route sur la terre.
13.     Elohîms dit à Noah: « Le terme de toute chair est venu en face de moi:
oui, la terre est pleine de violence face à eux.
Me voici, je les détruis avec la terre.
14.     Fais-toi une caisse en bois de cyprès. Tu feras la caisse de cellules.
Asphalte-la à l’intérieur et à l’extérieur avec de l’asphalte.
15.     Et telle, tu la feras, longueur de la caisse, trois cents coudées;
sa largeur, cinquante coudées; sa taille, trente coudées.
16.     Tu feras une lucarne à la caisse et l’achèveras, d’une coudée, en haut.
Tu mettras l’ouverture de la caisse sur le côté.
Tu feras des soupentes, des secondes, des troisièmes.
17.     Et moi, me voici, je fais venir le déluge, les eaux sur la terre,
pour détruire toute chair ayant souffle de vie sous les ciels.
Tout ce qui est sur terre agonisera.
18.     Je lève mon pacte avec toi, tu viendras vers la caisse,
toi, tes enfants, ta femme, les femmes de tes fils avec toi.
19.     Tu feras venir dans la caisse de tout vivant, de toute chair,
deux de chaque pour vivifier avec toi: ils seront mâle et femelle,
20.     le volatile pour son espèce, la bête pour son espèce
et tout reptile de la glèbe pour son espèce.
Deux de chaque viendront vers toi pour vivifier.
21.     Et toi, prends pour toi de tout manger qui sera mangé;
ajoute-le à toi; pour toi et pour eux, il sera à manger. »
22.     Noah fait tout ce que lui a ordonné Elohîms. Il fait ainsi.

Chapitre 7.

J’efface toute vie

1.     IHVH-Adonaï dit à Noah: « Viens, toi et toute ta maison, vers la caisse.
Oui, je t’ai vu, toi, un juste face à moi, en ce cycle.
2.     Tu prendras pour toi de toute bête pure, sept par sept,
un homme et sa femme,
et de toute bête non pure, deux, un homme et sa femme.
3.     Des volatiles des ciels aussi, sept par sept, mâle et femelle,
pour vivifier une semence sur les faces de toute la terre.
4.     Oui, dans sept jours encore, et moi-même
je fais pleuvoir sur la terre quarante jours et quarante nuits.
J’efface toute existence que j’ai faite sur les faces de la glèbe. »
5.     Noah fait tout ce que lui a ordonné IHVH-Adonaï.
6.     Noah a six cents ans et c’était le déluge, des eaux sur la terre.
7.     Noah vient vers la caisse,
ses fils, sa femme et les femmes de ses fils avec lui,
face aux eaux du déluge.
8.     De la bête pure, de la bête qui n’est pas pure,
du volatile et tout ce qui rampe sur la glèbe,
9.     deux par deux, ils viennent vers Noah, vers la caisse,
mâle et femelle, comme Elohîms l’a ordonné à Noah.
10.     Et c’est sept jours, les eaux du déluge sont sur la terre.
11.     Dans l’année des six cents ans de la vie de Noah,
à la deuxième lunaison,
au dix-septième jour de la lunaison, en ce même jour,
toutes les sources de l’abîme multiple se sont fendues.
Les vannes des ciels se sont ouvertes,
12.     et c’est la pluie sur la terre, quarante jours et quarante nuits.
13.     Dans l’os de ce jour, Noah vient,
avec Shém, Hâm et Ièphèt, les fils de Noah
et la femme de Noah, les trois femmes de ses fils avec eux, vers la caisse.
14.     Eux et tout vivant pour son espèce, toute bête pour son espèce,
tout reptile, rampant sur terre, pour son espèce,
tout volatile pour son espèce, tout oiseau, toute aile,
15.     ils viennent vers Noah, vers la caisse,
deux par deux, de toute chair ayant souffle de vie.
16.     Et les venants, mâle et femelle de toute chair venaient
comme Elohîms le lui avait ordonné. IHVH-Adonaï ferme la caisse sur lui.
17.     Et c’est le déluge, quarante jours sur la terre.
Les eaux se multiplient et portent la caisse;
elle se soulève au-dessus de la terre.
18.     Les eaux forcissent, elles se multiplient beaucoup sur la terre.
Et la caisse va sur les faces des eaux.
19.     Et les eaux avaient beaucoup, beaucoup forci sur la terre.
Elles recouvrent toutes les hautes montagnes, sous tous les ciels.
20.     Les eaux forcissent de quinze coudées par en haut.
Elles recouvrent les montagnes.
21.     Toute chair rampant sur la terre agonise, volatile, bête, vivant,
toute foison foisonnant sur la terre et tout glébeux,
22.     tout ce qui a haleine, souffle de vie en ses narines,
tout ce qui était sur l’assèchement, tous mouraient.
23.     Il efface toute existence sur les faces de la glèbe,
du glébeux jusqu’à la bête,
jusqu’au reptile, jusqu’au volatile des ciels:
ils sont effacés de la terre.
Reste seulement Noah et ce qui est avec lui dans la caisse.
24.     Les eaux forcissent sur la terre cent cinquante jours.

Chapitre 8.

Le corbeau et la palombe

1.     Elohîms se souvient de Noah, de tout vivant,
de toute bête avec lui dans la caisse.
Elohîms fait passer un souffle sur la terre, les eaux se modèrent,
2.     les sources de l’abîme, les vannes des ciels sont barrées,
la pluie des ciels est écrouée.
3.     Les eaux retournent de la terre, en aller et retour.
Au terme des cent cinquante jours, les eaux manquent.
4.     À la septième lunaison, au dix-septième jour de la lunaison,
la caisse se pose sur les monts Ararat.
5.     Les eaux en étaient à aller et à manquer jusqu’à la dixième lunaison.
À la dixième, le premier de la lunaison,
les têtes des montagnes étaient visibles.
6.     Et c’est au terme de quarante jours,
Noah ouvre la fenêtre de la caisse qu’il avait faite.
7.     Il envoie le corbeau: il sort, sort et retourne
avant l’assèchement des eaux sur la terre.
8.     Il envoie la palombe d’auprès de lui,
pour voir si les eaux se sont allégées sur les faces de la glèbe.
9.     La palombe n’a pas trouvé de repos pour la plante de sa patte.
Elle retourne vers lui, vers la caisse:
oui, les eaux sont sur les faces de toute la terre.
Il envoie sa main, la prend et la fait venir vers lui, vers la caisse.
10.     Il languit encore sept autres jours.
Il ajoute et envoie la palombe hors de la caisse.
11.     Et la palombe vient vers lui, au temps du soir,
et voici une feuille fraîche d’olivier dans son bec.
Noah sait que les eaux se sont allégées sur la terre.
12.     Il languit encore sept autres jours.
Il envoie la palombe mais elle n’ajoute plus à retourner vers lui.
13.     Et c’est l’an six cent un, le premier, le un de la lunaison,
les eaux étaient asséchées sur la terre,
Noah écarte le couvercle de la caisse. Il voit et voici:
elles étaient asséchées, les faces de la glèbe.
14.     La deuxième lunaison, le vingt-sept de la lunaison,
la terre était sèche.
15.     Elohîms parle à Noah pour dire:
16.     « Sors de la caisse, toi, ta femme, tes fils,
les femmes de tes fils avec toi,
17.     tout vivant qui est avec toi, toute chair, volatile, bête,
tout reptile rampant sur la terre, fais-les sortir avec toi.
Qu’ils foisonnent sur la terre, qu’ils fructifient,
et se multiplient sur la terre. »
18.     Noah sort, ses fils, sa femme et les femmes de ses fils avec lui,
19.     tout vivant, tout reptile, tout volatile,
tout ce qui rampe sur la terre,
pour leurs clans, ils sont sortis de la caisse.
20.     Noah bâtit un autel pour IHVH-Adonaï.
Il prend de toute bête, pure, de tout volatile pur;
il fait monter des montées sur l’autel.
21.     IHVH-Adonaï sent la senteur agréable. IHVH-Adonaï dit en son coeur:
« Je n’ajouterai pas à maudire encore la glèbe à cause du glébeux:
oui, la formation du coeur du glébeux est un mal dès sa jeunesse.
Je n’ajouterai pas encore à frapper tout vivant, comme je l’ai fait.
22.     Tous les jours de la terre encore, semence et moisson,
froidure et chaleur, été et hiver, jour et nuit ne chômeront pas. »

Chapitre 9.

Pacte de Noah

1.     Elohîms bénit Noah et ses fils. Il leur dit:
« Fructifiez, multipliez et remplissez la terre.
2.     Votre frémissement, votre effarement seront sur tout vivant de la terre,
tout volatile des ciels, tout ce qui rampe sur la glèbe,
tous les poissons de la mer. En vos mains, ils sont donnés.
3.     Tout rampant qui est vivant sera pour vous à manger
comme herbe verte; je vous ai tout donné,
4.     mais la chair avec en son être son sang, vous ne la mangerez pas.
5.     Votre sang pour vos êtres, je le revendiquerai;
de la main de tout vivant, je le revendiquerai,
de la main du glébeux, de la main de l’homme son frère,
je revendiquerai l’être du glébeux.
6.     Qui répand le sang du glébeux, par le glébeux son sang sera répandu.
Oui, à la réplique d’Elohîms, il a fait le glébeux.
7.     Et vous, fructifiez, multipliez, foisonnez sur terre, multipliez en elle. »
8.     Elohîms dit à Noah et à ses fils avec lui pour dire:
9.     « Et moi, me voici, je lève mon pacte avec vous,
avec votre semence après vous,
10.     avec tout être vivant qui est avec vous, le volatile, la bête,
tout vivant sur la terre avec vous,
parmi tous les sortants de la caisse, pour tous les vivants de la terre,
11.     je lève mon pacte avec vous:
nulle chair ne sera plus tranchée par les eaux du déluge,
il ne sera plus de déluge pour détruire la terre. »
12.     Elohîms dit: « Voici le signe du pacte que je donne entre moi, entre vous
et entre tout être vivant qui est avec vous pour les cycles en pérennité.
13.     Mon arc à la nuée je l’ai donné,
il est le signe du pacte entre moi et entre la terre,
14.     et c’est quand je ferai nuer la nuée sur la terre
et que l’arc se verra dans la nuée,
15.     je mémoriserai mon pacte entre moi, entre vous
et entre tout être vivant en toute chair.
Les eaux ne seront plus pour le déluge, pour détruire toute chair.
16.     Et c’est l’arc dans la nuée:
je le vois pour mémorisation du pacte de pérennité,
entre Elohîms et entre tout être vivant,
en toute chair qui est sur la terre. »
17.     Elohîms dit à Noah: « Voici le signe du pacte
que j’ai levé entre moi et entre toute chair qui est sur la terre. »

Les fils de Noah

18.     Et ce sont les fils de Noah, sortant de la caisse:
Shém, Hâm et Ièphèt; Hâm est le père de Kena‘ân.
19.     Ces trois sont les fils de Noah:
de ceux-là s’est dispersée toute la terre.
20.     Commence Noah, l’homme de la glèbe, il plante une vigne,
21.     boit du vin, s’enivre et se découvre au milieu de sa tente.
22.     Hâm, le père de Kena‘ân, voit le sexe de son père.
Il le rapporte à ses deux frères, dehors.
23.     Shém prend avec Ièphèt la tunique: ils la placent sur l’épaule, les deux.
Ils vont en arrière et recouvrent le sexe de leur père.
Leurs faces en arrière, le sexe de leur père, ils ne le voient pas.
24.     Noah se ranime de son vin.
Il pénètre ce que lui a fait son fils, le petit.
25.     Il dit: « Kena‘ân est honni.
Il sera pour ses frères un serviteur de serviteurs. »
26.     Il dit: « IHVH-Adonaï, l’Elohîms de Shém, est béni !
Kena‘ân sera leur serviteur.
27.     Elohîms épanouira Ièphèt, il demeurera aux tentes de Shém.
Kena‘ân sera leur serviteur. »
28.     Noah vit après le déluge trois cent cinquante ans.
29.     Et ce sont tous les jours de Noah, neuf cent cinquante ans. Et il meurt.

Chapitre 10.

Le tableau des peuples

1.     Voici les enfantements des fils de Noah, Shém, Hâm et Ièphèt.
Des fils sont enfantés pour eux après le déluge.
2.     Fils de Ièphèt: Gomèr, Magog, Madaï, Iavân, Toubal, Mèshèkh et Tiras.
3.     Fils de Gomèr: Ashkenaz, Riphat et Togarma.
4.     Fils de Iavân: Èlisha, Tarshish, Kitîm et Dodanîm.
5.     De ceux-là se sont séparées les îles des nations, en leurs terres,
l’homme pour sa langue, pour leurs clans, en leurs nations.
6.     Fils de Hâm: Koush, Misraîm, Pout et Kena‘ân.
7.     Fils de Koush: Seba, Havila, Sabta, Ra‘ma et Sabtekha.
Fils de Ra‘ma: Sheba et Dedân.
8.     Koush fait enfanter Nimrod; il commença à être un héros sur la terre.
9.     Il était un héros de chasse face à IHVH-Adonaï.
Sur quoi il est dit: « Tel Nimrod, héros de chasse, face à IHVH-Adonaï. »
10.     Et c’est en tête de son royaume:
Babèl, Èrèkh, Akad et Kalné, en terre de Shin‘ar.
11.     De cette terre est sorti Ashour.
Il bâtit Ninevé, Rehobot-ville et Kalah,
12.     Rèssèn, entre Ninevé et Kalah, c’est la grande ville.
13.     Misraîm fait enfanter Loudîm, ‘Anamîm, Lehabîm, Naphtouhîm,
14.     Patroussîm, Kaslouhîm, d’où sont sortis Pelishtîm et Kaphtorîm.
15.     Kena‘ân fait enfanter Sidôn, son aîné, et Hét,
16.     le Ieboussi, l’Emori et le Guirgashi,
17.     le Hivi, le ‘Arqi, le Sini,
18.     le Arvadi, le Semari et le Hamati.
Ensuite, les clans du Kena‘ani se sont dispersés.
19.     Et c’est la frontière du Kena‘ani,
de Sidôn à l’accès de Guerar jusqu’à ‘Aza,
à l’accès de Sedôm et ‘Amora, Adma et Seboîm jusqu’à Lèsha‘.
20.     Voici les fils de Hâm pour leurs clans, pour leurs langues,
dans leurs terres, dans leurs nations.
21.     Pour Shém aussi, il a été enfanté,
lui, le père de tous les Benéi ‘Ébèr, le frère de Ièphèt le grand.
22.     Fils de Shém, ‘Éïlâm, Ashour, Arpakhshad, Loud et Arâm.
23.     Et les fils d’Arâm: ‘Ous, Houl, Guètèr et Mash.
24.     Arpakhshad fait enfanter Shèlah.
Shèlah fait enfanter ‘Ébèr.
25.     Pour ‘Ébèr il a été enfanté deux fils:
nom de l’un, Pèlèg, oui, en ses jours la terre s’était scindée.
Nom de son frère: Ioqtân.
26.     Ioqtân fait enfanter Almodad, Shèlèph, Hasarmavèt et Ièrah,
27.     Adorâm, Ouzal, Diqla,
28.     ‘Obal, Abimaél, Sheba,
29.     Ophir, Havila et Iobab, tous ceux-là sont fils de Ioqtân.
30.     Et c’est leur habitat, de Mésha à l’accès de Sephar, le mont du Levant.
31.     Voici les fils de Shém pour leurs clans, pour leurs langues,
dans leurs terres, pour leurs nations.
32.     Voilà les clans des fils de Noah pour leurs enfantements,
dans leurs nations; de ceux-là les nations
se sont séparées sur terre, après le déluge.

Chapitre 11.

Tour de Babèl

1.     Et c’est toute la terre, une seule lèvre, des paroles unies.
2.     Et c’est à leur départ du Levant,
ils trouvent une faille en terre de Shin‘ar et y habitent.
3.     Ils disent, l’homme à son compagnon:
« Offrons, briquetons des briques ! Flambons-les à la flambée ! »
La brique est pour eux pierre, le bitume est pour eux argile.
4.     Ils disent: « Offrons, bâtissons-nous une ville et une tour,
sa tête aux ciels, faisons-nous un nom
afin de ne pas être dispersés sur les faces de toute la terre. »
5.     IHVH-Adonaï descend pour voir la ville et la tour
qu’avaient bâties les fils du glébeux.
6.     IHVH-Adonaï dit: « Voici, un seul peuple, une seule lèvre pour tous !
Cela, ils commencent à le faire. Maintenant rien n’empêchera pour eux
tout ce qu’ils préméditeront de faire !
7.     Offrons, descendons et mêlons là leur lèvre
afin que l’homme n’entende plus la lèvre de son compagnon. »
8.     IHVH-Adonaï les disperse de là sur les faces de toute la terre:
ils cessent de bâtir la ville.
9.     Sur quoi, il crie son nom: Babèl,
oui, là, IHVH-Adonaï a mêlé la lèvre de toute la terre,
et de là IHVH-Adonaï les a dispersés sur les faces de toute la terre.

Enfantements de Shém

10.     Voici les enfantements de Shém: Shém a cent ans,
il fait enfanter Arpakhshad, deux ans après le déluge.
11.     Shém vit, après avoir fait enfanter Arpakhshad, cinq cents ans.
Il fait enfanter des fils et des filles.
12.     Arpakhshad vit trente-cinq ans. Il fait enfanter Shèlah.
13.     Arpakhshad vit, après avoir fait enfanter Shèlah, quatre cent trois ans.
Il fait enfanter des fils et des filles.
14.     Shèlah vit trente ans. Il fait enfanter ‘Ébèr.
15.     Shèlah vit, après avoir fait enfanter ‘Ébèr, quatre cent trois ans.
Il fait enfanter des fils et des filles.
16.     ‘Ébèr vit trente-quatre ans. Il fait enfanter Pèlèg.
17.     ‘Ébèr vit, après avoir fait enfanter Pèlèg, quatre cent trente ans.
Il fait enfanter des fils et des filles.
18.     Pèlèg vit trente ans. Il fait enfanter Re‘ou.
19.     Pèlèg vit, après avoir fait enfanter Re‘ou, deux cent neuf ans.
Il fait enfanter des fils et des filles.
20.     Re‘ou vit trente-deux ans. Il fait enfanter Seroug.
21.     Il vit, après avoir fait enfanter Seroug, deux cent sept ans.
Il fait enfanter des fils et des filles.
22.     Seroug vit trente ans. Il fait enfanter Nahor.
23.     Seroug vit, après avoir fait enfanter Nahor, deux cents ans.
Il fait enfanter des fils et des filles.
24.     Nahor vit vingt-neuf ans. Il fait enfanter Tèrah.
25.     Nahor vit, après avoir fait enfanter Tèrah, cent dix-neuf ans.
Il fait enfanter des fils et des filles.
26.     Tèrah vit soixante-dix ans. Il fait enfanter Abrâm, Nahor et Arân.

Enfantements de Tèrah

27.     Voici les enfantements de Tèrah:
Tèrah fait enfanter Abrâm, Nahor et Arân,
Arân enfante Lot.
28.     Arân meurt face à Tèrah, son père,
en terre de son enfantement à Our-Kasdîm.
29.     Abrâm et Nahor prennent pour eux des femmes.
Nom de la femme d’Abrâm: Saraï.
Nom de la femme de Nahor: Milka, fille d’Arân,
le père de Milka et le père d’Iska.
30.     Et c’est Saraï: stérile, pour elle pas d’enfanceau.
31.     Tèrah prend Abrâm son fils, Lot le fils d’Arân,
le fils de son fils, et Saraï sa bru, la femme d’Abrâm son fils.
Ils sortent avec eux d’Our-Kasdîm pour aller vers la terre de Kena‘ân.
Ils viennent jusqu’à Harân et habitent là.
32.     Ce sont les jours de Tèrah: deux cent cinq ans.
Tèrah meurt à Harân.

Chapitre 12.

Enfantements d’Abrâm

1.     IHVH-Adonaï dit à Abrâm:
« Va pour toi, de ta terre, de ton enfantement, de la maison de ton père,
vers la terre que je te ferai voir.
2.     Je fais de toi une grande nation.
Je te bénis, je grandis ton nom: sois bénédiction.
3.     Je bénis tes bénisseurs, ton maudisseur, je le honnirai.
Ils sont bénis en toi, tous les clans de la glèbe. »
4.     Abrâm va, comme IHVH-Adonaï lui a parlé. Lot va avec lui.
Abrâm a soixante-quinze ans à sa sortie de Harân.
5.     Abrâm prend Saraï sa femme, Lot le fils de son frère,
tout leur acquis qu’ils ont acquis,
et les êtres qu’ils ont faits à Harân.
Ils sortent pour aller vers la terre de Kena‘ân.
Ils viennent en terre de Kena‘ân.
6.     Abrâm passe par la terre jusqu’au lieu de Shekhèm,
jusqu’au Chêne de Morè, le Kena‘ani étant alors sur la terre.
7.     IHVH-Adonaï se fait voir à Abrâm.
Il dit: « À ta semence, je donnerai cette terre. »
Il bâtit là un autel pour IHVH-Adonaï qui s’est fait voir à lui.
8.     Il s’ébranle de là, vers le mont au Levant de Béit-Él.
Il plante sa tente entre Béit-Él, vers la Mer, et ‘Aï, vers le Levant.
Il bâtit là un autel pour IHVH-Adonaï:
il crie le nom de IHVH-Adonaï.
9.     Abrâm part, aller et partir vers le Nèguèb.
10.     Et c’est la famine sur la terre.
Abrâm descend vers Misraîm pour résider là:
oui, la famine est lourde sur la terre.
11.     Et c’est quand il est proche de venir en Misraîm, il dit à Saraï sa femme:
« Voici donc, je le savais, oui, tu es une femme belle à voir, toi.
12.     Et c’est quand les Misrîm verront, ils diront: ‹ Voilà sa femme ›,
ils me tueront et toi, ils te feront vivre.
13.     Dis donc que tu es ma soeur, et de toi mon bien: mon être vivra par toi. »
14.     Et c’est à la venue d’Abrâm en Misraîm,
les Misrîm voient la femme: oui, elle est très belle.
15.     Les chefs de Pharaon la voient. Ils la louent à Pharaon.
La femme est prise dans la maison de Pharaon.
16.     Et d’elle, il est fait du bien à Abrâm, à cause d’elle.
Et c’est pour lui ovins et bovins, ânes et serviteurs,
domestiques, ânesses et chameaux.
17.     IHVH-Adonaï heurte Pharaon et sa maison à grands heurts
à propos de Saraï, la femme d’Abrâm.
18.     Pharaon crie vers Abrâm et dit: « Que m’as-tu donc fait ?
Pourquoi ne m’as-tu pas rapporté qu’elle est ta femme ?
19.     Pourquoi as-tu dit: ‹ C’est ma soeur ? ›
Je l’ai prise à moi pour femme !
Et maintenant, voici ta femme, prends, va ! »
20.     Pharaon ordonne sur lui des hommes
et ils le renvoient avec sa femme et tout ce qui est à lui.

Chapitre 13.

Le Nom de IHVH-Adonaï

1.     Abrâm monte de Misraîm, lui, sa femme, tout ce qui est à lui
et Lot avec lui, vers le Nèguèb.
2.     Abrâm est très lourd en cheptel, en argent, en or.
3.     Il va en ses départs, du Nèguèb jusqu’à Béit-Él,
jusqu’au lieu où il avait sa tente, au commencement, entre Béit-Él et ‘Aï,
4.     au lieu de l’autel qu’il avait fait là, en premier:
Abrâm crie le nom de IHVH-Adonaï.
5.     À Lot aussi, allant avec Abrâm, il était des ovins, des bovins, des tentes.
6.     Mais la terre ne les portait pas à habiter ensemble:
oui, leur acquis était multiple, ils ne pouvaient pas habiter ensemble.
7.     Et c’est une dispute entre les pâtres du cheptel d’Abrâm
et les pâtres du cheptel de Lot.
Le Kena‘ani et le Perizi habitaient alors la terre.
8.     Abrâm dit à Lot: « Non, que nulle dispute ne soit donc
entre moi et entre toi,
entre mes pâtres et entre tes pâtres !
Oui, nous sommes des hommes, des frères,
9.     toute la terre n’est-elle pas en face de toi ? Donc sépare-toi de moi:
vers ta gauche, j’irai à droite; vers ta droite, j’irai à gauche. »
10.     Lot porte ses yeux. Il voit tout le Cirque du Iardèn,
oui, tout entier abreuvé, avant que IHVH-Adonaï
ne détruise Sedôm et ‘Amora,
comme le jardin de IHVH-Adonaï,
comme la terre de Misraîm, à l’accès de So‘ar.
11.     Lot choisit pour lui tout le Cirque du Iardèn.
Lot part du Levant, l’homme se sépare de son frère.
12.     Abrâm habitait en terre de Kena‘ân
et Lot habitait les villes du Cirque: il campe jusqu’à Sedôm.
13.     Mais les hommes de Sedôm sont mauvais, très fautifs envers IHVH-Adonaï.
14.     IHVH-Adonaï a dit à Abrâm, après que Lot s’est séparé de lui:
« Porte donc tes yeux. Vois du lieu où tu es,
au Septentrion, au Nèguèb, au Levant, vers la Mer:
15.     oui, toute la terre que tu vois,
à toi je te la donnerai, et à ta semence en pérennité.
16.     Je mets ta semence comme la poussière de la terre:
si un homme pouvait compter la poussière de la terre
ta semence se compterait aussi.
17.     Lève-toi, va sur la terre en sa longueur et en sa largeur:
oui, je te la donnerai. »
18.     Abrâm sous la tente vient et habite aux Chênes de Mamré, à Hèbrôn:
il bâtit là un autel pour IHVH-Adonaï.

Chapitre 14.

Abrâm conquiert la terre

1.     Et c’est aux jours d’Amraphèl, roi de Shin‘ar,
d’Ariokh, roi d’Èlassar, de Kedorla‘omèr, roi d’‘Éïlâm
et de Tid‘al, roi de Goîm:
2.     ils font la guerre contre Bèra‘, roi de Sedôm,
et contre Birsha‘, roi d’‘Amora, Shinab, roi d’Adma,
et Shèméber, roi de Seboîm, et le roi de Bèla‘ ­ c’est So‘ar.
3.     Tous ceux-là s’étaient rejoints dans la vallée des Sidîm
­ c’est la Mer du Sel.
4.     Douze ans, ils servent Kedorla‘omèr. Treize ans, ils se révoltent.
5.     La quatorzième année, Kedorla‘omèr vient avec les rois
qui sont avec lui:
ils frappent les Rephaîm à ‘Ashterot-Qarnaîm, les Zouzîm, à Hâm,
les Éimîm, à Shavé-Qiriataîm,
6.     et le Hori, dans leurs montagnes de Sé‘ir,
jusqu’à Éil Parân, qui est sur le désert.
7.     Ils retournent et viennent vers ‘Éïn Mishpat ­ c’est Qadésh.
Ils frappent tout le champ du ‘Amaléqi,
et aussi l’Emori, qui habite Hasesôn Tamar.
8.     Le roi de Sedôm sort avec le roi d’‘Amora, le roi d’Adma,
le roi de Seboîm et le roi de Bèla‘ ­ c’est So‘ar ­,
et ils préparent la guerre contre eux dans la vallée des Sidîm,
9.     contre Kedorla‘omèr, roi d’‘Éïlâm, Tid‘al, roi de Goîm,
Amraphèl, roi de Shin‘ar, et Ariokh, roi d’Èlassar:
quatre rois contre cinq !
10.     La vallée des Sidîm a des puits, des puits de bitume:
les rois de Sedôm et d’‘Amora s’enfuient et tombent là,
et les restants s’enfuient vers la montagne.
11.     Ils prennent tout acquis de Sedôm et d’‘Amora,
tout leur manger, puis s’en vont.
12.     Ils prennent Lot, le fils du frère d’Abrâm avec son acquis
puis s’en vont: lui, il habite Sedôm.
13.     Le rescapé vient le rapporter à Abrâm l’‘Ibri ­ l’Hébreu ­:
lui, il demeure aux Chênes de Mamré l’Emori,
le frère d’Èshkol et le frère d’‘Anér,
lesquels sont maîtres au pacte d’Abrâm.
14.     Abrâm entend que son frère a été capturé,
il presse ses cadets, les enfants de sa maison, trois cent dix-huit,
et poursuit jusqu’à Dân.

Guerre des Rois

15.     Il se répartit contre eux, la nuit, lui et ses serviteurs,
il les frappe et les poursuit jusqu’à Hoba
qui est à gauche de Damèssèq.
16.     Il fait retourner tout l’acquis:
il fait aussi retourner Lot, son frère, et son acquis
avec aussi les femmes et le peuple.
17.     À son retour, le roi de Sedôm sort à son abord,
dans la vallée de Shavé ­ c’est la vallée du Roi ­,
après qu’il eut frappé Kedorla‘omèr et les rois avec lui.

Malki-Sèdèq

18.     Malki-Sèdèq, roi de Shalém, a fait sortir le pain et le vin,
lui, le desservant d’Él ‘Éliôn ­ l’Él suprême.
19.     Il le bénit et dit:
« Abrâm est béni par Él ‘Éliôn, l’auteur des ciels et de la terre !
20.     Et il est béni, Él ‘Éliôn,
qui a bouclé tes oppresseurs entre tes mains. »
Il lui donne la dîme de tout.
21.     Le roi de Sedôm dit à Abrâm: « Donne-moi les êtres.
L’acquis, prends-le pour toi. »
22.     Abrâm dit au roi de Sedôm:
« J’ai levé ma main vers IHVH-Adonaï, Él ‘Éliôn,
l’auteur des ciels et de la terre:
23.     du fil jusqu’au lacet de sandale,
je ne prendrai rien de tout ce qui est à toi.
Tu ne diras pas: ‹ Moi, j’ai enrichi Abrâm:
24.     Rien pour moi ! Ce qu’ont mangé les jeunes, seulement,
et la part des hommes qui sont allés avec moi.
‘Anér, Èshkol et Mamré, eux, ils prendront leur part ›. »

Chapitre 15.

Pacte d’Abrâm

1.     Après ces paroles, la parole de IHVH-Adonaï était à Abrâm
dans la contemplation pour dire: « Ne frémis pas, Abrâm.
Moi-même, bouclier pour toi, ton salaire sera fort multiple. »
2.     Abrâm dit: « Adonaï !
Que me donneras-tu; je vais moi-même dénué
et la gestion de ma maison est à un fils de Damèssèq: Èli‘èzèr ! »
3.     Abrâm dit: « Voilà, tu ne m’as pas donné de semence.
Voici, le fils de ma maison héritera de moi. »
4.     Mais voici la parole de IHVH-Adonaï pour lui dire:
« Celui-là n’héritera pas de toi.
Mais celui qui sortira de tes entrailles héritera de toi, lui. »
5.     Il le fait sortir dehors. Il dit: « Regarde donc les ciels.
Compte les étoiles, si tu peux les compter ! »
Il lui dit: « Telle sera ta semence. »
6.     Il adhère à IHVH-Adonaï. Il le lui compte pour justification.
7.     Il lui dit: « Moi, IHVH-Adonaï, je t’ai fait sortir d’Our-Kasdîm
pour te donner cette terre, pour en hériter. »
8.     Il dit: « Adonaï ! En quoi saurai-je que j’en hériterai ? »
9.     Il lui dit: « Prends pour moi une génisse triennale, un caprin triennal,
un bélier triennal, une tourterelle et un oisillon. »
10.     Il les prend tous, les sectionne au milieu
et donne à chaque section l’abord de sa compagne.
Mais l’oiseau, il ne l’a pas sectionné.
11.     L’aigle descend sur les cadavres. Abrâm les renvoie.
12.     Et c’est au soleil de décliner: une torpeur est tombée sur Abrâm.
Et voici l’effroi: une grande ténèbre tombe sur lui.
13.     Il dit à Abrâm: « Tu le sauras, tu le sauras:
oui, ta semence résidera sur une terre non-leur.
Ils les asserviront, ils les violenteront quatre cents ans.
14.     Mais la nation qu’ils serviront, moi-même je la jugerai aussi.
Ensuite, ils sortiront avec un grand acquis.
15.     Et toi tu viendras vers tes pères, en paix.
Tu seras enseveli en bonne sénescence.
16.     Le quatrième cycle, ils retourneront ici:
oui, jusque-là le tort de l’Emori ne sera pas parfait. »
17.     Et c’est au déclin du soleil: c’est l’opacité.
Et voici un four de fumée, une torche de feu
qui passaient entre ces coupures.
18.     Ce jour-là, IHVH-Adonaï tranche avec Abrâm un pacte pour dire:
« À ta semence, j’ai donné cette terre,
du fleuve de Misraîm au grand fleuve, le fleuve Perat:
19.     le Qéini, le Qenizi, le Qadmoni,
20.     le Hiti, le Perizi, les Rephaîm,
21.     l’Emori, le Kena‘ani, le Guirgashi, le Ieboussi ».

Chapitre 16.

Naissance d’Ishma‘él

1.     Saraï, la femme d’Abrâm, n’a pas enfanté pour lui.
Elle a une domestique misrit. Son nom: Agar.
2.     Saraï dit à Abrâm: « Voici donc:
IHVH-Adonaï m’a retenue d’enfanter.
Viens donc vers ma domestique. Peut-être serai-je bâtie d’elle. »
Abrâm entend la voix de Saraï.
3.     Saraï, la femme d’Abrâm, prend Agar, la Misrit, sa domestique,
dix ans après qu’Abrâm habitait en terre de Kena‘ân.
Elle la donne à Abrâm, son homme, à lui pour femme.
4.     Il vient vers Agar: elle est enceinte et voit:
oui, elle était enceinte. Sa patronne s’allège à ses yeux.
5.     Saraï dit à Abrâm: « Ma violence est contre toi.
Moi-même j’ai donné ma domestique à ton sein.
Mais elle voit qu’elle est enceinte et je m’allège à ses yeux !
IHVH-Adonaï jugera entre moi et entre toi ! »
6.     Abrâm dit à Saraï: « Voici, ta domestique est dans ta main.
Fais-lui le bien à tes yeux. »
Saraï lui fait violence: elle fuit devant ses faces.
7.     Un messager de IHVH-Adonaï la trouve sur l’oeil d’eau, au désert,
sur l’oeil sur la route de Shour.
8.     Il dit: « Agar, domestique de Saraï ! D’où viens-tu ? Où vas-tu ? »
Elle dit: « En face de Saraï, ma patronne, moi-même je fuis. »
9.     Le messager de IHVH-Adonaï lui dit:
« Retourne vers ta patronne, sois violentée sous ses mains. »
10.     Le messager de IHVH-Adonaï lui dit:
« Je multiplierai, je multiplierai ta semence:
elle ne sera pas comptée, tellement multiple ! »
11.     Le messager de IHVH-Adonaï lui dit:
« Te voilà enceinte. Tu enfantes un fils et tu cries son nom: Ishma‘él.
Oui, IHVH-Adonaï a entendu ta misère.
12.     Il sera un onagre humain, sa main partout et toute main contre lui.
Il demeurera face à tous ses frères. »
13.     Elle crie le nom de IHVH-Adonaï qui lui parle:
« Toi, Él Roï ­ L’Él mon voyant ! »
Oui, elle avait dit: « Ici aussi, j’ai vu, après mon voyant ? »
14.     Sur quoi il a crié au puits: « Puits pour le vivant, mon voyant »,
voici, entre Qadésh et Bèrèd.
15.     Agar enfante à Abrâm un fils.
Abrâm crie le nom de son fils qu’a enfanté Agar:
Ishma‘él ­ Él entendra.
16.     Abrâm a quatre-vingt-six ans quand Agar enfante Ishma‘él à Abrâm.

Chapitre 17.

Circoncision

1.     Et c’est Abrâm: il a quatre-vingt-dix-neuf ans.
IHVH-Adonaï se fait voir à Abrâm et lui dit:
« Moi, Él Shadaï; va en face de moi: sois intègre !
2.     Je donne mon pacte entre moi et entre toi,
je te multiplierai beaucoup, beaucoup. »
3.     Abrâm tombe sur ses faces. Elohîms lui parle pour dire:
4.     « Moi ! Voici mon pacte avec toi: sois le père d’une foule de nations.
5.     Ton nom ne sera plus crié Abrâm:
ton nom est Abrahâm ­ père d’une multitude ­:
oui, je t’ai donné en père d’une foule de peuples.
6.     Je te fais fructifier beaucoup, beaucoup.
Je te donne à des nations: des rois sortiront de toi.
7.     Je lève mon pacte entre moi, entre toi, et entre ta semence après toi
pour leurs cycles, pour pacte de pérennité,
pour être pour toi Elohîms, et pour ta semence après toi.
8.     Je te donne, à toi et à ta semence après toi,
la terre de tes résidences, toute la terre de Kena‘ân,
en propriété de pérennité. Je suis pour eux Elohîms. »
9.     Elohîms dit à Abrahâm: « Et toi, tu garderas mon pacte,
toi et ta semence après toi, pour leurs cycles.
10.     Voici: mon pacte que vous garderez entre moi, entre vous
et entre ta semence après toi:
circoncire pour vous tout mâle.
11.     Circoncisez la chair de vos prépuces.
C’est le signe du pacte entre moi et vous.
12.     Le fils de huit jours sera circoncis pour vous en vos cycles.
Tout mâle en vos cycles, natif de la maison ou acquis d’argent,
tout fils d’étranger, qui n’est pas de ta semence, lui.
13.     Il sera circoncis, circoncis, le natif de ta maison, l’acquis de ton argent.
C’est mon pacte dans votre chair en pacte de pérennité.
14.     Le mâle incirconcis, qui ne circoncit pas la chair de son prépuce,
cet être-là est tranché de son peuple: il a annulé mon pacte. »

Annonciation d’Is’hac

15.     Elohîms dit à Abrahâm: « Saraï, ta femme,
tu ne crieras pas son nom Saraï ­ ma princesse ­
oui, son nom est: Sara ­ princesse.
16.     Je la bénis. D’elle je te donnerai aussi un fils.
Je la bénis, elle est en nations, des rois de peuples seront d’elle. »
17.     Abrahâm tombe sur ses faces. Il rit et dit en son coeur:
« À un centenaire, il naîtrait ?
Et si Sara... une nonagénaire, elle enfanterait ? »
18.     Abrahâm dit à Elohîms: « Si Ishma‘él vivait en face de toi ! »
19.     Elohîms dit: « Mais Sara, ta femme, enfante pour toi un fils.
Crie son nom: Is’hac ­ ‹ il rira ›.
Je lève mon pacte avec lui, en pacte de pérennité,
pour sa semence après lui.
20.     Quant à Ishma‘él, je t’ai entendu: voici, je l’ai béni.
Je le fais fructifier, je le multiplie beaucoup, beaucoup.
Il enfantera douze nassis, je le donne pour grande nation.
21.     Mais mon pacte, je le lèverai avec Is’hac
que t’enfantera Sara, à ce rendez-vous dans l’autre année. »
22.     Il achève de parler avec lui. Elohîms monte au-dessus d’Abrahâm.
23.     Abrahâm prend Ishma‘él son fils, tous les natifs de sa maison,
et tous les acquis de son argent,
tout mâle parmi les gens de la maison d’Abrahâm:
il circoncit la chair de leur prépuce, dans l’os de ce jour,
comme Elohîms en avait parlé avec lui.
24.     Abrahâm a quatre-vingt-dix-neuf ans
quand il circoncit la chair de son prépuce,
25.     Ishma‘él son fils a treize ans,
quand il circoncit la chair de son prépuce.
26.     Dans l’os de ce même jour,
Abrahâm et Ishma‘él, son fils, sont circoncis.
27.     Tous les gens de sa maison,
le natif de la maison ou l’acquis d’argent du fils de l’étranger
sont circoncis avec lui.

Chapitre 18.

L’hospitalité d’Abrahâm

1.     IHVH-Adonaï se fait voir à lui aux Chênes de Mamré.
Il est assis à l’ouverture de la tente, à la chaleur du jour.
2.     Il porte ses yeux, voit et voici trois hommes postés devant lui.
Il voit, court à leur abord, de l’ouverture de la tente
et se prosterne à terre.
3.     Il dit: « Adonaï ! Si donc j’ai trouvé grâce à tes yeux,
tu ne passeras donc pas à l’écart de ton serviteur.
4.     Un peu d’eau sera donc prise: lavez-vous les pieds.
Appuyez-vous sous l’arbre.
5.     Je prends une miche de pain: restaurez votre coeur.
Ensuite vous passerez,
oui, puisque vous êtes passés auprès de votre serviteur. »
Ils disent: « Tu feras comme tu as parlé. »
6.     Abrahâm se hâte vers la tente, vers Sara. Il dit: « Hâte-toi !
Trois séa de farine de semoule. Pétris et fais des gâteaux. »
7.     Puis Abrahâm court vers les bovins.
Il prend un veau, tendre et bien, le donne à l’adolescent:
il se hâte de le faire.
8.     Il prend le beurre, le lait, le fils de bovin qu’il a faits
et les donne en face d’eux, debout auprès d’eux, sous l’arbre.
Ils mangent.
9.     Ils lui disent: « Où est Sara, ta femme ? »
Il dit: « La voici, dans la tente. »
10.     Il dit: « Je retournerai, je retournerai vers toi,
comme en ce temps vivant, voici un fils de Sara ta femme. »
Sara a entendu, à l’ouverture de la tente, qui était derrière lui.
11.     Abrahâm et Sara, vieux, déclinent dans les jours.
Elle a cessé d’être pour Sara, la voie des femmes !
12.     Sara rit en son sein pour dire:
« Après m’être fanée, aurai-je la volupté ? Et mon Adôn est si vieux ! »
13.     IHVH-Adonaï dit à Abrahâm: « Pourquoi cela ? Sara a ri pour dire:
‹ Alors, en vérité, enfanterai-je moi qui ai vieilli ? ›
14.     Une parole est-elle singulière pour IHVH-Adonaï ?
Au rendez-vous, je retournerai vers toi,
et comme en ce temps vivant, un fils à Sara ! »
15.     Sara nie pour dire: « Je n’ai pas ri. » Oui, elle avait frémi.
Il dit: « Non, car tu as ri ! »
16.     Les hommes se lèvent de là. Ils observent les faces de Sedôm.
Abrahâm va avec eux pour les envoyer.

Sedôm et ‘Amora

17.     IHVH-Adonaï a dit: « Couvrirai-je pour Abrahâm ce que je fais, moi ?
18.     Abrahâm sera, il sera une nation grande et vigoureuse,
en lui sont bénies toutes les nations de la terre.
19.     Oui, je l’ai pénétré
afin qu’il ordonne à ses enfants et à sa maison, après lui,
de garder la route de IHVH-Adonaï
pour faire la justification et le jugement,
afin que IHVH-Adonaï fasse venir sur Abrahâm,
sur lui, ce dont il a parlé. »
20.     IHVH-Adonaï dit: « La clameur de Sedôm et d’‘Amora,
oui, elle s’est multipliée. Leur faute, oui, elle est très lourde...
21.     Je descendrai donc et je verrai:
s’ils ont fait selon leur clameur venue à moi, l’anéantissement !
Sinon, je le saurai. »
22.     De là, les hommes font face: ils vont vers Sedôm.
Abrahâm se tient encore en face de IHVH-Adonaï.
23.     Abrahâm s’avance. Il dit:
« Extermineras-tu aussi le juste avec le criminel ?
24.     Peut-être existe-t-il cinquante justes à l’intérieur de la ville ?
Les extermineras-tu aussi ? Ne supporteras-tu pas le lieu
pour les cinquante justes qui sont en son sein ?
25.     Profanation ! Toi, faire une telle parole,
mettre à mort le juste avec le criminel !
Il en serait du juste comme du criminel ? Profanation !
Toi, le juge de toute la terre, tu ne ferais pas jugement ? »
26.     IHVH-Adonaï dit:
« Si je trouve en Sedôm cinquante justes, à l’intérieur de la ville,
je supporte tout le lieu pour eux. »
27.     Abrahâm répond et dit:
« Voici, donc, je me suis résolu à parler à Adonaï
moi-même, poussière et cendre !
28.     Peut-être manquera-t-il cinq des cinquante justes !
Détruiras-tu, pour les cinq, toute la ville ? »
Il dit: « Je ne la détruirai pas, si j’en trouve là quarante-cinq. »
29.     Il ajoute à lui parler encore et dit:
« Peut-être quarante se trouveront là ? »
Il dit: « Je ne ferai rien pour les quarante. »
30.     Il dit: « Que cela ne brûle donc pas Adonaï, je parle:
peut-être trente se trouveront là ? »
Il dit: « Je ne ferai rien si j’en trouve trente là. »
31.     Il dit: « Voici donc, j’ai résolu de parler à Adonaï:
peut-être vingt se trouveront là ? »
Il dit: « Je ne détruirai pas pour les vingt. »
32.     Il dit: « Que cela ne brûle donc pas Adonaï,
je parlerai seulement cette fois: peut-être dix se trouveront là ? »
Il dit: « Je ne détruirai pas pour les dix. »
33.     IHVH-Adonaï va quand il a achevé de parler avec Abrahâm.
Abrahâm retourne à son lieu.

Chapitre 19.

Nous détruirons ce lieu

1.     Les deux messagers viennent à Sedôm, le soir.
Lot est assis à la porte de Sedôm. Lot voit;
il se lève à leur abord. Il se prosterne, narines à terre.
2.     Il dit: « Voici donc, Adonaï.
Écartez-vous donc vers la maison de votre serviteur,
nuitez-y, baignez vos pieds, puis levez-vous tôt et allez votre route. »
Ils disent: « Non, car nous nuiterons dans la rue. »
3.     Il insiste beaucoup auprès d’eux.
Ils s’écartent vers lui et viennent à sa maison.
Il leur fait un festin, panifie des azymes et ils mangent.
4.     Avant qu’ils ne se couchent,
les hommes de la ville, les hommes de Sedôm, entourent la maison,
adolescents et anciens, tout le peuple, de partout.
5.     Ils crient vers Lot. Ils lui disent:
« Où sont les hommes qui sont venus vers toi cette nuit ?
Fais-les sortir vers nous: pénétrons-les ! »
6.     Lot sort vers eux, à l’ouverture.
Il a refermé le battant derrière lui.
7.     Il dit: « Non, mes frères, ne faites donc pas de mal !
8.     Voici donc: j’ai deux filles que n’a pas pénétrées d’homme.
Je les ferai donc sortir vers vous: faites-leur le bien à vos yeux.
Seulement vous ne ferez rien à ces hommes,
oui, ils sont ainsi venus à l’ombre de ma poutre. »
9.     Ils disent: « Avance plus loin ! »
Ils disent: « L’unique est venu résider ici et il jugerait, il jugerait !
Maintenant, nous te maltraiterons plus qu’eux. »
Ils pressent fort l’homme, Lot. Ils avancent pour briser le battant.
10.     Mais les hommes envoient leur main,
font venir Lot vers eux, dans la maison, puis ils referment le battant.
11.     Les hommes à l’ouverture de la maison,
ils les frappent de cécité du plus petit au plus grand:
ils s’épuisent à trouver l’ouverture.
12.     Les hommes disent à Lot: « Qui est encore avec toi ici ?
Un gendre, tes fils, tes filles, tout ce qui est à toi dans la ville,
fais-les sortir du lieu.
13.     Oui, nous détruirons ce lieu:
oui, leur vocifération a grandi en face de IHVH-Adonaï.
IHVH-Adonaï nous envoie pour le détruire. »
14.     Lot sort. Il parle à ses gendres, les preneurs de ses filles, et dit:
« Levez-vous, sortez de ce lieu ! Oui, IHVH-Adonaï détruit la ville. »
Mais il est comme un rieur aux yeux de ses gendres !
15.     Comme l’aube est montée, les messagers pressent Lot pour dire:
« Lève-toi ! Prends ta femme, tes deux filles qui se trouvent là,
afin que tu ne sois pas exterminé dans le tort de la ville. »
16.     Il s’attarde. Les hommes forcent sa main, la main de sa femme,
la main de ses deux filles, dans la compassion de IHVH-Adonaï à son égard.
Ils le font sortir. Ils le déposent hors de la ville.
17.     Et c’est quand il les a fait sortir dehors, il dit:
« Échappe-toi, pour ton être ! Tu ne regarderas pas derrière toi
et ne t’arrêteras pas dans tout le Cirque !
Échappe-toi vers la montagne, afin que tu ne sois pas exterminé ! »
18.     Lot leur dit: « Non donc, Adonaï !
19.     Voici donc, ton serviteur a trouvé grâce à tes yeux.
Tu grandis ton chérissement
en ce que tu fais avec moi, pour vivifier mon être.
Mais moi-même, je ne pourrai pas échapper vers la montagne,
que le malheur ne colle à moi: je mourrais !
20.     Voici donc cette ville proche pour s’enfuir là,
c’est Mis‘ar ­ la Minime. Je m’échapperai donc par là.
N’est-ce pas Mis‘ar ? Et mon être vivra. »
21.     Il lui dit: « Voici: j’ai porté tes faces en cette parole aussi
de ne pas bouleverser la ville dont tu as parlé.
22.     Vite ! Échappe-toi là.
Car je ne pourrai rien faire jusqu’à ta venue là. »
Sur quoi il crie le nom de la ville:
« So‘ar » ­ la Minuscule.
23.     Le soleil est sorti sur la terre et Lot est venu à So‘ar.
24.     IHVH-Adonaï fait pleuvoir sur Sedôm et sur ‘Amora
le soufre et le feu de IHVH-Adonaï, des ciels.
25.     Il bouleverse ces villes et tout le Cirque,
et tous les habitants des villes et les germes de la glèbe.
26.     Sa femme regarde derrière lui: elle devient un pilier de sel.

27.     Abrahâm, au matin, se lève tôt
vers le lieu où il s’était tenu face à IHVH-Adonaï.
28.     Il observe les faces de Sedôm et d’‘Amora,
toutes les faces de la terre du Cirque. Il voit et voici:
la vapeur de la terre montait comme une vapeur de fournaise.
29.     Et c’est quand Elohîms détruit les villes du Cirque:
Elohîms se souvient d’Abrahâm et envoie Lot hors du bouleversement,
quand il bouleverse les villes où Lot habitait.

Les filles de Lot

30.     Lot monte de So‘ar et habite la montagne avec ses deux filles:
oui, il frémissait d’habiter So‘ar.
Il habite une grotte, lui avec ses deux filles.
31.     L’aînée dit à la puînée: « Notre père est vieux.
Et point d’homme sur terre pour venir sur nous,
selon la route de toute la terre.
32.     Allons ! Nous abreuverons notre père de vin:
couchons avec lui, vivifions semence de notre père ! »
33.     Elles abreuvent leur père de vin, en cette nuit-là.
L’aînée vient et couche avec son père.
Il ne connaît ni son coucher ni son lever.
34.     Et c’est le lendemain. L’aînée dit à la puînée:
« Oui, j’ai couché hier avec mon père.
Nous l’abreuverons de vin cette nuit aussi.
Viens, couche avec lui: vivifions semence de notre père. »
35.     Cette nuit-là aussi elles abreuvent leur père de vin.
La puînée se lève et couche avec lui.
Il ne connaît d’elle ni son coucher ni son lever.
36.     Les deux filles de Lot sont enceintes de leur père.
37.     L’aînée enfante un fils. Elle crie son nom: Moab ­ du père.
Il est le père de Moab, jusqu’à ce jour.
38.     La puînée aussi a enfanté un fils.
Elle crie son nom: Bèn-‘Ami ­ fils de mon peuple.
Il est le père des Benéi ‘Amôn jusqu’à ce jour.

Chapitre 20.

Sara, ma soeur

1.     Abrahâm part de là vers la terre du Nèguèb,
il habite entre Qadésh et Shour. Il réside à Guerar.
2.     Abrahâm dit de Sara, sa femme: « Elle est ma soeur. »
Abimèlèkh, roi de Guerar, envoie prendre Sara.
3.     Elohîms vient vert Abimèlèkh, en rêve, la nuit. Il lui dit:
« Te voici mort à cause de cette femme que tu as prise,
elle est mariée à un mari ! »
4.     Mais Abimèlèkh ne l’avait pas approchée. Il dit:
« Adonaï ! La nation juste aussi la tueras-tu ?
5.     Ne m’a-t-il pas dit: ‹ C’est ma soeur › ?
Elle aussi me disait: ‹ C’est mon frère ›.
J’ai fait cela avec l’intégrité de mon coeur,
avec la propreté de mes paumes. »
6.     L’Elohîms lui dit en rêve: « Moi-même je savais aussi
que tu as fait cela avec l’intégrité de ton coeur.
Aussi t’ai-je moi-même épargné de fauter contre moi,
ainsi ne t’ai-je pas donné de la toucher.
7.     Maintenant, retourne la femme à l’homme: oui, c’est un inspiré.
Il priera pour toi et tu vivras.
Si tu ne la retournes pas, sache que tu mourras, tu mourras,
toi et tout ce qui est à toi. »
8.     Abimèlèkh se lève le matin, crie tous ses serviteurs
et parle toutes ces paroles à leurs oreilles.
Les hommes frémissent beaucoup.
9.     Abimèlèkh appelle Abrahâm. Il lui dit: « Que nous as-tu fait ?
En quoi ai-je fauté contre toi,
pour que tu aies fait venir sur moi et sur mon royaume
une si grande faute ? Tu as fait avec moi des faits qui ne se font pas. »
10.     Abimèlèkh dit à Abrahâm: « Qu’as-tu vu pour faire cette parole-là ? »
11.     Abrahâm dit: « Oui, j’ai dit:
‹ Pas le moindre frémissement d’Elohîms en ce lieu:
ils me tueront à propos de ma femme. ›
12.     Vrai, elle est aussi ma soeur, la fille de mon père, elle,
mais non la fille de ma mère: elle est à moi pour femme.
13.     Et c’est quand les Elohîms m’ont fait vaguer de la maison de mon père,
je lui ai dit: ‹ Voici ton chérissement:
tu me le feras en tout lieu où nous viendrons.
Dis de moi: C’est mon frère › ! »
14.     Abimèlèkh prend ovins et bovins, serviteurs et domestiques
et les donne à Abrahâm. Il fait retourner vers lui Sara, sa femme.
15.     Abimèlèkh dit: « Voici ma terre en face de toi:
habite au bien de tes yeux. »
16.     À Sara, il a dit:
« Voici, j’ai donné mille pièces d’argent à ton frère.
Voici, c’est pour toi couverture des yeux
pour tous ceux qui sont avec toi: avec tous, admoneste. »
17.     Abrahâm prie l’Elohîms; Elohîms guérit Abimèlèkh,
sa femme et ses servantes: elles enfantent.
18.     Oui, IHVH-Adonaï avait retenu, retenu toute matrice de la maison d’Abimèlèkh,
à propos de Sara, la femme d’Abrahâm.

Chapitre 21.

La naissance d’Is’hac

1.     IHVH-Adonaï sanctionne Sara, comme il a dit.
IHVH-Adonaï fait à Sara, comme il a parlé.
2.     Enceinte, Sara enfante à Abrahâm un fils pour ses vieillissements,
au rendez-vous dont Elohîms lui avait parlé.
3.     Abrahâm crie le nom de son fils, enfanté pour lui,
que lui a enfanté Sara: Is’hac ­ il rira !
4.     Abrahâm circoncit Is’hac son fils, à l’âge de huit jours,
comme le lui avait ordonné Elohîms.
5.     Abrahâm est âgé de cent ans quand Is’hac, son fils, lui est enfanté.
6.     Sara dit: « Elohîms m’a fait un rire ! Tout entendeur rira de moi ! »
7.     Elle dit: « Qui l’eût proféré d’Abrahâm ! Sara allaitant des fils !
Oui, j’ai enfanté un fils pour ses vieillissements ! »
8.     L’enfant grandit, il est sevré.
Abrahâm fait un grand festin le jour du sevrage d’Is’hac.

Bannissement d’Ishma‘él

9.     Sara voit rire le fils qu’Agar, la Misrit, avait enfanté à Abrahâm.
10.     Elle dit à Abrahâm: « Répudie cette servante et son fils !
Non, le fils de cette servante n’héritera pas avec mon fils, avec Is’hac ! »
11.     La parole fait très mal aux yeux d’Abrahâm, au sujet de son fils.
12.     Elohîms dit à Abrahâm: « Que cela ne fasse pas mal à tes yeux,
pour l’adolescent et pour ta servante.
Tout ce que te dira Sara, entends sa voix.
Oui, en Is’hac sera criée pour toi semence.
13.     Mais le fils de la servante, lui aussi, en nation, je le mettrai,
oui, c’est ta semence. »
14.     Abrahâm, au matin, se lève tôt: il prend du pain, une gourde d’eau,
il les donne à Agar, les met sur son épaule, puis l’enfant.
Il l’envoie. Elle va et vague dans le désert de Beér Shèba‘.
15.     L’eau de la gourde s’achève.
Elle jette l’enfant sous l’une des armoises.
16.     Elle va puis s’assoit là contre, à distance d’un tir d’arc.
Oui, elle avait dit: « Je ne verrai pas la mort de l’enfant. »
Elle s’assoit là contre, elle élève sa voix et pleure.
17.     Elohîms entend la voix de l’adolescent.
Le messager d’Elohîms crie vers Agar, des ciels, et lui dit:
« Qu’as-tu, Agar ? Ne frémis pas:
oui, Elohîms a entendu la voix de l’adolescent, là où il est.
18.     Lève-toi, porte l’adolescent, renforce ta main sur lui:
oui, je le mettrai en grande nation. »
19.     Elohîms lui dessille les yeux: elle voit un puits d’eau.
Elle va, remplit la gourde d’eau et abreuve l’adolescent.
20.     Et c’est Elohîms avec l’adolescent. Il grandit,
et habite au désert: c’est un maître-archer.
21.     Il habite le désert de Parân.
Sa mère lui prend une femme de la terre de Misraîm.

Pacte à Beér Shèba

22.     Et c’est en ce temps: Abimèlèkh, avec Pikhol, le chef de sa milice,
parle à Abrahâm pour dire:
« Elohîms est avec toi en tout ce que tu fais !
23.     Maintenant jure-moi par Elohîms, ici, de ne pas mentir,
à moi, à mon petit-fils ni à mon arrière-petit-fils.
Tu feras avec moi et avec la terre où tu as résidé,
selon le chérissement que je t’ai fait. »
24.     Abrahâm dit: « Moi-même, je le jure. »
25.     Abrahâm admoneste Abimèlèkh à cause de l’affaire du puits d’eau
que les serviteurs d’Abimèlèkh avaient spolié.
26.     Abimèlèkh dit: « Je ne sais pas qui a fait ce propos !
Toi non plus, tu ne me l’avais pas rapporté.
Aussi, moi-même je n’avais rien entendu avant ce jour. »
27.     Abrahâm prend ovins et bovins: il les donne à Abimèlèkh.
Les deux tranchent un pacte.
28.     Abrahâm poste sept agnelles d’ovins à part.
29.     Abimèlèkh dit à Abrahâm: « Que sont ces sept agnelles-là,
que tu as postées à part ? »
30.     Il dit: « Oui, tu prendras les sept agnelles de ma main
afin d’être pour moi un témoignage de ce que j’ai fouillé ce puits. »
31.     Sur quoi il crie au lieu: Beér Shèba‘ ­ Puits du jurement.
Oui, les deux jurent là.
32.     Ils tranchent un pacte à Beér Shèba‘.
Abimèlèkh se lève avec Pikhol, le chef de sa milice.
Ils retournent vers la terre des Pelishtîm.
33.     Il plante un tamaris à Beér Shèba‘.
Il crie là le Nom de IHVH-Adonaï, Él ‘Olâm ­ l’Él de pérennité.
34.     Abrahâm réside en terre des Pelishtîm des jours multiples.

Chapitre 22.

Is’hac aux liens

1.     Et c’est après ces paroles: l’Elohîms éprouve Abrahâm.
Il lui dit: « Abrahâm ! » Il dit: « Me voici. »
2.     Il dit: « Prends donc ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Is’hac,
va pour toi en terre de Moryah, là, monte-le en montée
sur l’un des monts que je te dirai. »
3.     Abrahâm se lève tôt le matin et bride son âne.
Il prend ses deux adolescents avec lui et Is’hac, son fils.
Il fend des bois de montée.
Il se lève et va vers le lieu que lui dit l’Elohîms.
4.     Le troisième jour, Abrahâm porte ses yeux et voit le lieu de loin.
5.     Abrahâm dit à ses adolescents: « Asseyez-vous ici avec l’âne.
Moi et l’adolescent nous irons jusque-là.
Nous nous prosternerons puis nous retournerons vers vous. »
6.     Abrahâm prend les bois de la montée, il les met sur Is’hac, son fils.
Il prend en sa main le feu et le coutelas.
Ils vont, les deux, unis.
7.     Is’hac dit à Abrahâm, son père, il dit: « Mon père ! »
Il dit: « Me voici, mon fils. »
Il dit: « Voici le feu et les bois. Où est l’agneau de la montée ? »
8.     Abrahâm dit: « Elohîms verra pour lui l’agneau de la montée, mon fils. »
Ils vont, les deux, unis.
9.     Ils viennent au lieu que lui a dit l’Elohîms.
Abrahâm bâtit là l’autel et prépare les bois.
Il ligote Is’hac, son fils, et le met sur l’autel, au-dessus des bois.
10.     Abrahâm lance sa main et saisit le coutelas pour égorger son fils.
11.     Le messager de IHVH-Adonaï crie vers lui des ciels et dit:
« Abrahâm ! Abrahâm ! » Il dit: « Me voici. »
12.     Il dit: « Ne lance pas ta main vers l’adolescent, ne lui fais rien !
Oui, maintenant je sais que, toi, tu frémis d’Elohîms !
Pour moi, tu n’as pas épargné, ton fils, ton unique. »
13.     Abrahâm porte ses yeux et voit,
et voici un bélier, derrière, saisi au hallier.
Abrahâm va et prend le bélier.
Il le monte en montée, au lieu de son fils.
14.     Abrahâm crie le nom de ce lieu: IHVH-Adonaï Iré ­ IHVH-Adonaï verra ­
qui se dit aujourd’hui: Sur le Mont de IHVH-Adonaï il sera vu.
15.     Le messager de IHVH-Adonaï crie à Abrahâm
une deuxième fois des ciels.
16.     Il dit: « Je le jure par moi, harangue de IHVH-Adonaï:
oui, puisque tu as fait cette parole
et que tu n’as pas épargné ton fils, ton unique,
17.     oui, je te bénirai, je te bénirai,
je multiplierai, je multiplierai ta semence,
comme les étoiles des ciels, comme le sable, sur la lèvre de la mer:
ta semence héritera la porte de ses ennemis,
18.     toutes les nations de la terre se bénissent en ta semence,
par suite de ce que tu as entendu ma voix. »
19.     Abrahâm retourne vers ses adolescents. Ils se lèvent
et vont, unis, vers Beér Shèba‘. Abrahâm habite Beér Shèba‘.
20.     Et c’est après ces paroles, il est rapporté à Abrahâm pour dire:
« Voici, Milka a enfanté, elle aussi, des fils à Nahor, ton frère.
21.     ‘Ous, son aîné, Bouz, son frère, Quemouél, le père d’Arâm,
22.     Kèssèd, Hazo, Pildash, Idlaph et Betouél.
23.     Betouél fait enfanter Ribca. »
Ces huit-là, Milka les a enfantés à Nahor, le frère d’Abrahâm.
24.     Sa concubine ­ son nom Reouma ­ enfante elle aussi
Tèbah, Gaham et Tahash et Ma‘akha.

Chapitre 23.

La sépulture

1.     Et ce sont les vies de Sara
cent ans et vingt ans et sept ans, les années des vies de Sara.
2.     Sara meurt à Qiriat Arba‘ ­ c’est Hèbrôn ­ en terre de Kena‘ân.
Abrahâm vient lamenter Sara et la pleurer.
3.     Abrahâm se lève sur les faces de sa morte
et parle aux Benéi Hét pour dire:
4.     « Je suis moi-même un métèque, un habitant avec vous;
donnez-moi propriété de sépulcre avec vous
et j’ensevelirai ma morte en face de moi. »
5.     Les Benéi Hét répondent à Abrahâm pour lui dire:
6.     « Entends-nous, mon Adôn ! Tu es un nassi d’Elohîms au milieu de nous.
Dans la plus choisie de nos sépultures, ensevelis ta morte.
Personne parmi nous ne fermera son sépulcre pour ensevelir ta morte. »
7.     Abrahâm se lève
et se prosterne devant le peuple de la terre, les Benéi Hét.
8.     Il leur parle pour dire:
« S’il est en votre être d’ensevelir ma morte en face de moi,
entendez-moi et contactez pour moi ‘Èphrôn bèn Sohar.
9.     Qu’il me donne la grotte de Makhpéla, qui est à lui,
à l’extrémité de son champ.
Contre plein argent, il me la donnera au milieu de vous,
pour propriété de sépulcre. »
10.     ‘Èphrôn siège au milieu des Benéi Hét;
‘Èphrôn, le Hiti, répond à Abrahâm, aux oreilles des Benéi Hét,
à tout venant à la porte de sa ville, pour dire:
11.     « Non, mon Adôn ! Entends-moi: le champ ? Je te l’ai donné.
La grotte qui s’y trouve ? Je te l’ai donnée.
Aux yeux des fils de mon peuple, je te l’ai donnée.
Ensevelis ta morte ! »
12.     Abrahâm se prosterne, face au peuple de la terre.
13.     Il parle à ‘Èphrôn, aux oreilles du peuple de la terre, pour dire:
« Ah, si seulement tu m’entendais ! Je t’ai donné l’argent du champ.
Prends-le de moi et là j’ensevelirai ma morte. »
14.     ‘Èphrôn répond à Abrahâm pour lui dire:
15.     « Mon Adôn ! Entends-moi: une terre de quatre cents sicles d’argent,
entre moi et entre toi, qu’est-ce ? Et ta morte, ensevelis-la. »
16.     Abrahâm entend ‘Èphrôn. Abrahâm pèse pour ‘Èphrôn
l’argent dont il a parlé aux oreilles des Benéi Hét:
quatre cents sicles d’argent, au cours marchand.
17.     Le champ d’‘Èphrôn, qui est à Makhpéla, en face de Mamré,
le champ et la grotte qui s’y trouve,
18.     tout arbre du champ, en toute sa frontière autour,
sont levés pour acquis à Abrahâm,
aux yeux des Benéi Hét et de tout venant, à la porte de sa ville.
19.     Après quoi, Abrahâm ensevelit Sara sa femme
dans la grotte de Makhpéla,
en face de Mamré ­ c’est Hèbrôn ­ en terre de Kena‘ân.
20.     Le champ et la grotte qui s’y trouve se lèvent
en propriété de sépulcre
pour Abrahâm, de par les Benéi Hét.

Chapitre 24.

Une femme pour Is’hac

1.     Abrahâm, vieux, décline dans les jours:
IHVH-Adonaï bénit Abrahâm en tout.
2.     Abrahâm dit à son serviteur, l’ancien de sa maison,
le gouverneur de tout ce qu’il a: « Mets donc ta main sous ma cuisse.
3.     Je te fais jurer par IHVH-Adonaï, l’Elohîms des ciels
et l’Elohîms de la terre,
que tu ne prendras pas femme pour mon fils
parmi les filles du Kena‘ani,
au milieu de qui moi-même j’habite,
4.     mais que vers ma terre, vers mon enfantement tu iras prendre femme
pour mon fils, pour Is’hac. »
5.     Le serviteur lui dit: « Peut-être la femme ne consentira pas
à aller derrière moi vers cette terre ?
Ferais-je retourner, retourner ton fils vers la terre dont tu es sorti ? »
6.     Abrahâm lui dit: « Garde-toi de faire retourner là mon fils !
7.     IHVH-Adonaï, l’Elohîms des ciels,
qui m’a pris de la maison de mon père, de la terre de mon enfantement,
qui m’a parlé, qui m’a juré pour dire:
‹ À ta semence, je donnerai cette terre ›,
lui, il enverra son messager en face de toi:
de là, prends femme pour mon fils.
8.     Et si la femme ne consentait pas à aller derrière toi,
tu serais innocent de ce serment, le mien.
Seulement ne fais pas retourner là mon fils. »
9.     Le serviteur met sa main sous la cuisse d’Abrahâm, son Adôn.
Il lui jure cette parole.

Une vierge belle à voir

10.     Le serviteur prend dix chameaux des chameaux de son Adôn.
Il va, tout bien de son Adôn en main.
Il se lève et va vers Arâm Naaraîm, vers la ville de Nahor.
11.     Il fait baraquer les chameaux hors de la ville, vers le puits d’eau,
au temps du soir, le temps où sortent les puiseuses.
12.     Il dit: « IHVH-Adonaï, l’Elohîms de mon Adôn Abrahâm !
Fais donc advenir, ce jour, en face de moi,
fais un chérissement avec mon Adôn Abrahâm.
13.     Voici: moi-même, je me poste sur l’oeil des eaux.
Les filles des hommes de la ville sortent puiser l’eau.
14.     Et c’est l’adolescente à qui je dirai:
‹ Tends donc ta cruche: je boirai ›,
et qui dira: ‹ Bois et j’abreuverai tes chameaux aussi ›,
celle-là, tu l’auras destinée à ton serviteur, à Is’hac.
En elle, je saurai que tu as fait un chérissement à mon Adôn ! »
15.     Et c’est lui, avant qu’il achève de parler, voici, Ribca sort,
celle qui fut enfantée pour Betouél fils de Milka,
la femme de Nahor, le frère d’Abrahâm, la cruche sur l’épaule.
16.     L’adolescente très belle à voir, vierge, homme ne l’ayant pénétrée,
descend vers l’oeil, emplit sa cruche et remonte.
17.     Le serviteur court à son abord. Il dit:
« Fais-moi absorber un peu d’eau de ta cruche ! »
18.     Elle dit: « Bois, mon Adôn. »
Elle se hâte, fait descendre la cruche de sa main et l’abreuve.
19.     Achevant de l’abreuver, elle dit:
« Pour tes chameaux aussi, je puiserai
jusqu’à ce qu’ils achèvent de boire... »
20.     Elle se hâte et déverse sa cruche dans l’abreuvoir.
Elle court encore au puits pour puiser.
Elle puise pour tous ses chameaux.
21.     L’homme, stupéfait d’elle, se tait pour le pénétrer:
IHVH-Adonaï a-t-il fait triompher sa route ou non ?
22.     Et c’est quand les chameaux ont achevé de boire:
l’homme prend une narinière d’or ­ son poids, un béqa‘ ­,
et deux bracelets pour ses mains ­ leur poids, dix d’or.
23.     Il dit: « De qui es-tu la fille ? Rapporte-moi !
Dans la maison de ton père est-il, pour nous, un lieu pour nuiter ? »
24.     Elle lui dit: « Moi-même ? La fille de Betouél, fils de Milka
qu’elle a enfanté pour Nahor. »
25.     Elle lui dit: « Aussi de la paille, aussi du fourrage
avec nous, en quantité, et aussi un lieu pour nuiter. »
26.     L’homme s’incline, il se prosterne devant IHVH-Adonaï.
27.     Il dit: « IHVH-Adonaï l’Elohîms de mon Adôn Abrahâm est béni,
qui n’a pas abandonné son chérissement et sa vérité avec mon Adôn.
Moi-même en route, IHVH-Adonaï m’a mené
à la maison des frères de mon Adôn ! »
28.     L’adolescente court:
elle le rapporte à la maison de sa mère, selon ces paroles.
29.     Ribca a un frère. Son nom: Labân.
Labân court vers l’homme, dehors, vers l’oeil.
30.     Et c’est en voyant la narinière et les bracelets
sur les mains de sa soeur, en entendant les paroles de sa soeur
pour dire: « L’homme m’a parlé ainsi »,
il vient vers l’homme: voici, il se tient sur les chameaux, sur l’oeil.
31.     Il dit: « Viens, béni de IHVH-Adonaï ! Pourquoi te tiendrais-tu dehors ?
Moi-même j’ai débarrassé la maison et un lieu pour les chameaux. »
32.     L’homme vient à la maison; il dessangle les chameaux.
Il donne paille et fourrage aux chameaux,
avec de l’eau pour baigner ses pieds et les pieds des hommes avec lui.
33.     Il est mis en face de lui de quoi manger.
Il dit: « Je ne mangerai que je n’aie parlé mes paroles. »
Il dit: « Parle. »
34.     Il dit: « Serviteur d’Abrahâm, moi-même !
35.     IHVH-Adonaï a fort béni mon Adôn: il a grandi.
Il lui a donné ovins et bovins, argent et or,
serviteurs, domestiques, chameaux et ânes.
36.     Sara, la femme de mon Adôn,
a enfanté un fils pour mon Adôn, après sa vieillesse.
Il lui donne tout ce qui est à lui.
37.     Mon Adôn m’a fait jurer pour dire:
‹ Tu ne prendras pas femme pour mon fils parmi les filles du Kena‘ani,
en terre de qui moi-même j’habite,
38.     mais tu iras vers la maison de mon père, vers mon clan,
et tu prendras femme pour mon fils. ›
39.     Je dis à mon Adôn:
‹ Peut-être la femme n’ira-t-elle pas derrière moi ? ›
40.     Il me dit: ‹ IHVH-Adonaï, en face de qui je suis allé,
enverra son messager avec toi: il fera triompher ta route.
Prends femme pour mon fils de mon clan, de la maison de mon père.
41.     Alors tu seras innocenté de mon imprécation:
oui, tu viendras vers mon clan
et, s’ils ne te la donnent pas,
tu seras innocenté de mon imprécation. ›
42.     Je viens aujourd’hui vers l’oeil et je dis:
‹ IHVH-Adonaï, l’Elohîms de mon Adôn Abrahâm,
s’il existe donc en toi de faire triompher ma route
sur laquelle moi-même je vais,
43.     voici: moi-même posté sur l’oeil d’eau,
c’est la nubile sortant puiser,
je lui dirai: ‹ Abreuve-moi donc, un peu d’eau de ta cruche ! ›
44.     Elle me répondra: ‹ Bois, toi aussi,
puis je puiserai aussi pour tes chameaux. ›
Telle sera la femme que IHVH-Adonaï aura destinée au fils de mon Adôn.
45.     Moi, n’ayant pas achevé de parler à mon coeur, et voici:
Ribca sort, sa cruche à l’épaule, descend vers l’oeil et puise.
Je lui dis: ‹ Abreuve-moi donc ! ›
46.     Elle se hâte, descend la cruche de sur elle et dit:
‹ Bois et j’abreuverai tes chameaux aussi. ›
Je bois puis elle a abreuvé les chameaux aussi.
47.     Je la questionne. Je lui dis: ‹ De qui es-tu la fille ? › Elle dit:
‹ La fille de Betouél, fils de Nahor que Milka a enfanté pour lui. ›
Je mets la narinière sur sa narine, les bracelets sur ses mains.
48.     Je me penche, me prosterne devant IHVH-Adonaï et bénis IHVH-Adonaï,
l’Elohîms de mon Adôn Abrahâm qui m’a mené sur la route de vérité
pour prendre la fille du frère de mon Adôn pour son fils.
49.     Maintenant, s’il existe en vous de faire chérissement et vérité
avec mon Adôn, rapportez-le moi. Sinon, rapportez-le moi.
Je ferai face, à droite ou à gauche. »
50.     Labân et Betouél répondent et disent: « La parole est sortie de IHVH-Adonaï.
Nous ne pourrons pas te parler, mal ou bien.
51.     Voici Ribca en face de toi. Prends-la et va.
Elle est la femme du fils de ton Adôn, comme a parlé IHVH-Adonaï. »
52.     Et c’est quand le serviteur d’Abrahâm a entendu leurs paroles,
il se prosterne à terre devant IHVH-Adonaï.
53.     Le serviteur sort des objets d’argent, des objets d’or, des habits.
Il les donne à Ribca. Il donne des libéralités à ses frères, à sa mère.

« J’irai »

54.     Ils mangent et boivent, lui et les hommes avec lui, puis ils nuitent.
Ils se lèvent au matin. Il dit: « Renvoyez-moi à mon Adôn. »
55.     Son frère, sa mère disent: « L’adolescente habitera parmi nous
des jours ou une dizaine. Puis elle ira. »
56.     Il leur dit: « Ne me retardez pas: IHVH-Adonaï a fait triompher ma route.
Envoyez-moi. Je vais vers mon Adôn. »
57.     Ils disent: « Nous crierons vers l’adolescente,
questionnons sa bouche ! »
58.     Ils crient vers Ribca. Ils lui disent: « Iras-tu avec cet homme ? »
Elle dit: « J’irai ! »
59.     Ils envoient Ribca, leur soeur et sa nourrice,
le serviteur d’Abrahâm et ses hommes.
60.     Ils bénissent Ribca et lui disent:
« Notre soeur, toi, sois en milliers de myriades:
ta semence héritera la porte de ses haineux. »
61.     Ribca se lève, avec ses adolescentes. Elles montent sur les chameaux
et vont derrière l’homme. Le serviteur prend Ribca et va.
62.     Is’hac vient, revenant du puits de Lahaï-Roï,
habiter en terre du Nèguèb.
63.     Is’hac sort pour méditer au champ, au tournant du soir.
Il porte ses yeux, voit et voici: des chameaux viennent.
64.     Ribca porte ses yeux et voit Is’hac: elle tombe du chameau.
65.     Elle dit au serviteur: « Qui est cet homme ?
Il va au champ à notre abord. »
Le serviteur dit: « C’est mon Adôn. »
Elle prend le voile et se couvre.
66.     Le serviteur raconte à Is’hac toutes les paroles qu’il a faites.
67.     Is’hac la fait venir dans la tente de Sara, sa mère.
Il prend Ribca; elle est à lui pour femme. Il l’aime.
Is’hac se réconforte après sa mère.

Chapitre 25.

Les fils de Qetoura

1.     Abrahâm ajoute et prend femme. Son nom: Qetoura.
2.     Elle lui enfante Zimrân, Ioqshân, Medân, Midiân, Ishbaq et Shouah.
3.     Ioqshân fait enfanter Sheba et Dedân.
Les fils de Dedân étaient: Ashourîm, Letoushîm et Leoumîm.
4.     Les fils de Midiân: ‘Éipha, ‘Éphèr, Hanokh, Abida‘ et Èlda‘a.
Tous ceux-là: fils de Qetoura.

Mort d’Abrahâm

5.     Abrahâm donne tout ce qui est à lui à Is’hac.
6.     Aux fils des concubines d’Abrahâm, Abrahâm donna des dons.
Il les envoie loin d’Is’hac, son fils, lui encore vivant:
vers le Levant, vers la terre du Levant.
7.     Voici les jours, les années des vies d’Abrahâm qu’il vécut:
cent soixante-quinze ans.
8.     Abrahâm agonise et meurt en bonne sénescence, vieux et rassasié.
9.     Il est ajouté à ses peuples.
Is’hac et Ishma‘él, ses fils l’ensevelissent dans la grotte de Makhpéla
au champ d’‘Èphrôn bèn Sohar, le Hiti, qui est face à Mamré,
10.     le champ qu’Abrahâm acheta des Benéi Hét:
là, est enseveli Abrahâm avec Sara, sa femme.
11.     Et c’est après la mort d’Abrahâm: Elohîms bénit Is’hac, son fils.
Is’hac habite près du puits de Lahaï-Roï.

Les Benéi Ishma‘él

12.     Voici les enfantements d’Ishma‘él, fils d’Abrahâm,
qu’Agar, la Misrit, la domestique de Sara, enfanta à Abrahâm.
13.     Voici les noms des fils d’Ishma‘él,
en leurs noms, pour leurs enfantements:
l’aîné d’Ishma‘él: Nebayot, Qédar, Adbeél, Mibsâm,
14.     Mishma‘, Douma, Massa,
15.     Hadad, Téima, Ietour, Naphish, Qédma.
16.     Les voilà, les fils d’Ishma‘él, et voilà leurs noms,
en leurs douars et leurs campements, les douze nassis de leur patrie.
17.     Et voici les années des vies d’Ishma‘él: cent trente-sept ans.
Il agonise, meurt et il est ajouté à ses peuples.
18.     Ils demeurent de Havila jusqu’à Shour,
qui est face à Misraîm, à l’accès d’Ashour:
sur les faces de tous ses frères, il tombait.

Enfantements: ‘Éssav et Ia‘acob

19.     Voici les enfantements d’Is’hac bèn Abrahâm:
Abrahâm fit enfanter Is’hac.
20.     Et c’est Is’hac: il a quarante ans quand il prend Ribca,
la fille de Betouél, l’Arami de Padân Arâm, la soeur de Labân l’Arami,
à lui pour femme.
21.     Is’hac intercède auprès de IHVH-Adonaï, en présence de sa femme:
oui, elle était stérile.
IHVH-Adonaï intercède pour lui: Ribca, sa femme, est enceinte.
22.     Les fils gigotent en son sein. Elle dit:
« Si c’est ainsi, pourquoi cela, moi-même ? Elle va consulter IHVH-Adonaï.
23.     IHVH-Adonaï lui dit: « Deux nations en ton ventre,
deux patries de tes entrailles se sépareront.
Une patrie plus qu’une patrie s’affirmera:
le majeur servira le mineur. »
24.     Ses jours se remplissent, pour enfanter,
et voici des jumeaux dans son ventre.
25.     Le premier sort: un roux, tout entier comme une cape de cheveux.
Ils crient son nom: ‘Éssav.
26.     Après quoi, son frère sort, sa main saisissant le talon d’‘Éssav.
Il crie son nom: Ia‘acob ­ Il talonnera.
Is’hac a soixante ans à leur enfantement.
27.     Les adolescents grandissent. Et c’est ‘Éssav
un homme qui connaît la chasse, un homme des champs.
Ia‘acob, homme intègre, habite les tentes.

Le bouillon de lentilles

28.     Is’hac aime ‘Éssav, oui, la chasse en sa bouche.
Ribca aime Ia‘acob.
29.     Ia‘acob fait bouillir un bouillon.
‘Éssav vient du champ: il est fatigué.
30.     ‘Éssav dit à Ia‘acob: « Fais-moi donc bâfrer du roux, de ce roux.
Oui, je suis moi-même fatigué. »
Sur quoi il crie son nom: Edôm ­ le Roux.
31.     Ia‘acob dit: « Vends-moi ce jour ton aînesse. »
32.     ‘Éssav dit: « Voici, moi-même je vais mourir.
Pourquoi ceci, l’aînesse, pour moi ? »
33.     Ia‘acob dit: « Jure-le moi en ce jour. »
Il le lui jure et vend son aînesse à Ia‘acob.
34.     Ia‘acob a donné à ‘Éssav du pain et un bouillon de lentilles.
Il mange, boit, se lève et s’en va. ‘Éssav a méprisé l’aînesse.

Chapitre 26.

Ribca, ma soeur

1.     Et c’est la famine sur la terre,
outre la première famine qui était aux jours d’Abrahâm.
Is’hac va vers Abimèlèkh, roi des Pelishtîm, à Guerar.
2.     IHVH-Adonaï se fait voir à lui. Il dit: « Ne descends pas en Misraîm.
Demeure sur la terre que je te dirai.
3.     Réside sur cette terre. Je suis avec toi et je te bénis.
Oui, à toi et à ta semence je donnerai toutes ces terres.
Je lève le jurement que j’ai juré à Abrahâm, ton père.
4.     Je multiplierai ta semence comme les étoiles des ciels,
je donnerai à ta semence toutes ces terres.
Toutes les nations de la terre se béniront en ta semence,
5.     par suite de ce qu’Abrahâm a entendu ma voix:
il garde ma garde, mes ordres, mes règles et mes toras. »
6.     Is’hac habite Guerar.
7.     Les hommes du lieu le questionnent sur sa femme.
Il dit: « Elle est ma soeur. » Oui, il frémit de dire: « Ma femme »,
afin « que les hommes du lieu ne me tuent pas pour Ribca:
oui, elle est bien à voir, elle. »
8.     Et c’est quand les jours se prolongeaient là pour lui,
Abimèlèkh, roi des Pelishtîm, observe par la fenêtre.
Il voit et voici: Is’hac rit avec Ribca sa femme.
9.     Abimèlèkh crie vers Is’hac et dit:
« Ah, voici, c’est ta femme. Comment disais-tu: ‹ C’est ma soeur › ? »
Is’hac lui dit: « Oui, j’avais dit: ‹ Afin que je ne meure pas pour elle ›. »
10.     Abimèlèkh dit: « Qu’est-ce que tu nous as fait !
Un du peuple a presque couché avec ta femme,
tu aurais fait venir contre nous la culpabilité. »
11.     Abimèlèkh ordonne à tout le peuple pour dire:
« Qui touchera cet homme ou sa femme mourra, il mourra. »
12.     Is’hac sème sur cette terre et trouve, en cette année, cent mesures.
IHVH-Adonaï le bénit.
13.     L’homme grandit, il va, va et grandit, oui, jusqu’à grandir beaucoup.
14.     Et c’est pour lui cheptel d’ovins, cheptel de bovins,
et des serviteurs multiples. Les Pelishtîm le jalousent.
15.     Tous les puits fouillés par les serviteurs de son père,
aux jours d’Abrahâm son père, les Pelishtîm les bouchent:
ils les remplissent de poussière.
16.     Abimèlèkh dit à Is’hac: « Va-t’en de chez nous:
oui, tu es puissant beaucoup plus que nous. »
17.     Is’hac s’en va de là. Il campe au torrent de Guerar et habite là.
18.     Is’hac retourne et fouille les puits d’eau
qui avaient été fouillés aux jours d’Abrahâm, son père,
et que les Pelishtîm bouchent après la mort d’Abrahâm.
Il crie pour eux des noms,
selon les noms que leur avait criés son père.
19.     Les serviteurs d’Is’hac fouillent dans le torrent.
Ils trouvent là un puits d’eaux vives.
20.     Les pâtres de Guerar se disputent avec les pâtres d’Is’hac
pour dire: « À nous, l’eau ! »
21.     Il crie le nom du puits: ‘Éssèq ­ Chamaille ­:
oui, ils s’étaient chamaillés avec lui.
Ils fouillent un autre puits et pour lui aussi ils se disputent.
Il crie son nom: Sitna ­ Détestation.
22.     Il s’ébranle de là et fouille un autre puits.
Ils ne se disputent pas pour lui
et il crie son nom: Rehobot ­ Largesses.
Il dit: « Oui, maintenant IHVH-Adonaï nous a mis au large:
nous avons fructifié sur la terre. »
23.     De là, il monte vers Beér Shèba‘.

Tranchons un pacte

24.     IHVH-Adonaï se fait voir à lui en cette nuit-là. Il dit:
« Moi-même, l’Elohîms d’Abrahâm ton père: ne frémis pas,
oui, je suis moi-même avec toi,
je te bénis, je multiplie ta semence à cause d’Abrahâm, mon serviteur. »
25.     Il bâtit là un autel et crie le nom de IHVH-Adonaï.
Il tend là sa tente, et là les serviteurs d’Is’hac forent un puits.
26.     Abimèlèkh va vers lui de Guerar,
avec Ahouzat, son compagnon, et Pikhol, le chef de sa milice.
27.     Is’hac leur dit: « Pourquoi êtes-vous venus vers moi ?
Vous, vous m’avez haï et renvoyé de chez vous. »
28.     Ils disent: « Nous avons vu, nous avons vu que IHVH-Adonaï était avec toi,
et nous disons: qu’une imprécation soit donc entre nous,
entre nous et entre toi. Nous trancherons un pacte avec toi:
29.     ne fais pas de mal contre nous puisque nous ne t’avons pas touché,
puisque nous avons fait pour toi seulement du bien
et t’avons envoyé en paix, toi, maintenant, béni de IHVH-Adonaï. »

Conflits

30.     Il leur fait un festin: ils mangent et boivent.
31.     Au matin, ils se lèvent tôt et jurent, l’homme à son frère.
Is’hac les envoie: ils s’en vont de chez lui en paix.
32.     Et c’est en ce jour, les serviteurs d’Is’hac viennent,
lui rapportent le sujet du puits qu’ils avaient fouillé
et lui disent: « Nous avons trouvé de l’eau ! »
33.     Il le crie: Shib‘a ­ Sept ­,
d’où le nom de la ville de Beér Shèba‘ ­ le Puits de Sept ­ jusqu’à ce jour.
34.     Et c’est ‘Éssav à quarante ans. Il prend femme:
Iehoudit, la fille de Beéri, le Hiti et Bosmat, la fille d’Éilôn, le Hiti.
35.     Elles sont amertume de souffle pour Is’hac et Ribca.

Chapitre 27.

Des mets comme j’aimais

1.     Et c’est, quand Is’hac est vieux, ses yeux se ternissent de voir.
Il crie vers ‘Éssav, son fils, le grand, et lui dit: « Mon fils. »
Il lui dit: « Me voici. »
2.     Il dit: « Voici donc, j’ai vieilli
et ne connais pas le jour de ma mort.
3.     Maintenant, porte donc tes objets, ta trousse et ton arc.
Sors au champ. Chasse pour moi de la chasse.
4.     Fais-moi des mets, comme j’aimais. Fais-les venir pour moi:
je mangerai pour que mon être te bénisse, avant que je ne meure. »
5.     Mais Ribca entend quand Is’hac parle à ‘Éssav son fils.
‘Éssav va au champ chasser, une chasse pour la faire venir...
6.     Ribca a dit à Ia‘acob son fils pour dire: « Voici:
j’ai entendu ton père parler à ‘Éssav ton frère pour dire:
7.     ‹ Fais venir pour moi la venaison et fais-moi des mets:
je mangerai et te bénirai, face à IHVH-Adonaï, face à ma mort. ›
8.     Maintenant, mon fils, entends ma voix en ce que moi je t’ordonne.
9.     Va donc vers les ovins. Prends-moi de là deux bons biquets de caprins.
Je les fais en mets pour ton père, comme il aime.
10.     Tu les fais venir à ton père et il mange,
pour qu’il te bénisse, face à sa mort. »
11.     Ia‘acob dit à Ribca sa mère: « Voici,
‘Éssav, mon frère, est un homme hirsute
et moi-même, un homme glabre.
12.     Peut-être mon père me palpera-t-il ?
Je serai à ses yeux comme un trompeur
et ferai venir sur moi la malédiction, non la bénédiction. »
13.     Sa mère lui dit: « À moi ta malédiction, mon fils !
Mais entends ma voix, prends pour moi. »
14.     Il va, prend et fait venir à sa mère.
Sa mère fait des mets comme son père aime.
15.     Ribca prend les vêtements d’‘Éssav, son fils, le grand,
les convoitables qui sont avec elle dans la maison.
Elle en habille Ia‘acob, son fils, le petit.
16.     Les peaux des biquets de caprins,
elle en a vêtu ses mains et le lisse de son cou.
17.     Elle donne les mets et le pain qu’elle a faits,
en main de Ia‘acob, son fils.
18.     Il vient vers son père et dit: « Mon père. »
Il dit: « Me voici. Qui es-tu mon fils ? »
19.     Ia‘acob dit à son père: « Moi-même, ‘Éssav, ton aîné.
J’ai fait comme tu m’as parlé. Lève-toi donc, assieds-toi
et mange de ma venaison, pour que ton être me bénisse. »
20.     Is’hac dit à son fils: « Qu’est-ce ? Tu t’es hâté à trouver, mon fils ! »
Il dit: « Oui, IHVH-Adonaï, ton Elohîms, l’a fait survenir en face de moi. »
21.     Is’hac dit à Ia‘acob: « Avance donc, que je te palpe, mon fils.
Es-tu mon fils ‘Éssav ou non ? »
22.     Ia‘acob s’avance vers Is’hac, son père. Il le palpe et dit:
« La voix, la voix de Ia‘acob, les mains, les mains d’‘Éssav. »
23.     Mais il ne l’avait pas reconnu:
oui, ses mains étaient comme les mains d’‘Éssav, son frère, hirsutes.
Et il le bénit.
24.     Il dit: « Est-ce toi, mon fils, ‘Éssav ? »
Il dit: « Moi. »
25.     Il dit: « Avance-la pour moi: je mange de la venaison, mon fils,
pour que mon être te bénisse. »
Il la lui avance et il en mange. Il lui donne du vin et il boit.

Is’hac bénit Ia‘acob

26.     Is’hac, son père, lui dit: « Avance donc et baise-moi, mon fils. »
27.     Il avance et le baise. Il sent l’odeur de ses habits.
Il le bénit et dit: « Vois,
l’odeur de mon fils est comme l’odeur d’un champ que IHVH-Adonaï a béni.
28.     Que l’Elohîms te donne la rosée des ciels,
les huiles de la terre, une multitude de céréales et de moût.
29.     Des peuples te serviront, des patries se prosterneront devant toi.
Sois le patron de tes frères.
Les fils de ta mère se prosterneront devant toi:
qui te honnit sera honni et béni qui te bénit. »
30.     Et c’est quand Is’hac a achevé de bénir Ia‘acob,
et c’est quand Ia‘acob est sorti, sorti, en face d’Is’hac, son père,
‘Éssav, son frère, vient de sa chasse !
31.     Il fait, lui aussi, des mets et les fait venir à son père.
Il dit à son père: « Que mon père se lève,
qu’il mange de la chasse de son fils, pour que son être me bénisse. »
32.     Is’hac, son père, lui dit: « Toi, qui es-tu ? »
Il dit: « Moi, ton fils, ton aîné, ‘Éssav. »
33.     Is’hac tressaille d’un grand tressaillement, très fort. Il dit:
« Qui ? d’où était le chasseur de chasse qui m’en a fait venir ?
J’ai mangé de tout avant que tu ne viennes et je l’ai béni !
Aussi, il sera béni. »

Vociférations d’‘Éssav

34.     Quand ‘Éssav entend les paroles de son père,
il vocifère une vocifération grande et amère, très fort.
Il dit à son père: « Bénis-moi aussi, mon père ! »
35.     Il dit: « Ton frère est venu par duperie: il a pris ta bénédiction. »
36.     Il dit: « Ainsi, il avait crié son nom Ia‘acob,
et il me talonne voilà deux fois !
Il a pris mon aînesse et voici maintenant il prend ma bénédiction. »
Il dit: « N’as-tu donc pas réservé pour moi une bénédiction ? »
37.     Is’hac répond et dit à ‘Éssav:
« Oui, je l’ai mis pour toi en patron, je lui ai donné tous ses frères
pour serviteurs, je l’ai soutenu de céréales et de moût,
et pour toi, alors, que ferai-je, mon fils ? »
38.     ‘Éssav dit à son père: « N’as-tu qu’une bénédiction, mon père ?
Bénis-moi, moi aussi, mon père ! » ‘Éssav élève la voix et pleure.
39.     Is’hac, son père, répond et lui dit:
« Voici: ton habitat sera aux huiles de la terre,
à la rosée des ciels, au-dessus.
40.     Tu vivras sur ton épée et tu serviras ton frère.
Et c’est quand tu trimarderas,
tu démonteras son joug sur ton cou ! »

41.     ‘Éssav déteste Ia‘acob pour la bénédiction dont l’a béni son père.
‘Éssav dit en son coeur: « Les jours du deuil de mon père approchent:
je tuerai Ia‘acob, mon frère ! »
42.     Les paroles d’‘Éssav, son fils, le grand, sont rapportées à Ribca.
Elle envoie crier Ia‘acob, son fils, le petit. Elle lui dit:
« Voici ‘Éssav, ton frère: il se réconforte pour toi, à te tuer.
43.     Maintenant, mon fils, entends ma voix: lève-toi !
Enfuis-toi chez Labân, mon frère, à Harân.
44.     Habite avec lui quelques jours,
jusqu’à ce que se retourne la fièvre de ton frère,
45.     jusqu’à ce que la narine de ton frère se détourne de toi,
et qu’il ait oublié ce que tu lui as fait.
Je t’enverrai prendre de là.
Pourquoi serai-je désenfantée de vous deux aussi en un jour ? »
46.     Ribca dit à Is’hac: « Je suis dégoûtée de ma vie en face des filles de Hét.
Si Ia‘acob prend une femme des filles de Hét, comme celles-là,
des filles de la terre, pourquoi vivrais-je ? »

Chapitre 28.

Il sort

1.     Is’hac crie vers Ia‘acob. Il le bénit, lui ordonne et lui dit:
« Tu ne prendras pas femme parmi les filles de Kena‘ân.
2.     Lève-toi !
Va à Padân Arâm, à la maison de Betouél, le père de ta mère.
Prends pour toi, de là, une femme
parmi les filles de Labân, le frère de ta mère.
3.     Él Shadaï te bénira, il te fera fructifier et te multipliera,
tu seras une assemblée de peuples.
4.     Il te donne la bénédiction d’Abrahâm, à toi et à ta semence avec toi:
pour te faire hériter la terre de tes résidences
qu’Elohîms a donnée à Abrahâm. »
5.     Is’hac envoie Ia‘acob. Il va vers Padân Arâm,
vers Labân bèn Betouél, l’Arami, le frère de Ribca,
mère de Ia‘acob et d’‘Éssav.

Ia‘acob rêve

6.     ‘Éssav voit: oui, Is’hac a béni Ia‘acob, il l’envoie à Padân Arâm,
pour prendre de là une femme pour lui,
et, le bénissant, il lui ordonne pour dire:
« Tu ne prendras pas une femme des filles de Kena‘ân. »
7.     Ia‘acob entend son père et sa mère et va vers Padân Arâm.
8.     ‘Éssav voit que les filles de Kena‘ân sont mauvaises
aux yeux d’Is’hac, son père,
9.     ‘Éssav va vers Ishma‘él: il prend à lui pour femme Mahalat, la fille
d’Ishma‘él bèn Abrahâm, la soeur de Nebayot, en plus de ses femmes.
10.     Ia‘acob sort de Beér Shèba‘ et va vers Harân.
11.     Il atteint le lieu et nuite là: oui, le soleil avait décliné.
Il prend une des pierres du lieu,
la met à son chevet et couche en ce lieu-là.
12.     Il rêve.
Et voici un escalier posté sur la terre: sa tête touche aux ciels.
Et voici, les messagers d’Elohîms y montent et y descendent.
13.     Et voici, IHVH-Adonaï est posté sur lui.
Il dit: « Moi, IHVH-Adonaï l’Elohîms d’Abrahâm ton père, l’Elohîms d’Is’hac:
la terre où tu es couché, je la donnerai à toi et à ta semence.
14.     Ta semence est comme la poussière de la terre: tu fais brèche
vers la Mer et vers le levant, vers le septentrion et vers le Nèguèb.
Tous les clans de la glèbe sont bénis en toi et en ta semence.
15.     Voici, moi-même avec toi, je te garderai partout où tu iras.
Je te ferai retourner vers cette glèbe, car je ne t’abandonnerai pas
sans avoir fait ce dont je t’ai parlé. »

La porte des ciels

16.     Ia‘acob se ranime de son sommeil et dit:
« Ainsi, IHVH-Adonaï existe en ce lieu et moi-même je ne le pénétrais pas. »
17.     Il frémit et dit: « Quel frémissement, ce lieu !
Ce n’est autre que la maison d’Elohîms ­
et ceci, la porte des ciels. »
18.     Ia‘acob se lève tôt, le matin.
Il prend la pierre qu’il avait mise à son chevet,
la met en stèle et fait couler sur sa tête de l’huile.
19.     Il crie le nom de ce lieu: Béit-Él ­ Maison d’Él.
Autrement Louz était en premier le nom de cette ville.
20.     Ia‘acob voue un voeu. Il dit: « Si Elohîms est avec moi,
s’il me garde sur cette route où moi-même je vais,
me donnant pain à manger, habit à vêtir,
21.     et que je revienne en paix à la maison de mon père,
IHVH-Adonaï est à moi pour Elohîms.
22.     Cette pierre que j’ai mise en stèle sera la maison d’Elohîms.
Tout ce que tu me donneras, j’en dîmerai la dîme, pour toi. »

Chapitre 29.

Ia‘acob et Rahél

1.     Ia‘acob porte ses pieds
et va vers la terre des Benéi Qèdèm ­ les Fils du Levant.
2.     Il voit, et voici un puits dans le champ.
Voici là trois troupeaux d’ovins accroupis dessus:
oui, de ce puits ils abreuveront les troupeaux.
La pierre est grande sur la bouche du puits.
3.     Tous les troupeaux se réunissent là.
Ils roulent la pierre de la bouche du puits, abreuvent les ovins
puis retournent la pierre sur la bouche du puits, en son lieu.
4.     Ia‘acob leur dit: « Mes frères, d’où êtes-vous ? »
Ils disent: « Nous ? De Harân. »
5.     Il leur dit: « Connaissez-vous Labân bèn Nahor ? »
Ils disent: « Nous connaissons. »
6.     Il leur dit: « Paix à lui ? »
Ils disent: « Paix.
Voici Rahél ­ Brebis ­ sa fille, elle vient avec les ovins. »
7.     Il dit: « Voici c’est grand jour encore,
ce n’est pas le temps de réunir le cheptel.
Abreuvez les ovins et allez pâturer. »
8.     Ils disent: « Nous ne le pouvons pas
avant que tous les troupeaux se soient réunis;
ils roulent alors la pierre de la bouche du puits
et nous abreuvons les ovins. »
9.     Il leur parle encore, quand Rahél vient avec les ovins de son père:
oui, elle est pastourelle.
10.     Et c’est quand Ia‘acob a vu Rahél fille de Labân, le frère de sa mère
et les ovins de Labân, le frère de sa mère,
Ia‘acob avance et roule la pierre de la bouche du puits.
Il abreuve les ovins de Labân, le frère de sa mère.
11.     Ia‘acob baise Rahél, élève la voix et pleure.
12.     Ia‘acob rapporte à Rahél qu’il est le frère de son père,
oui, le fils de Ribca, lui. Elle court et le rapporte à son père.
13.     Et c’est quand Labân entend l’entendu de Ia‘acob, le fils de sa soeur,
il court à son abord, l’étreint, le baise, le fait venir à sa maison.
Il raconte à Labân toutes ces paroles.
14.     Labân lui dit: « Mais tu es mon os, ma chair, toi ! »
Il habite avec lui une lunaison de jours.

15.     Labân dit à Ia‘acob: « Et quoi, tu es mon frère, toi.
Et tu me servirais gratuitement ? Rapporte-moi quel sera ton salaire ? »
16.     Or Labân a deux filles.
Nom de la grande: Léa. Nom de la petite: Rahél.
17.     Les yeux de Léa ? Mous.
Rahél était de tournure belle et belle à voir.
18.     Ia‘acob aime Rahél. Il dit:
« Je te servirai sept ans pour Rahél, ta fille, la petite. »
19.     Labân dit: « Il est bien à moi de t’en faire dation
plutôt que dation à un autre homme. Habite avec moi. »
20.     Ia‘acob sert pour Rahél sept ans.
Ils sont à ses yeux comme quelques jours, en son amour pour elle.
21.     Ia‘acob dit à Labân: « Offre-moi ma femme.
Oui, mes jours se sont remplis et je viens à elle. »
22.     Labân réunit tous les hommes du lieu et fait un festin.
23.     Et c’est au soir: il prend Léa, sa fille,
il la lui fait venir et il vient à elle.
24.     Labân donne à Léa, sa fille, Zilpa, sa domestique, pour domestique.
25.     Et c’est au matin et voici: c’est Léa ! Il dit à Labân:
« Que m’as-tu donc fait ?
N’est-ce pas pour Rahél que j’ai servi avec toi ?
Pourquoi m’as-tu dupé ? »
26.     Labân dit: « Il ne se fait pas ainsi en notre lieu,
donner la puînée avant l’aînée.
27.     Remplis ce septennat: celle-là aussi t’est donnée
contre le service où tu me serviras encore sept autres années. »
28.     Ia‘acob fait ainsi. Il remplit ce septennat.
Il lui donne Rahél, sa fille, à lui, pour femme.
29.     Labân donne Bilha, sa domestique, à Rahél, sa fille, pour domestique.
30.     Ia‘acob vient aussi à Rahél, il aime aussi Rahél plus que Léa.
Il sert avec lui encore sept autres années.

Les fils de Ia‘acob

31.     IHVH-Adonaï voit: oui, Léa est haïe. Il ouvre sa matrice.
Et Rahél ? Stérile !
32.     Enceinte, Léa enfante un fils et crie son nom: Reoubén.
Oui, elle a dit: « Oui, IHVH-Adonaï a vu ma misère,
maintenant, oui, mon homme m’aimera. »
33.     Encore enceinte elle enfante un fils.
Elle dit: « Oui, IHVH-Adonaï a entendu que je suis moi-même haïe.
Il m’a donné celui-là aussi. »
Elle crie son nom: Shim‘ôn ­ l’Entendeur.
34.     Encore enceinte, elle enfante un fils et dit:
« Maintenant, mon homme, cette fois, s’adjoindra à moi:
oui, j’ai enfanté pour lui trois fils. »
Sur quoi, elle a crié son nom: Lévi ­ l’Adjoint.
35.     Encore enceinte, elle enfante un fils et dit:
« Cette fois, je célèbre IHVH-Adonaï. »
Sur quoi elle a crié son nom: Iehouda ­ le Célébrant.
Elle s’arrête d’enfanter.

Chapitre 30.

Rahél jalouse

1.     Rahél voit qu’elle n’a pas enfanté pour Ia‘acob.
Rahél jalouse sa soeur. Elle dit à Ia‘acob:
« Offre-moi des fils, sinon je suis morte, moi-même ! »
2.     La narine de Ia‘acob brûle contre Rahél. Il dit:
« Suis-je moi-même à la place d’Elohîms,
qui t’a interdit le fruit du ventre ? »
3.     Elle dit: « Voici ma servante, Bilha. Viens à elle.
Elle enfantera sur mes genoux et je me bâtirai d’elle, moi-même aussi. »
4.     Elle lui donne Bilha, sa domestique, pour femme: Ia‘acob vient à elle.
5.     Enceinte, Bilha enfante un fils à Ia‘acob.
6.     Rahél dit: « Elohîms m’a jugée, il a aussi entendu ma voix
et me donne un fils. »
Sur quoi elle a crié son nom: Dân ­ Il a jugé.
7.     Enceinte encore, Bilha, la domestique de Rahél,
enfante un deuxième fils à Ia‘acob.
8.     Rahél dit: « Dans les joutes d’Elohîms, j’ai jouté avec ma soeur
et j’ai même pu. » Elle crie son nom: Naphtali ­ ma Joute.
9.     Léa voit qu’elle a cessé d’enfanter.
Elle prend Zilpa, sa domestique, et la donne à Ia‘acob pour femme.
10.     Zilpa, la domestique de Léa, enfante à Ia‘acob un fils.
11.     Léa dit: « La fortune est venue ! »
Elle crie son nom: Gad ­ Fortune.
12.     Zilpa, la domestique de Léa, enfante à Ia‘acob un fils.
13.     Léa dit: « En mon entrain, oui, les filles ont dit mon entrain ! »
Elle crie son nom: Ashér ­ Entrain.
14.     Reoubén, aux jours de la moisson des blés, va
et trouve des mandragores au champ. Il les apporte à Léa sa mère.
Rahél dit à Léa: « Donne-moi donc des mandragores de ton fils. »
15.     Elle lui dit: « Est-ce peu d’avoir pris mon homme
pour prendre aussi les mandragores de mon fils ? »
Rahél dit: « Ainsi, il couchera avec toi cette nuit,
contre les mandragores de ton fils. »
16.     Ia‘acob vient du champ le soir. Léa sort à son abord.
Elle dit: « Tu viendras à moi:
oui, je t’ai salarié, salarié avec les mandragores de mon fils. »
Il couche avec elle cette nuit-là.
17.     Elohîms entend Léa. Enceinte, elle enfante à Ia‘acob un cinquième fils.
18.     Léa dit: « Elohîms m’a donné le salaire
de ce que j’ai donné ma domestique à mon homme. »
Elle crie son nom: Issaskhar ­ homme-salaire.
19.     Encore enceinte, Léa enfante un sixième fils à Ia‘acob.
20.     Léa dit: « Elohîms m’a prodigué une prodigalité de bien.
Cette fois mon homme me comblera: oui, je lui ai enfanté six fils. »
Elle crie son nom: Zebouloun ­ Comblé.
21.     Ensuite, elle enfante une fille. Elle crie son nom: Dina.

Naissance de Iosseph

22.     Elohîms se souvient de Rahél. Elohîms l’entend et ouvre sa matrice:
23.     enceinte, elle enfante un fils et dit: « Elohîms a désajouté ma flétrissure. »
24.     Elle crie son nom: Iosseph ­ Il ajoutera ­
pour dire: « IHVH-Adonaï m’ajoute un autre fils ! »
25.     Et c’est quand Rahél a enfanté Iosseph, Ia‘acob dit à Labân:
« Envoie-moi, je vais vers mon lieu et vers ma terre.
26.     Donne mes femmes, mes enfants, pour lesquels je t’ai servi.
Je vais: oui, toi, tu as connu mon service, combien je t’ai servi. »

Ia‘acob fait fortune

27.     Labân lui dit: « Si j’ai donc trouvé grâce à tes yeux... !
Je l’ai deviné: IHVH-Adonaï m’a béni à cause de toi ! »
28.     Il dit: « Fixe-moi ton salaire: je le donne ! »
29.     Il lui dit: « Toi, tu sais combien je t’ai servi,
ce qu’était ton cheptel avec moi,
30.     oui, le peu qui était à toi face à moi a fait brèche en multiple:
IHVH-Adonaï t’a béni à mon pied.
Maintenant, quand ferai-je, moi-même aussi, pour ma maison ? »
31.     Il dit: « Que te donnerai-je ? »
Ia‘acob dit: « Tu ne me donneras rien.
Si tu me fais cette parole,
je retournerai, je pâturerai tes ovins, je les garderai,
32.     je passerai parmi tous tes ovins aujourd’hui:
écarter de là tout agneau pointé ou tacheté,
tout agneau brun parmi les moutons et, parmi les caprins,
les tachetés et les pointés, tel sera mon salaire.
33.     Ma justification répond pour moi.
Un jour, demain, oui, tu viendras avec mon salaire, face à toi,
tout ce qui n’est pas pointé ou tacheté parmi les caprins
et brun parmi les moutons aura été volé par moi. »
34.     Labân dit: « Voilà, s’il en est selon ta parole ! »
35.     Ce jour-là, il écarte les bouquins rayés et tachetés
et tous les caprins pointés et tachetés, tout ce qui a du blanc en lui,
et tout brun parmi les moutons, et il les donne en main à ses fils.
36.     Il met une route de trois jours entre lui et Ia‘acob.
Ia‘acob pâture les ovins de Labân, les restants.
37.     Ia‘acob prend pour lui des cannes fraîches
d’aliboufier, de coudrier et de platane.
Il y écorce des écorces blanches,
décortiquant l’aubier qui est sur les cannes.
38.     Il expose les cannes qu’il a écorcées, là où les ovins viennent boire,
dans les auges, dans les abreuvoirs pleins d’eaux, devant les ovins,
et, venant boire, ils entrent en chaleur,
39.     les ovins entrent en chaleur près des cannes
et les ovins mettent bas des rayés, des pointés, des tachetés.
40.     Ia‘acob avait séparé les moutons:
il donne les faces des ovins vers les rayés,
et tous les bruns parmi les ovins de Labân.
Il place des troupeaux pour lui seul:
il ne les plaçait pas avec les ovins de Labân.
41.     Et c’est à chaque fois que les ovins précoces entraient en chaleur,
Ia‘acob mettait les cannes sous les yeux des ovins, dans les auges,
pour les mettre en chaleur avec les cannes.
42.     Quand les ovins étaient débiles, il ne les mettait pas.
Et c’est à Labân, les débiles, à Ia‘acob, les précoces.
43.     L’homme fait brèche, fort, fort.
Et c’est à lui ovins multiples,
domestiques, serviteurs, chameaux, ânes.

Chapitre 31.

Ia‘acob fuit Labân

1.     Il entend les paroles des fils de Labân pour dire:
« Ia‘acob a pris tout ce qui était à notre père.
Et de ce qui est à notre père, il a fait tout ce poids. »
2.     Ia‘acob voit les faces de Labân,
et voici, il n’était plus avec lui comme hier ou avant-hier.
3.     IHVH-Adonaï dit à Ia‘acob: « Retourne vers la terre de tes pères,
vers ton enfantement. Je suis avec toi. »
4.     Ia‘acob envoie crier Rahél et Léa, au champ, à ses ovins.
5.     Il leur dit: « Je vois moi-même les faces de votre père,
non, il n’est plus avec moi comme hier ou avant-hier.
Mais l’Elohîms de mon père était avec moi.
6.     Et vous, vous savez que, de toute ma force, j’ai servi votre père.
7.     Et votre père m’a bafoué. Il a changé mon salaire, dix comptes !
Mais Elohîms ne lui a pas donné de méfaire avec moi.
8.     S’il disait ainsi: ‹ Les pointés seront ton salaire ›,
tous les ovins enfantaient des pointés.
Et s’il disait ainsi: ‹ Les rayés seront ton salaire ›,
tous les ovins enfantaient des rayés.
9.     Elohîms a arraché le cheptel à votre père et il me le donne.
10.     Et c’est au temps où les ovins s’échauffent:
je lève mes yeux, vois dans un rêve, et voici:
les menons qui montent sur les ovins sont rayés, pointés, grêlés.
11.     Le messager de l’Elohîms me dit en rêve: ‹ Ia‘acob. › Je dis: ‹ Me voici. ›
12.     Il dit: ‹ Lève donc tes yeux et vois !
Tous les menons qui montent sur les ovins sont rayés, pointés, grêlés:
oui, j’ai vu tout ce que Labân t’a fait.
13.     Je suis l’Él de Béit-Él, là où tu as messié une stèle,
là où tu m’as voué un voeu.
Maintenant lève-toi, sors de cette terre
et retourne vers la terre de ton enfantement ›. »
14.     Rahél et Léa répondent et lui disent:
« Avons-nous encore part et possession dans la maison de notre père ?
15.     N’avons-nous pas été comptées pour étrangères par lui ?
Oui, il nous a vendues et il mange bien notre argent.
16.     Oui, toute la richesse qu’Elohîms a arrachée à notre père,
elle est à nous et à nos fils.
Maintenant tout ce qu’Elohîms t’a dit, fais-le. »
17.     Ia‘acob se lève: il porte ses fils et ses femmes sur les chameaux.
18.     Il conduit tout son cheptel et tout son acquis qu’il avait acquis,
le cheptel de son acquisition, ce qu’il avait acquis à Padân Arâm,
pour venir vers Is’hac, son père, en terre de Kena‘ân.
19.     Labân était allé tondre ses ovins.
Rahél vole les pénates ­ les teraphîm ­ de son père.
20.     Et Ia‘acob vole le coeur de Labân, l’Arami,
en ne lui rapportant pas qu’il s’enfuit.
21.     Il s’enfuit, lui et tout ce qui est à lui,
il se lève, passe le fleuve et met ses faces vers le mont Guil‘ad.

Ia‘acob est poursuivi

22.     Il est rapporté à Labân, au troisième jour, que Ia‘acob s’est enfui.
23.     Il prend ses frères avec lui et poursuit derrière lui sept jours de route.
Il colle à lui au mont Guil‘ad.
24.     Elohîms vient vers Labân l’Arami, en rêve, la nuit et lui dit:
« Garde-toi de parler à Ia‘acob, en bien ou en mal. »
25.     Labân atteint Ia‘acob. Ia‘acob avait planté sa tente sur le mont,
et Labân avait planté ses frères au mont Guil‘ad.
26.     Labân dit à Ia‘acob: « Qu’as-tu fait ? Tu voles mon coeur
et tu conduis mes filles comme des captives de l’épée.
27.     Pourquoi t’es-tu dissimulé pour t’enfuir ? Tu m’as volé !
Si tu me l’avais rapporté, je t’aurais envoyé
avec joie poèmes, tambour, lyres !
28.     Tu ne m’a pas laissé embrasser mes fils et mes filles:
maintenant, tu as agi en fou !
29.     Il est au pouvoir de ma main de vous faire du mal,
mais l’Elohîms de votre père, hier soir, m’a parlé pour dire:
‹ Garde-toi de parler à Ia‘acob en bien ou en mal. ›
30.     Et maintenant, tu es allé, allé,
oui, tu languissais, tu languissais après la maison de ton père.
Mais pourquoi as-tu volé mes Elohîms ? »
31.     Ia‘acob répond et dit à Labân: « Oui, je frémissais,
oui, je disais que tu me spolierais de tes filles.
32.     Qui tu trouveras avec tes Elohîms ne vivra pas.
Contre nos frères, reconnais ce que j’ai avec moi et prends-le. »
Or Ia‘acob ne savait pas que Rahél les avait volés.
33.     Labân vient dans la tente de Ia‘acob,
dans la tente de Léa, et dans la tente des deux servantes:
il ne trouvait rien. Il sort de la tente de Léa et vient dans la tente de Rahél.
34.     Or Rahél avait pris les teraphîm ­ les pénates ­,
elle les avait mis dans la bardelle du chameau et s’était assise dessus.
Labân palpe toute la tente: il ne trouve rien.
35.     Elle dit à son père: « Cela ne brûlera pas les yeux de mon Adôn
si je ne peux me lever en face de toi.
Oui, à moi la route des femmes ! »
Il cherche mais il ne trouve pas les pénates.
36.     Cela brûle Ia‘acob: il se dispute avec Labân.
Ia‘acob répond et dit à Labân: « Quelle est ma carence ?
Quelle est ma faute, que tu t’allumes derrière moi ?
37.     Oui, tu as palpé tous mes objets;
qu’as-tu trouvé de tous les objets de ta maison ?
Mets-le ici, contre mes frères et tes frères
et qu’ils prouvent entre nous deux !
38.     Voilà vingt ans que moi-même je suis avec toi:
tes brebis, tes caprins n’ont pas été désenfantés,
les béliers de tes ovins, je ne les ai pas mangés.
39.     Je ne t’ai pas ramené de bête lacérée.
Moi-même, je t’en dédommageais de ma main, quand tu la demandais,
à moi volée de jour, à moi volée de nuit.
40.     J’étais là le jour, l’assèchement me dévorait et la glace la nuit.
Mon sommeil errait loin de mes yeux.
41.     Cela, pour moi, pendant vingt ans, dans ta maison.
Je t’ai servi quatorze ans pour tes deux filles, six ans pour tes ovins.
Et tu as changé mon salaire, dix comptes !
42.     Si l’Elohîms de mon père, l’Elohîms d’Abrahâm, le tremblement d’Is’hac
n’avait été pour moi, oui, maintenant tu me renverrais à vide.
Ma misère, le labeur de mes paumes, Elohîms l’a vu.
Il l’a prouvé hier soir ! »
43.     Labân répond et dit à Ia‘acob:
« Les filles ? Mes filles ! Les fils ? Mes fils ! Les ovins ? Mes ovins !
Tout ce que tu vois est à moi !
Pour mes filles, que ne ferai-je, pour celles-là, aujourd’hui
ou pour leurs fils qu’elles ont enfantés ?

Pacte avec Labân

44.     Maintenant, allons et tranchons un pacte, moi et toi:
il sera en témoin entre moi et entre toi. »
45.     Ia‘acob prend une pierre et l’élève en stèle.
46.     Ia‘acob dit à ses frères: « Récoltez des pierres. »
Ils prennent des pierres, en font un galgal
et mangent là, sur le galgal.
47.     Labân le crie: Iegar Saadouta ­ Tas du témoignage.
Ia‘acob l’avait crié: Gal‘èd ­ Tas du témoin.
48.     Labân dit: « Aujourd’hui, ce galgal est un témoin entre moi et entre toi. »
Sur quoi il crie son nom: Gal‘èd,
49.     et Mispa ­ Guet ­, dont il dit: « IHVH-Adonaï guettera entre moi et entre toi.
Quand nous serons cachés, l’homme loin de son compagnon,
50.     si tu violentes mes filles,
si tu prends femmes, en plus de mes filles,
nul homme n’étant avec nous, vois,
Elohîms est un témoin entre moi et entre toi. »
51.     Labân dit à Ia‘acob: « Voici ce galgal,
voici la stèle que j’ai tirée entre moi et entre toi,
52.     témoin ce galgal et témoignage la stèle:
si je passe vers toi ce galgal, si tu passes vers moi ce galgal
et cette stèle en cas de malheur...
53.     Les Elohîms d’Abrahâm et les Elohîms de Nahor jugeront entre nous
les Elohîms de leur père. »
Ia‘acob jure par le tremblement de son père Is’hac.
54.     Ia‘acob sacrifie un sacrifice sur le mont.
Il crie ses frères pour manger le pain.
Ils mangent le pain et nuitent sur le mont.

Chapitre 32.

Le camp d’Elohîms

1.     Au matin, Labân se lève tôt, embrasse ses fils et ses filles, et les bénit.
Labân va et retourne à son lieu.
2.     Ia‘acob va sa route. Les messagers d’Elohîms l’atteignent.
3.     Ia‘acob dit en les voyant: « Voici le camp d’Elohîms. »
Il crie le nom de ce lieu: Mahanaîm ­ les Deux Camps.
4.     Ia‘acob envoie des messagers en face de lui
à ‘Éssav son frère, en terre de Sé‘ir, au champ d’Edôm.
5.     Il leur ordonne pour dire: « Vous direz ainsi à mon Adôn, à ‘Éssav:
‹ Ainsi a dit ton serviteur, Ia‘acob ›:
‹ J’ai résidé avec Labân, m’attardant jusqu’à maintenant.
6.     Et c’est à moi boeufs et ânes, ovins, serviteurs, domestiques.
J’envoie le rapporter à mon Adôn, pour trouver grâce à tes yeux ›. »

Retour de Ia‘acob

7.     Les messagers retournent à Ia‘acob pour dire:
« Nous sommes venus vers ton frère, vers ‘Éssav.
Lui aussi va à ton abord, quatre cents hommes avec lui. »
8.     Ia‘acob frémit fort, s’angoisse et divise le peuple qui est avec lui,
les ovins, les bovins et les chameaux, en deux camps.
9.     Il dit: « Si ‘Éssav vient vers un camp et le frappe,
le camp restant sera rescapé. »
10.     Ia‘acob dit: « Elohîms de mon père Abrahâm, Elohîms de mon père Is’hac,
IHVH-Adonaï qui m’as dit: ‹ Retourne à ta terre, à ton enfantement:
je te suis bienfaisant ›.
11.     Je suis petit pour tous les chérissements et toute la vérité
que tu as faits à ton serviteur:
oui, avec ma canne, j’avais passé ce Iardèn:
et maintenant je suis en deux camps.
12.     Secours-moi donc de la main de mon frère, de la main d’‘Éssav,
oui, moi-même je frémis de lui, qu’il vienne et me frappe,
la mère sur les fils !
13.     Et toi tu as dit:
‹ Bienfaisant, pour toi je serai bienfaisant.
Je mets ta semence comme le sable de la mer,
si multiple qu’il ne sera pas compté ›. »
14.     Il nuite là, cette nuit. Il prend de ce qui vient en sa main,
une offrande pour ‘Éssav, son frère:
15.     caprins, deux cents; bouquins, vingt;
brebis, deux cents; béliers, vingt;
16.     chamelles laitières et chamelons, trente;
vaches, quarante ; bouvillons, dix; ânesses, vingt; ânons, dix.
17.     Il les donne en main de ses serviteurs, troupeau par troupeau à part.
Il dit à ses serviteurs: « Passez en face de moi.
Vous mettrez un espace entre troupeau et troupeau. »
18.     Il ordonne au premier pour dire:
« Quand ‘Éssav, mon frère, te rencontrera et te questionnera pour dire:
‹ À qui es-tu et où vas-tu ? Et à qui sont ceux-là, en face de toi ? ›
19.     dis: ‹ À ton serviteur, à Ia‘acob.
C’est une offrande envoyée pour mon Adôn, pour ‘Éssav.
Voici, il est aussi derrière nous ›... »
20.     Il ordonne aussi au deuxième, au troisième aussi,
et aussi à tous les marcheurs derrière les troupeaux, pour dire:
« Vous parlerez selon cette parole à ‘Éssav, en le trouvant.
21.     Dites: ‹ Voici aussi ton serviteur Ia‘acob derrière nous. › »
Oui, il a dit: « J’absoudrai ses faces avec l’offrande qui va en face de moi.
Après quoi je verrai ses faces, et peut-être portera-t-il mes faces. »
22.     L’offrande passe en face de lui.
Lui, il avait nuité cette nuit-là dans le camp.
23.     Il se lève cette nuit-là, prend ses deux femmes, ses deux domestiques,
ses onze enfants, et passe la passe du Iaboq.
24.     Il les prend, leur fait passer le torrent et fait passer ce qui est à lui.

Lutte avec Él

25.     Ia‘acob reste seul.
Un homme lutte avec lui jusqu’à la montée de l’aube.
26.     Il voit qu’il ne peut rien contre lui.
Il le touche à la paume de sa cuisse,
la paume de la cuisse de Ia‘acob se disloque dans sa lutte contre lui.
27.     Il dit: « Envoie-moi: oui, l’aube est montée. »
Il dit: « Je ne t’enverrai que si tu me bénis. »
28.     Il lui dit: « Quel est ton nom ? » Il dit: « Ia‘acob. »
29.     Il dit: « Ton nom ne se dira plus Ia‘acob, mais Israël ­ Lutteur d’Él ­:
oui, tu as lutté avec Elohîms et avec les hommes, et tu as pu. »
30.     Ia‘acob questionne et dit: « Rapporte-moi donc ton nom. »
Il dit: « Pourquoi cela demandes-tu mon nom ? »
Et il le bénit là.
31.     Ia‘acob crie le nom du lieu: Péniél ­ Face d’Él:
« Oui, j’ai vu Elohîms faces à faces et mon être est secouru ! »
32.     Le soleil brille sur lui lorsqu’il passe Penouél:
il boite de la cuisse.
33.     Ainsi, les Benéi Israël ne mangent pas le nerf du tressaut,
qui est contre la paume de la cuisse, jusqu’à ce jour.
Oui, il avait touché la paume de la cuisse de Ia‘acob au nerf du tressaut.

Chapitre 33.

La rencontre d’‘Èssav

1.     Ia‘acob lève ses yeux et voit.
Voici: ‘Éssav vient avec quatre cents hommes.
Il répartit les enfants sur Léa, sur Rahél
et sur les deux domestiques.
2.     Il met les domestiques et leurs enfants en premier,
Léa et ses enfants en arrière puis Rahél et Iosseph en arrière.
3.     Et lui, passé devant leurs faces, se prosterne à terre sept fois,
jusqu’à ce qu’il avance vers son frère.
4.     ‘Éssav court à son abord, l’étreint, tombe à son cou, l’embrasse:
ils pleurent.
5.     Il lève ses yeux et voit les femmes, leurs enfants.
Il dit: « Qui sont ceux-là pour toi ? »
Il dit: « Les enfants dont Elohîms a gratifié ton serviteur ! »
6.     Les domestiques s’avancent, elles et leurs enfants: ils se prosternent.
7.     Léa s’avance aussi avec ses enfants: ils se prosternent.
Puis Iosseph s’avance avec Rahél: ils se prosternent.
8.     Il dit: « Qu’est pour toi tout ce camp que j’ai rencontré ? »
Il dit: « C’est pour trouver grâce aux yeux de mon Adôn ! »
9.     ‘Éssav dit: « J’ai beaucoup pour moi, mon frère !
Ce qui est à toi est à toi ! »
10.     Ia‘acob dit: « Non, donc ! Si donc j’ai trouvé grâce à tes yeux,
prends mon offrande de ma main:
oui, parce que j’ai vu tes faces comme se voient les faces d’Elohîms,
agrée-moi !
11.     Prends donc ma bénédiction apportée pour toi:
oui, Elohîms m’a fait grâce et j’ai tout pour moi. »
12.     Il insiste et il prend.
Il dit: « Partons, allons: je vais à ton encontre. »
13.     Il lui dit: « Mon Adôn sait que les enfants sont tendres.
Ovins et bovins allaitent pour moi.
Tapés un seul jour, tous les ovins meurent.
14.     Que mon Adôn passe en face de son serviteur !
Moi, je me traînerai selon ma lenteur,
au pied de l’ouvrage qui est en face de moi, au pied des enfants,
jusqu’à ce que je vienne vers mon Adôn, à Sé‘ir. »
15.     ‘Éssav dit: « J’exposerai donc avec toi du peuple qui est avec moi. »
Il dit: « Pourquoi trouverai-je grâce en cela aux yeux de mon Adôn ? »
16.     ‘Éssav retourne, en ce jour, sur sa route vers Sé‘ir.
17.     Ia‘acob part pour Soukot, il se bâtit là une maison
et fait des cabanes pour son cheptel.
Ainsi, il crie le nom du lieu: Soukot ­ Cabanes.

À Shekhèm

18.     Ia‘acob vient, entier, dans la ville de Shekhèm,
en terre de Kena‘ân à sa venue de Padân Arâm:
il campe en face de la ville.
19.     Il achète la parcelle du champ où il avait tendu sa tente,
de la main des Benéi Hamor, père de Shekhèm, pour cent qessitas.
20.     Il poste là un autel et le crie: « Él Elohîms d’Israël. »

Chapitre 34.

Une affaire de viol

1.     Dina, la fille que Léa avait enfantée pour Ia‘acob,
sort voir des filles de la terre.
2.     Shekhèm bèn Hamor, le Hivi, nassi de la terre, la voit.
Il la prend, la couche et la violente.
3.     Son être colle à Dina la fille de Ia‘acob. Il aime l’adolescente.
Il parle au coeur de l’adolescente.
4.     Shekhèm dit à Hamor son père pour dire:
« Prends-moi cette enfant pour femme. »
5.     Ia‘acob a entendu qu’il avait souillé Dina, sa fille.
Ses fils étaient avec son cheptel au champ.
Ia‘acob fait le sourd jusqu’à leur venue.
6.     Hamor, père de Shekhèm, sort vers Ia‘acob pour lui parler.
7.     Les fils de Ia‘acob venaient du champ quand ils entendent.
Les hommes se peinent; cela les brûle fort.
Oui, il a fait une charogne contre Israël:
coucher avec la fille de Ia‘acob cela ne se fait pas.
8.     Hamor leur parle pour dire:
« Shekhèm, mon fils, son être a affectionné votre fille:
donnez-la lui donc pour femme.
9.     Mariez-vous avec nous. Vous nous donnerez vos filles,
vous prendrez pour vous nos filles,
10.     vous habiterez avec nous, la terre sera en face de vous:
habitez, transitez, appropriez-vous-la. »
11.     Shekhèm dit à son père et à ses frères:
« Je trouverai grâce à vos yeux.
Ce que vous me direz, je le donnerai.
12.     Multipliez fort pour moi la dot et la donation:
je donnerai ce que vous me direz,
mais donnez-moi l’adolescente pour femme. »
13.     Les fils de Ia‘acob répondent à Shekhèm
et à Hamor, son père, avec duperie;
ils parlent de ce qu’il avait souillé Dina leur soeur.

La duperie

14.     Ils leur disent: « Nous ne pourrons pas faire cette parole,
donner notre soeur à un homme qui a un prépuce:
oui, ce serait une flétrissure pour nous !
15.     Mais en cela nous nous accorderons avec vous:
si vous étiez comme nous, pour circoncire tout mâle parmi vous,
16.     nous vous donnerions nos filles et nous prendrions vos filles.
Nous habiterions avec vous et nous serions un seul peuple.
17.     Si vous ne nous entendez pas, pour vous circoncire,
nous prenons notre fille et nous nous en allons. »
18.     Leurs paroles excellent aux yeux de Hamor
et aux yeux de Shekhèm bèn Hamor.
19.     L’adolescent ne tarde pas à faire la parole:
oui, il désire la fille de Ia‘acob
et il pèse plus que toute la maison de son père.
20.     Hamor vient, avec Shekhèm son fils, à la porte de leur ville.
Ils parlent aux hommes de leur ville pour dire:
21.     « Ces hommes-là sont entiers avec nous.
Qu’ils habitent la terre, qu’ils y transitent;
voici la terre aux mains larges en face d’eux.
Nous prendrons leurs filles pour femmes, pour nous,
et nous leur donnerons nos filles.
22.     Seulement en ceci les hommes s’accorderont avec nous
pour habiter avec nous et être un seul peuple:
circoncire tout mâle parmi nous comme ils sont circoncis.
23.     Leur cheptel, leurs acquis et toutes leurs bêtes ne sont-ils pas à nous ?
Accordons-nous seulement avec eux et qu’ils habitent avec nous. »
24.     Tous ceux qui sortent par la porte de sa ville
entendent Hamor et Shekhèm, son fils.
Tous ceux qui sortent par la porte de sa ville circoncisent tout mâle.

À bouche d’épée

25.     Et c’est le troisième jour, quand ils sont endoloris,
les deux fils de Ia‘acob, Shim‘ôn et Lévi, les frères de Dina,
prennent chacun son épée.
Ils viennent contre la ville en sécurité et tuent tous les mâles.
26.     Et Hamor et Shekhèm, son fils, ils les tuèrent à bouche d’épée.
Ils prennent Dina de la maison de Shekhèm, et sortent.
27.     Les fils de Ia‘acob, venus contre les victimes,
pillent la ville qui avait souillé leur soeur.
28.     Leurs ovins, leurs bovins, leurs ânes,
ce qui est en ville, ce qui est au champ, ils le prirent.
29.     Toute leur fortune, tous leurs petits et leurs femmes,
ils les capturèrent: ils les pillent, avec tout ce qui est à la maison.
30.     Ia‘acob dit à Shim‘ôn et à Lévi:
« Vous m’avez perturbé et fait puer pour l’habitant de cette terre,
le Kena‘ani, le Perizi. Et moi, petit en nombre,
ils se réuniront contre moi et ils me frapperont.
Je serai exterminé, moi et ma maison ! »
31.     Ils disent: « Sera-t-il fait à notre soeur comme à une putain ? »

Chapitre 35.

À Béit-Él

1.     Elohîms dit à Ia‘acob: « Lève-toi ! Monte à Béit-Él. Habite là.
Et là, fais un autel pour l’Él qui s’est fait voir à toi
dans ta fuite en face d’‘Éssav ton frère. »
2.     Ia‘acob dit à sa maison, à tout ce qui est avec lui:
« Écartez les Elohîms de l’étranger qui sont au milieu de vous.
Purifiez-vous ! Changez vos tuniques !
3.     Levons-nous, montons à Béit-Él.
Je fais là un autel pour l’Él, mon répondant au jour de ma détresse:
il est avec moi sur la route où je vais. »
4.     Ils donnent à Ia‘acob
tous les Elohîms de l’étranger qui sont en leurs mains,
et les anneaux de leurs oreilles.
Ia‘acob les enfouit sous le pistachier de Shekhèm.
5.     Ils partent, et c’est l’effarement d’Elohîms
sur les villes qui sont à leurs alentours.
Ils n’ont pas poursuivi les fils de Ia‘acob.
6.     Ia‘acob vient à Louz, en terre de Kena‘ân ­ c’est Béit-Él ­,
lui et tout le peuple qui est avec lui.
7.     Il bâtit là un autel et crie au lieu: « Él de Béit-Él »,
oui, là les Elohîms s’étaient découverts à lui
dans sa fuite en face de son frère.
8.     Debora, la nourrice de Ribca, meurt.
Elle est ensevelie au-dessous de Béit-Él, sous le chêne.
Il crie son nom: Alôn Bakhout ­ le Chêne du Pleur.

Le nom d’Israël

9.     Elohîms se fait voir encore à Ia‘acob, à sa venue de Padân Arâm.
Il le bénit.
10.     Elohîms lui dit: « Ton nom, Ia‘acob, ton nom ne sera plus crié Ia‘acob:
oui, Israël est ton nom. » Il crie son nom: Israël.
11.     Elohîms lui dit: « Moi, Él Shadaï ! Fructifie, multiplie !
Une nation et une assemblée de nations seront de toi.
Des rois de tes lombes sortiront.
12.     La terre que j’ai donnée à Abrahâm, à Is’hac,
je te la donne et à ta semence après toi, je donne la terre. »
13.     Elohîms monte au-dessus de lui du lieu où il avait parlé avec lui.
14.     Ia‘acob poste une stèle, au lieu où il avait parlé avec lui,
une stèle de pierre.
Il répand sur elle une libation et coule sur elle de l’huile.
15.     Ia‘acob crie le nom du lieu,
là où avait parlé avec lui Elohîms, Béit-Él.
16.     Ils partent de Béit-Él.
Et c’est encore une distance de terre pour venir à Èphrata.
Rahél enfante. L’enfantement est dur pour elle.
17.     Et c’est aux endurances de son enfantement, l’accoucheuse lui dit:
« Ne frémis pas: oui, celui-là est aussi un fils pour toi. »
18.     Et c’est quand son être sort ­ oui, elle meurt ­
elle crie son nom: Bèn-Oni, Fils de ma transe.
Mais son père le crie: Biniamîn, Fils de la droite.

Rahél meurt

19.     Rahél meurt. Elle est ensevelie sur la route d’Èphrata
c’est Béit Lèhèm, la Maison du Pain.
20.     Ia‘acob poste une stèle sur sa sépulture.
C’est la stèle de la sépulture de Rahél, jusqu’à ce jour.
21.     Israël part et tend sa tente au-delà de Migdal-‘Édèr ­ la Tour du Troupeau.
22.     Et c’est quand Israël demeure en cette terre,
Reoubén va et couche avec Bilha, la concubine de son père.
Israël l’entend.
23.     Et ce sont les fils de Ia‘acob: douze. Fils de Léa:
l’aîné de Ia‘acob, Reoubén, Shim‘ôn, Lévi,
Iehouda, Issaskhar, Zebouloun.
24.     Fils de Rahél, Iosseph, Biniamîn.
25.     Fils de Bilha, la domestique de Rahél, Dân, Naphtali.

Mort d’Is’hac

26.     Fils de Zilpa la domestique de Léa: Gad, Ashér.
Ceux-là: les fils de Ia‘acob, enfantés pour lui à Padân Arâm.
27.     Ia‘acob vient vers Is’hac, son père, à Mamré,
Qiriat Arba‘ ­ c’est Hèbrôn, là où séjournaient Abrahâm et Is’hac.
28.     Ce sont les jours d’Is’hac, cent quatre-vingt ans.
29.     Is’hac agonise et meurt.
Il est ajouté à ses peuples, vieux et rassasié de jours:
‘Éssav et Ia‘acob, ses fils, l’ensevelissent.

Chapitre 36.

Enfantements

1.     Voici les enfantements d’‘Éssav, lui ­ Edôm ­:
2.     ‘Éssav a pris ses femmes parmi les filles de Kena‘ân,
‘Ada, fille d’Éilôn le Hiti,
Oolibama, fille d’‘Ana, fille de Sib‘ôn, le Hivi,
3.     et Bosmat, fille d’Ishma‘él, soeur de Nebayot.
4.     ‘Ada enfante, pour ‘Éssav, Èliphaz. Et Bosmat enfante Re‘ouél,
5.     Oolibama enfante Ie‘oush, Ia‘lâm et Qorah.
Ceux-là, les fils d’‘Éssav, enfantés pour lui en terre de Kena‘ân.

La séparation

6.     ‘Éssav prend ses femmes, ses fils, ses filles,
tous les êtres de sa maison,
son cheptel, toutes ses bêtes,
tout son achat acquis en terre de Kena‘ân.
Il va vers une terre face à Ia‘acob, son frère.
7.     Oui, leur acquis était de trop pour habiter ensemble.
La terre de leur résidence ne pouvait pas les porter en face de leur cheptel.
8.     ‘Éssav habite au mont Sé‘ir, ‘Éssav lui ­ Edôm.

Les fils d’‘Èssav

9.     Voici les enfantements d’‘Éssav, père d’Edôm, au mont Sé‘ir.
10.     Voici les noms des fils d’‘Éssav: Èliphaz, fils d’‘Ada,
femme d’‘Éssav, Re‘ouél, fils de Bosmat, femme d’‘Éssav.
11.     Ce sont les fils d’Èliphaz, Téimân, Omar, Sepho, Ga‘atâm, Qenaz.
12.     Timna‘ était la concubine d’Èliphaz bèn ‘Éssav,
elle enfante, pour Èliphaz, ‘Amaléq.
Voilà les fils d’‘Ada, femme d’‘Éssav.
13.     Et voici les fils de Re‘ouél, Nahat, Zèrah, Shama, Miza,
tels étaient les fils de Bosmat, femme d’‘Éssav.
14.     Tels étaient les fils d’Oolibama, fille d’‘Ana,
fille de Sib‘ôn, femme d’‘Éssav;
elle enfante pour ‘Éssav: Ie‘oush, Ia‘lâm et Qorah.
15.     Voici les alouphîm ­ les chefs ­ des Benéi ‘Éssav,
fils d’Èliphaz, l’aîné d’‘Éssav:
alouph Téimân, alouph Omar, alouph Sepho, alouph Qenaz,
16.     alouph Qorah, alouph Ga‘atâm, alouph ‘Amaléq.
Voilà les alouphîm d’Èliphaz; en terre d’Edôm.
Voilà les fils d’‘Ada.
17.     Voici les fils de Re‘ouél bèn ‘Éssav:
alouph Nahat, alouph Zèrah, alouph Shama, alouph Miza.
Voilà les alouphîm de Re‘ouél, en terre d’Edôm.
Voilà les fils de Bosmat, femme d’‘Éssav.
18.     Et voici les fils d’Oolibama, femme d’‘Éssav:
alouph Ie‘oush, alouph Ia‘lâm, alouph Qorah.
Voilà les alouphîm d’Oolibama, fille d’‘Ana, femme d’‘Éssav.
19.     Voilà les fils d’‘Éssav et voilà leurs alouphîm: lui, Edôm.

Les fils de Sé‘ir

20.     Voici les fils de Sé‘ir, le Hori, habitants de la terre:
Lotân, Shobal, Sib‘ôn, ‘Ana,
21.     Dishôn, Éssèr, Dishân.
Voilà les alouphîm du Hori, les fils de Sé‘ir, en terre d’Edôm.
22.     Et ce sont les fils de Lotân: Hori, Omâm.
La soeur de Lotân: Timna‘.
23.     Voici les fils de Shobal: ‘Alvân, Manahat, ‘Éibal, Shefo, Onâm.
24.     Voici les fils de Sib‘ôn: Aya, ‘Ana,
‘Ana lui, qui a trouvé les Thermes au désert,
en pâturant les ânes de Sib‘ôn, son père.
25.     Voici les fils d’‘Ana: Dishôn, Oolibama, fille d’‘Ana.
26.     Voici les fils de Dishân: Hèmdân, Èshbân, Itrân, Kerân.
27.     Voici les fils d’Ésèr: Biléân, Za‘avân, ‘Aqân.
28.     Voici les fils de Dishân: ‘Ous et Arân.
29.     Voici les alouphîm du Hori:
alouph Lotân, alouph Shobal, alouph Sib‘ôn, alouph ‘Ana,
30.     alouph Dishôn, alouph Ésèr, alouph Dishân.
Voilà les alouphîm du Hori, pour leurs alouphîm, en terre de Sé‘ir.

Les chefs d’Edôm

31.     Et voici les rois qui ont régné en terre d’Edôm,
avant que règne un roi des Benéi Israël.
32.     Bèla‘ bèn Be‘or règne en Edôm. Nom de sa ville: Dinaba.
33.     Bèla‘ meurt. Règne après lui Iobab bèn Zèrah, de Bosra.
34.     Iobab meurt. Règne après lui Houshâm, de la terre du Téimani.
35.     Houshâm meurt. Règne après lui Adad bèn Bedad,
le frappeur de Midiân au Champ de Moab. Nom de sa ville: ‘Avit.
36.     Adad meurt. Règne après lui Samla, de Masréqa.
37.     Samla meurt. Règne après lui Shaoul de Rehobot-le-Fleuve.
38.     Shaoul meurt. Règne après lui Ba‘al Hanân bèn ‘Akhbor.
39.     Ba‘al Hanân bèn ‘Akhbor meurt. Règne après lui Adar.
Nom de sa ville: Pa‘ou.
Nom de sa femme: Mééitabél, fille de Matréd, fille de Méi Zaab.

40.     Voici les noms des alouphîm d’‘Éssav,
pour leurs clans, pour leurs lieux, en leurs noms,
alouph Timna‘, alouph ‘Alva, alouph Itét,
41.     alouph Oolibama, alouph Éla, alouph Pinôn,
42.     alouph Qenaz, alouph Téimân, alouph Mibsar,
43.     alouph Magdiél, alouph ‘Irâm. Voilà les alouphîm d’Edôm,
pour leurs habitats, en terre de leur propriété ­ lui ‘Éssav, père d’Edôm.

Chapitre 37.

Iosseph

1.     Ia‘acob habite en terre des résidences de son père, en terre de Kena‘ân.
2.     Voici les enfantements de Ia‘acob,
Iosseph, âgé de dix-sept ans, était pâtre aux ovins avec ses frères,
lui, l’adolescent, avec les fils de Bilha et les fils de Zilpa,
les femmes de son père.
Iosseph fait venir leur médisance de malheur, à leur père.
3.     Israël aimait Iosseph plus que tous ses fils,
oui, il était pour lui le fils de ses vieillesses;
il lui fait une aube à rayures.
4.     Ses frères voient que leur père l’aimait plus que tous ses frères.
Ils le haïssent et ne pouvaient lui parler en paix.

Rêves de Iosseph

5.     Iosseph rêve un rêve et le rapporte à ses frères.
Ils ajoutent à le haïr encore.
6.     Il leur dit: « Entendez donc ce rêve que j’ai rêvé.
7.     Voici, nous gerbons des gerbes au milieu du champ !
Voici, ma gerbe se lève et même se poste.
Et voici, vos gerbes l’entourent et se prosternent devant ma gerbe. »
8.     Ses frères lui disent: « Régneras-tu, régneras-tu sur nous ?
Ou nous gouverneras-tu, nous gouverneras-tu ? »
Ils ajoutent à le haïr encore pour ses rêves et pour ses paroles.
9.     Il rêve encore un autre rêve. Il le raconte à ses frères et dit:
« Voici, j’ai encore rêvé un rêve. Et voici,
le soleil, la lune et onze étoiles se prosternent devant moi. »
10.     Il le raconte à son père, à ses frères.
Son père le rabroue et lui dit: « Qu’est ce rêve que tu as rêvé ?
Est-ce que nous viendrons, nous viendrons, moi, ta mère, tes frères,
pour nous prosterner à terre devant toi ? »
11.     Ses frères le jalousent, mais son père garde la parole.
12.     Ses frères vont pâturer le troupeau de leur père à Shekhèm.
13.     Israël dit à Iosseph: « Tes frères ne pâturent-ils pas à Shekhèm ?
Va, je t’envoie vers eux. » Il lui dit: « Me voici. »
14.     Il lui dit: « Va donc ! Vois la paix de tes frères, et la paix des ovins.
Retourne-moi une parole. »
Il l’envoie de la vallée de Hèbrôn et il vient à Shekhèm.
15.     Un homme le trouve et voici, il vague au champ.
L’homme le questionne pour dire: « Que recherches-tu ? »
16.     Il dit: « Mes frères ! Je les recherche moi-même;
rapporte-moi donc où ils pâturent. »
17.     L’homme dit: « Ils sont partis d’ici.
Oui, je les ai entendus dire: ‹ Allons à Dotân ! › »
Iosseph va derrière ses frères et les trouve à Dotân.

Vendu par ses frères

18.     Ils le voient de loin. Avant qu’il n’approche d’eux
ils intriguent pour le mettre à mort.
19.     L’homme dit à son frère: « Voici ce maître des rêves ! Il vient !
20.     Maintenant, allons, tuons-le, jetons-le dans l’une des fosses. Disons:
‹ Un animal de malheur l’a mangé. › Voyons ce qu’il en sera de ses rêves ! »
21.     Reoubén entend et le secourt de leur main.
Il dit: « Ne le frappons pas à l’être. »
22.     Reoubén leur dit: « Ne répandez pas le sang !
Jetez-le dans cette fosse qui est au désert.
Ne lancez pas de main contre lui »,
pour le secourir de leur main et le retourner à son père.
23.     Et c’est quand Iosseph vient vers ses frères:
ils dépouillent Iosseph de son aube, l’aube à rayures qu’il portait,
24.     le prennent et le jettent dans la fosse.
La fosse est vide, sans eau dedans.
25.     Ils s’assoient pour manger le pain. Ils portent leurs yeux et voient:
voici une caravane d’Ishme‘élîm, elle vient de Guil‘ad.
Leurs chameaux sont chargés d’astragale, de baume, de ciste.
Ils vont pour faire descendre vers Misraîm.
26.     Iehouda dit à ses frères: « Quel profit à tuer notre frère ?
Couvrirons-nous son sang ?
27.     Allons ! Vendons-le aux Ishme‘élîm.
Que notre main ne soit pas sur lui !
Oui, c’est notre frère, notre chair, lui ! » Ses frères l’entendent.
28.     Des hommes passent, des Midianîm, des transitaires.
Ils tirent et montent Iosseph de la fosse.
Ils vendent Iosseph aux Ishme‘élîm pour vingt pièces d’argent.
Ils font venir Iosseph en Misraîm.
29.     Reoubén retourne à la fosse et voici, pas de Iosseph dans la fosse.
Il déchire ses habits,
30.     retourne vers ses frères et dit:
« L’enfant n’est plus ! Et moi, où donc venir ? »
31.     Ils prennent l’aube de Iosseph, égorgent un bouc de caprin
et immergent l’aube dans le sang.
32.     Ils envoient l’aube à rayures et la font venir à leur père.
Ils disent: « Nous avons trouvé cela.
Reconnais-tu donc l’aube de ton fils ou non ? »
33.     Il la reconnaît et dit: « L’aube de mon fils !
Un animal de malheur l’a mangé, lacéré, Iosseph, lacéré ! »
34.     Ia‘acob déchire ses tuniques, met un sac sur ses hanches
et s’endeuille pour son fils des jours multiples.
35.     Tous ses fils, toutes ses filles, se lèvent pour le réconforter.
Il refuse d’être réconforté et dit:
« Oui, vers mon fils je descendrai en deuil au Shéol. »
Son père le pleure.
36.     Les Midianîm le vendent en Misraîm à Potiphar,
l’eunuque de Pharaon, le chef des immolateurs.

Chapitre 38.

Iehouda et Tamar

1.     Et c’est en ce temps: Iehouda descend de chez ses frères.
Il tend jusque chez un homme d’‘Adoulâm. Son nom, Hira.
2.     Iehouda voit là la fille d’un homme, un Kena‘ani. Son nom Shoua‘.
Il la prend et vient à elle.
3.     Enceinte, elle enfante un fils. Il crie son nom, ‘Ér.
4.     Enceinte encore, elle enfante un fils. Elle crie son nom, Onân.
5.     Elle ajoute encore, et enfante un fils. Elle crie son nom, Shéla.
Il était à Kezib, quand elle l’enfante.
6.     Iehouda prend une femme pour ‘Ér, son aîné. Son nom: Tamar.
7.     Et c’est ‘Ér, l’aîné de Iehouda, mal aux yeux de IHVH-Adonaï.
IHVH-Adonaï le met à mort.
8.     Iehouda dit à Onân: « Viens vers la femme de ton frère,
lévire-la, suscite une semence à ton frère. »
9.     Onân sait que la semence ne sera pas pour lui.
Et c’est quand il vient vers la femme de son frère,
il détruit à terre, pour ne pas donner de semence à son frère.
10.     Ce qu’il fait est mal aux yeux de IHVH-Adonaï: il le met à mort, lui aussi.
11.     Iehouda dit à Tamar, sa bru: « Habite en veuve la maison de ton père,
jusqu’à ce que grandisse Shéla, mon fils. » Oui, il avait dit:
« Afin qu’il ne meure pas, lui aussi, comme ses frères ! »
Tamar va, et habite la maison de son père.
12.     Les jours se multiplient. Bat-Shoua‘, la femme de Iehouda, meurt.
Iehouda, réconforté, monte vers les tondeurs de ses ovins,
lui et Hira, son compagnon, l’‘Adoulami, vers Timna.
13.     Il est rapporté à Tamar pour dire:
« Voici, ton beau-père monte à Timna pour tondre ses ovins. »
14.     Elle écarte ses habits de veuvage loin d’elle, se couvre d’un voile,
s’y évanouit et s’assoit à l’ouverture d’‘Éinaîm ­ les Deux Yeux ­
sur la route de Timna. Oui, elle avait vu que Shéla avait grandi,
mais elle ne lui avait pas été donnée pour femme.

Il la prend pour une putain

15.     Iehouda la voit et la prend pour une putain;
oui, elle avait recouvert son visage.
16.     Il tend vers elle, sur la route, et dit:
« Offre donc: je viendrai à toi. »
Non, il ne savait pas qu’elle était sa bru.
Elle dit: « Que me donneras-tu quand tu viendras à moi ? »
17.     Il dit: « Je t’enverrai moi-même un biquet des caprins du troupeau ! »
Elle dit: « Si tu me donnais une caution jusqu’à cet envoi ? »
18.     Il dit: « Quelle caution te donnerai-je ? »
Elle dit: « Ton sceau, ta tresse et ton sceptre que tu as en main. »
Il les lui donne, vient à elle et elle est enceinte de lui.
19.     Elle se lève, va, écarte son voile loin d’elle
et revêt ses habits de veuvage.
20.     Iehouda envoie le biquet de caprins
par la main de son compagnon d’‘Adoulâm,
pour reprendre la caution de la main de la femme,
mais il ne la trouve pas.
21.     Il questionne les gens de son lieu, pour dire:
« Où est la prostituée, celle d’‘Éinaîm, sur la route ? »
Ils disent: « Il n’y avait pas ici de prostituée. »
22.     Il retourne vers Iehouda et dit: « Je ne l’ai pas trouvée. »
Les hommes du lieu disent aussi: « Il n’y avait pas ici de prostituée. »
23.     Iehouda dit:
« Elle le prendra, pour elle afin que nous soyons à mépris.
Voici j’ai envoyé ce biquet et toi tu ne l’as pas trouvée ! »
24.     Et c’est après trois lunaisons, il est rapporté à Iehouda pour dire:
« Tamar, ta bru, a putassé et même la voici enceinte des putineries. »
Iehouda dit: « Faites-la sortir, et qu’elle soit incinérée. »
25.     Ils la font sortir mais elle a envoyé dire à son beau-père:
« Je suis enceinte de celui à qui appartient ceci. »
Elle dit: « Reconnais donc !
À qui le sceau, les tresses, le sceptre que voici ? »
26.     Iehouda reconnaît et dit: « Elle est plus juste que moi.
Oui, aussi je ne l’ai pas donnée à Shéla mon fils ! »
Il n’ajoute pas à la pénétrer encore.

En son ventre des jumeaux

27.     Et c’est au temps de son enfantement, voici des jumeaux en son ventre.
28.     Et c’est pendant son enfantement, l’un d’entre eux donne la main.
L’accoucheuse la prend, et attache sur la main de l’écarlate pour dire:
« Celui-ci est sorti le premier. »
29.     Et c’est quand il retourne sa main, voici, son frère est sorti !
Elle dit: « Quoi, tu as fait brèche pour toi, une brèche ! »
Il crie son nom: Pèrès ­ Brèche.
30.     Son frère sort ensuite avec sur la main l’écarlate.
Il crie son nom: Zèrah ­ Il brille.

Chapitre 39.

La femme de Potiphar

1.     Iosseph a été descendu en Misraîm.
Potiphar, l’eunuque de Pharaon,
le chef des immolateurs, un homme, un Misri,
l’achète de la main des Ishme‘élîm qui l’ont descendu là.
2.     Et c’est IHVH-Adonaï avec Iosseph,
et c’est un homme qui triomphe
et c’est à la maison de son Adôn, le Misri.
3.     Son Adôn voit: oui, IHVH-Adonaï est avec lui et tout ce qu’il fait,
IHVH-Adonaï le fait triompher en sa main.
4.     Iosseph trouve grâce à ses yeux.
Il le fait officier, le prépose sur sa maison
et lui donne en main tout ce qu’il a.
5.     Et c’est, dès lors qu’il l’a préposé sur sa maison
et sur tout ce qui existe pour lui,
IHVH-Adonaï bénit la maison du Misri à cause de Iosseph:
et c’est la bénédiction de IHVH-Adonaï
sur tout ce qui existe pour lui à la maison et au champ.
6.     Il abandonne tout ce qui est à lui dans la main de Iosseph.
Et il ne savait rien de lui, sauf le pain qu’il mangeait.
Et c’est Iosseph, beau de tournure, beau à voir.
7.     Et c’est après ces paroles,
la femme de son Adôn porte ses yeux sur Iosseph et dit:
« Couche avec moi. »
8.     Il refuse et dit à la femme de son Adôn:
« Voici, mon Adôn ne sait rien de moi, de ce qui est à la maison:
tout ce qui existe pour lui, il me l’a donné en main;
9.     il n’est pas de plus grand que moi dans cette maison.
Il n’a rien épargné pour moi, sinon toi, parce que tu es sa femme.
Comment ferai-je ce grand mal ? Fauterai-je contre Elohîms ? »
10.     Et c’est elle, parlant à Iosseph, jour après jour,
mais il ne l’entend pas pour coucher près d’elle, pour être avec elle,
11.     Et c’est comme en ce jour:
il vient faire son ouvrage à la maison.
Pas un homme des hommes de la maison n’est là, à la maison.

Couche avec moi

12.     Elle le saisit par son habit, pour dire: « Couche avec moi. »
Il abandonne son habit en sa main, s’enfuit et sort dehors.
13.     Et c’est, voyant qu’il lui a abandonné son habit en main
et s’enfuit dehors,
14.     elle crie vers les hommes de sa maison, et leur dit pour dire:
« Voyez ! Il nous a fait venir un homme, un ‘Ibri, pour se rire de nous.
Il est venu vers moi pour coucher avec moi,
mais j’ai crié à grande voix.
15.     Et c’est en m’entendant élever la voix et crier,
il a abandonné son habit près de moi, s’est enfui et est sorti dehors. »
16.     Elle dépose son habit près d’elle
jusqu’à la venue de son Adôn en sa maison.
17.     Elle lui parle selon ces paroles pour dire:
« Il est venu à moi, le serviteur, l’‘Ibri
que tu nous as fait venir, pour se rire de moi.
18.     Et c’est quand j’ai élevé la voix et crié,
il a abandonné son habit près de moi et s’est enfui dehors. »
19.     Et c’est quand son Adôn entend les paroles de sa femme,
dont elle lui a parlé pour dire:
« Ton serviteur m’a fait selon ces paroles », sa narine brûle.
20.     L’Adôn de Iosseph le prend et le donne à la maison d’arrêt,
le lieu où les prisonniers du roi sont prisonniers.
Et c’est là, à la maison d’arrêt,
21.     et c’est IHVH-Adonaï avec Iosseph. Il incline vers lui le chérissement
et donne sa grâce aux yeux du chef de la maison d’arrêt.
22.     Le chef de la maison d’arrêt donne en main de Iosseph
tous les prisonniers de la maison d’arrêt.
Et tout ce qu’ils faisaient là, il le faisait, lui.
23.     Le chef de la maison d’arrêt ne voit rien de tout ce qu’il a en main,
parce que IHVH-Adonaï est avec lui:
ce qu’il a fait, IHVH-Adonaï le fait triompher.

Chapitre 40.

À la maison d’arrêt

1.     Et c’est après ces paroles,
l’échanson du roi de Misraîm et le panetier
avaient fauté contre leur Adôn, le roi de Misraîm.
2.     Pharaon écume contre ses deux eunuques,
contre le chef des échansons et contre le chef des panetiers.
3.     Il les donne à la garde de la maison du chef des immolateurs,
à la maison d’arrêt, lieu où Iosseph est prisonnier.
4.     Le chef des immolateurs prépose Iosseph auprès d’eux.
Il officie pour eux. Ils restent des jours sous garde.
5.     Les deux rêvent un rêve, chacun son rêve, une même nuit,
chacun selon l’interprétation de son rêve,
l’échanson et le panetier du roi de Misraîm,
qui sont prisonniers à la maison d’arrêt.
6.     Iosseph vient à eux, le matin, les voit et voici, ils fulminent.
7.     Il questionne les eunuques de Pharaon,
avec lui sous garde, en la maison de leur Adôn, pour dire:
« Pourquoi avez-vous faces mauvaises aujourd’hui ? »
8.     Ils lui disent: « Nous avons rêvé un rêve, mais d’interprète, point ! »
Iosseph leur dit:
« Les interprétations ne sont-elles pas à Elohîms ? Racontez-moi donc. »
9.     Le chef des échansons raconte son rêve à Iosseph,
il lui dit: « Dans mon rêve, voici une vigne en face de moi.
10.     À la vigne trois vrilles. Elle, comme fleurissant,
son scintillement monte: ses grappes font mûrir des raisins.
11.     La coupe de Pharaon en ma main, je prends les raisins,
les presse sur la coupe de Pharaon
et donne la coupe à la paume de Pharaon. »
12.     Iosseph lui dit:
« Voici son interprétation: les trois vrilles ? Trois jours.
13.     Dans trois jours, Pharaon portera ta tête
et te fera retourner à ton assise.
Tu donneras la coupe de Pharaon à sa main,
selon le jugement premier, quand tu étais son échanson.
14.     Oui, si tu te souviens de moi, quand tu seras bien,
fais-moi donc un chérissement, rappelle-moi auprès de Pharaon:
fais-moi sortir de cette maison !
15.     Oui, j’ai été volé, volé de la terre des ‘Ibrîm.
Là aussi je n’avais rien fait: oui, ils m’avaient mis dans la fosse. »
16.     Le chef des panetiers voit qu’il a interprété en bien.
Il dit à Iosseph: « Moi aussi, dans mon rêve, voici
trois corbeilles de mie étaient sur ma tête.
17.     Et dans la corbeille supérieure,
de tout le manger de Pharaon, fait par le panetier,
le volatile le mangeait dans la corbeille, sur ma tête. »
18.     Iosseph répond et dit:
« Voici son interprétation: les trois corbeilles ? Trois jours.
19.     Dans trois jours, Pharaon portera ta tête loin de toi:
il te pendra à un arbre et le volatile mangera ta chair sur toi. »
20.     Et c’est au troisième jour, jour de naissance du Pharaon:
il fait un festin pour tous ses serviteurs.
Il porte la tête du chef des échansons,
et la tête du chef des panetiers au milieu de ses serviteurs.
21.     Il fait retourner le chef des échansons à sa boisson,
et il donne la coupe à la paume de Pharaon.
22.     Mais le chef des panetiers, il le pend,
comme Iosseph l’avait interprété pour eux.
23.     Or le chef des échansons ne s’est pas souvenu de Iosseph: il l’oublie.

Chapitre 41.

Rêves de Pharaon

1.     Et c’est au bout de deux ans de jours, Pharaon rêve.
Le voici debout sur le Ieor.
2.     Et voici, du Ieor montent sept vaches, belles à voir,
saines de chair, elles pâturent dans la jonchaie.
3.     Et voici, sept autres vaches montent derrière elles du Ieor,
mauvaises à voir, maigres de chair.
Elles se tiennent près des vaches, sur la lèvre du Ieor.
4.     Les vaches mauvaises d’aspect, maigres de chair
mangent les sept vaches belles à voir et replètes.
Et Pharaon se réveille.
5.     Il sommeille, rêve encore, et voici:
sept épis montent sur une seule tige, sains et bien.
6.     Et voici, sept épis maigres niellés de bise germent derrière eux.
7.     Les épis maigres engloutissent les sept épis sains et pleins.
Pharaon se réveille et voici, un rêve !

Des vaches...

8.     Et c’est le matin, son souffle palpite.
Il envoie crier tous les hiérophantes de Misraîm, et tous ses sages.
Pharaon leur raconte son rêve.
Mais à Pharaon, pas d’interprète pour eux.
9.     Le chef des échansons parle avec Pharaon pour dire:
« Mes fautes, je les rappelle aujourd’hui !
10.     Pharaon écumait contre ses serviteurs et m’avait donné en garde
à la maison du chef des immolateurs, moi et le chef des panetiers.
11.     Nous avons rêvé un rêve, une même nuit, moi et lui.
Nous rêvions chacun selon l’interprétation de son rêve.
12.     Là, avec nous, un ‘Ibri, adolescent, le serviteur du chef des immolateurs.
Nous les lui racontons. Il interprète chacun selon son rêve.
13.     Et c’est comme il l’avait interprété, ce fut ainsi pour nous !
Moi, il m’a fait retourner à mon assise, lui, il l’a pendu. »
14.     Pharaon envoie crier Iosseph. Ils le font courir hors de la fosse.
Il se rase, change sa tunique et vient à Pharaon.
15.     Pharaon dit à Iosseph: « J’ai rêvé un rêve mais, pour lui, pas d’interprète.
Et moi, j’ai entendu dire de toi que tu entends le rêve pour l’interpréter. »
16.     Iosseph répond à Pharaon pour dire:
« Pas moi, Elohîms répondra la paix de Pharaon ! »
17.     Pharaon parle à Iosseph:
« Dans mon rêve, me voici, sur la lèvre du Ieor.
18.     Et voici, du Ieor montent sept vaches saines de chair,
belles de tournure, elles pâturent dans la jonchaie.
19.     Et voici, sept autres vaches montent derrière elles,
chétives, très mauvaises de tournure, efflanquées de chair.
Je n’en avais pas vu de pareilles en mal, dans toute la terre de Misraîm.
20.     Les vaches efflanquées, les mauvaises,
mangent les sept premières vaches, les saines.
21.     Elles viennent en leur sein,
mais nul ne sait qu’elles étaient venues dans leur entraille.
Leur aspect: mauvais comme au commencement.
Et je me réveille.
22.     Puis je vois dans mon rêve...
Voici, sept épis montent sur une seule tige, pleins et bien.

... et des épis

23.     Et voici sept épis graveleux, maigres, niellés de bise,
germent derrière eux.
24.     Les épis maigres engloutissent les sept épis bien.
Je le dis aux hiérophantes, mais nul ne me le rapporte. »
25.     Iosseph dit à Pharaon: « Le rêve de Pharaon est un.
Ce qu’Elohîms fait, il l’a rapporté à Pharaon.
26.     Les sept vaches bien sont sept ans
et les sept épis bien sont sept ans: c’est un seul rêve.
27.     Les sept vaches efflanquées et mauvaises
montant derrière elles sont sept ans.
Les sept épis vides, niellés de bise, seront sept ans de famine.
28.     Voilà la parole dont j’ai parlé à Pharaon:
ce que l’Elohîms fait, il l’a fait voir à Pharaon.
29.     Voici, sept ans viennent,
de grande satiété en toute la terre de Misraîm.
30.     Et se lèvent sept ans de famine après elles.
Toute satiété sera oubliée en terre de Misraîm, la famine achèvera la terre.
31.     La satiété ne se connaîtra plus sur terre,
face à cette famine, après cela: oui, elle est très lourde.
32.     Et sur la répétition du rêve de Pharaon par deux fois,
oui, la parole est prête auprès d’Elohîms:
l’Elohîms se hâte de la réaliser.
33.     Maintenant Pharaon verra un homme perspicace et sage.
Qu’il le place sur la terre de Misraîm.
34.     Pharaon le fera, il préposera des préposés sur la terre.
Il quintera la terre de Misraîm pendant les sept ans de satiété.
35.     Ils grouperont toute la nourriture de ces bonnes années qui viennent,
ils accumuleront le froment sous la main de Pharaon,
en nourriture dans les villes: ils le garderont.
36.     La nourriture sera en dépôt pour la terre
pour les sept ans de famine qui seront en terre de Misraîm,
et la terre ne sera pas tranchée par la famine. »
37.     La parole est bien aux yeux de Pharaon
et aux yeux de tous ses serviteurs.

Grandeur de Iosseph

38.     Pharaon dit à ses serviteurs: « Se trouve-t-il un comme celui-là,
un homme qui a en lui le souffle d’Elohîms ? »
39.     Pharaon dit à Iosseph:
« Après qu’Elohîms t’a fait pénétrer tout cela,
personne n’est comme toi perspicace et sage.
40.     Toi, tu seras sur ma maison, et tout mon peuple baisera ta bouche,
sur le trône seulement je serai plus grand que toi. »
41.     Pharaon dit à Iosseph:
« Vois ! Je t’ai donné sur toute la terre de Misraîm. »
42.     Pharaon ôte la bague de sa main, et la donne en main de Iosseph.
Il le vêt de vêtements de linon et met sur son cou le jaseran d’or.
43.     Il le charrie sur le char de son second.
Ils crient en face de lui: « À genoux ! »
Il le donne sur toute la terre de Misraîm.
44.     Pharaon dit à Iosseph: « Moi, Pharaon !
Sans toi nul homme n’élèvera sa main ni son pied
dans toute la terre de Misraîm. »
45.     Pharaon crie le nom de Iosseph: Sophnat Pa‘néah.
Il lui donne pour femme Osnat,
fille de Poti Phèra‘, le desservant d’Ôn.
Iosseph sort sur la terre de Misraîm.

Iosseph le nourricier

46.     Iosseph a trente ans quand il fait face à Pharaon, le roi de Misraîm.
Iosseph sort loin des faces de Pharaon
et passe dans toute la terre de Misraîm.
47.     La terre produit par poignées pendant les sept ans de satiété.
48.     Sept ans il rassemble toute la nourriture
qui était en terre de Misraîm. Il groupe le manger dans les villes.
Le manger des champs de la ville à ses alentours,
il le donne en son sein.
49.     Iosseph accumule le froment comme le sable de la mer, tant et plus,
jusqu’à cesser de compter, oui, sans nombre !
50.     Avant que vienne l’année de la famine, deux enfants naissent à Iosseph,
que lui enfanta Osnat, fille de Poti Phèra‘, le desservant d’Ôn.
51.     Iosseph crie le nom de l’aîné: « Menashè ­ il fait oublier ­;
oui, Elohîms m’a fait oublier tout mon labeur,
et toute la maison de mon père. »
52.     Le nom du second, il le crie: « Èphraîm ­ Fructificateur ­:
oui, Elohîms m’a fait fructifier sur la terre de ma misère. »
53.     S’achèvent les sept années de satiété qui furent en terre de Misraîm.
54.     Commencent à venir les sept années de famine,
comme Iosseph l’avait dit. Et c’est la famine dans toutes les terres.
Mais dans toute la terre de Misraîm, il était du pain.
55.     Toute la terre de Misraîm est affamée:
le peuple réclame du pain à Pharaon.
Pharaon dit à tout Misraîm: « Allez à Iosseph,
vous ferez ce qu’il vous dira. »
56.     La famine était sur toutes les faces de la terre.
Iosseph ouvre tout ce qui y était. Il ravitaille Misraîm.
La famine se renforce en terre de Misraîm.
57.     De toute la terre, ils venaient en Misraîm
pour se ravitailler chez Iosseph:
oui, la famine était forte sur toute la terre.

Chapitre 42.

Une affaire d’espionnage

1.     Ia‘acob voit que du ravitaillement existe en Misraîm.
Ia‘acob dit à ses fils: « Pourquoi regarder ? »
2.     Il dit: « Voici, j’ai entendu que du ravitaillement existe en Misraîm.
Descendez là, ravitaillez-nous de là.
Nous vivrons, nous ne mourrons pas. »
3.     Les frères de Iosseph descendent à dix,
pour se ravitailler en froment de Misraîm.
Mais Biniamîn, le frère de Iosseph,
Ia‘acob ne l’avait pas envoyé avec ses frères.
4.     Oui, il avait dit: « Afin qu’il ne lui advienne pas une catastrophe ! »
5.     Les fils d’Israël viennent pour se ravitailler
parmi ceux qui viennent;
oui, c’était la famine en terre de Kena‘ân.
6.     Or Iosseph est le dominateur de la terre,
lui, le ravitailleur de tout le peuple de la terre,
les frères de Iosseph viennent et se prosternent devant lui, narines à terre.
7.     Iosseph voit ses frères et les reconnaît.
Il fait l’étranger envers eux.
Il leur parle dur et leur dit: « D’où venez-vous ? »
Ils disent: « De la terre de Kena‘ân,
pour nous ravitailler en nourriture. »
8.     Iosseph reconnaît ses frères, mais eux ne l’avaient pas reconnu.
9.     Iosseph se souvient des rêves qu’il rêvait d’eux. Il leur dit:
« Vous êtes des espions ! Vous êtes venus pour voir le sexe de la terre. »
10.     Ils lui disent: « Non, mon Adôn !
Tes serviteurs sont venus se ravitailler en nourriture.
11.     Nous sommes tous les fils d’un seul homme. Nous sommes sincères.
Tes serviteurs ne sont pas des espions. »
12.     Il leur dit: « Non ! Vous êtes venus pour voir le sexe de la terre. »
13.     Ils disent: « Tes douze serviteurs ? Nous sommes des frères,
les fils d’un même homme, en terre de Kena‘ân.
Voici, le petit est avec notre père aujourd’hui et l’un n’est plus. »
14.     Iosseph leur dit: « C’est ce dont je vous parlais pour dire:
‹ Vous êtes des espions ! ›
15.     En cela vous serez examinés. Vive Pharaon ! Vous ne sortirez de cela
que par la venue de votre petit frère ici.
16.     Envoyez l’un d’entre vous, qu’il prenne votre frère.
Et vous, vous serez prisonniers, vos paroles seront examinées.
La vérité est-elle avec vous ?
Sinon, vive Pharaon, oui, vous êtes des espions. »
17.     Il les ajoute, sous garde trois jours.

18.     Iosseph leur dit au troisième jour: « Faites ceci et vous vivrez !
Moi, je frémis des Elohîms !
19.     Si vous êtes sincères, un de vos frères sera prisonnier
dans votre maison de garde. Et vous, allez,
faites venir du ravitaillement pour l’affamement de vos maisons.
20.     Votre petit frère, vous le ferez venir vers moi.
Vos paroles emporteront adhésion et vous ne mourrez pas. »
Ils font ainsi.
21.     Chacun dit à son frère:
« Cependant, nous sommes coupables envers notre frère,
nous avons vu la détresse de son être quand il nous demandait grâce;
mais nous ne l’avons pas entendu; cette détresse est ainsi venue à nous. »
22.     Reoubén leur répond pour dire: « Ne vous avais-je pas dit pour dire:
‹ Ne fautez pas contre l’enfant › ? Mais vous n’avez pas entendu.
Aussi, son sang, voici, il est exigé ! »
23.     Eux ne savaient pas que Iosseph entendait.
Oui, un interprète était entre eux.
24.     Il se détourne d’eux et pleure.
Puis il retourne vers eux et leur parle.
D’entre eux, il prend Shim‘ôn et l’emprisonne sous leurs yeux.
25.     Iosseph ordonne de remplir leurs récipients de froment,
de retourner l’argent de chacun dans son sac
et de leur donner des provisions de route. Il leur fait ainsi.
26.     Ils portent leur ravitaillement sur leurs ânes et s’en vont de là.
27.     L’un ouvre son sac pour donner du fourrage à son âne, au gîte.
Il voit son argent, le voici, sur la bouche de sa sacoche.
28.     Il dit à ses frères:
« Mon argent est retourné ! Le voilà même dans ma sacoche. »
Leur coeur sort. Ils tressaillent, l’homme vers son frère, pour dire:
« Qu’est-ce qu’Elohîms nous a fait ? »
29.     Ils viennent vers Ia‘acob, leur père, en terre de Kena‘ân.
Ils lui rapportent toutes leurs aventures pour dire:
30.     « L’homme, l’Adôn de la terre, a parlé dur avec nous.
Il nous donne comme espions de la terre.
31.     Nous lui avons dit: ‹ Nous sommes sincères.
Nous ne sommes pas des espions.
32.     Nous sommes douze frères, les fils de notre père. L’un n’est plus.
Le petit est aujourd’hui avec notre père, en terre de Kena‘ân. ›
33.     L’homme, l’Adôn de la terre, nous dit:
‹ En cela, je saurai si vous êtes sincères;
laissez ici l’un de vos frères avec moi.
Prenez l’affamement de vos maisons et allez.
34.     Faites venir votre petit frère vers moi.
Je saurai que vous n’êtes pas des espions, oui, que vous êtes sincères.
Je vous donnerai votre frère, et vous transiterez sur la terre. › »
35.     Et c’est quand ils vident leurs sacs, voici:
chacun a la bourse de son argent dans son sac.
Ils voient les bourses de leur argent, eux et leur père; ils frémissent.
36.     Ia‘acob, leur père, leur dit: « Vous m’avez désenfanté !
Iosseph n’est plus ! Shim‘ôn n’est plus !
Et Biniamîn vous le prendriez ? Tout est contre moi. »
37.     Reoubén dit à son père pour dire:
« Tu feras mourir mes deux fils, si je ne te le retourne pas.
Donne-le moi en main, moi, je te le retournerai. »
38.     Il dit: « Mon fils ne descendra pas avec vous !
Oui, son frère est mort, lui seul reste !
Qu’une catastrophe lui advienne sur la route où vous irez,
et vous ferez descendre dans l’affliction ma sénescence au Shéol ! »

Chapitre 43.

La famine

1.     Mais la famine est lourde sur la terre.
2.     Et c’est quand ils ont achevé de manger le ravitaillement
qu’ils avaient fait venir de Misraîm, leur père leur dit:
« Retournez ! Ravitaillez-nous: un peu de nourriture ! »
3.     Iehouda lui dit pour dire:
« L’homme l’a attesté, attesté contre nous pour dire:
‹ Vous ne verrez pas mes faces sans votre frère avec vous. ›
4.     S’il existe en toi d’envoyer notre frère avec nous,
nous descendrons, nous nous ravitaillerons pour toi en nourriture.
5.     Si tu ne l’envoies pas, nous ne descendrons pas.
Oui, l’homme nous a dit: ‹ Vous ne verrez pas mes faces
sans votre frère avec vous. › »
6.     Israël dit: « Pourquoi avoir méfait contre moi
en rapportant à l’homme que vous aviez encore un frère ? »
7.     Ils disent: « L’homme nous a questionnés, questionnés sur nous
et sur notre enfantement pour dire:
‹ Votre père est-il encore vivant ? Avez-vous un frère ? ›
Nous le lui avons rapporté sur la bouche de ces paroles.
Est-ce que nous pénétrions, pénétrions qu’il dirait:
‹ Faites descendre votre frère › ? »
8.     Iehouda dit à Israël, son père: « Envoie l’adolescent avec moi.
Levons-nous, allons ! Nous vivrons, nous ne mourrons pas,
nous aussi, toi aussi, notre marmaille aussi.
9.     Moi-même je le garantis, tu le demanderas de ma main:
si je ne le fais pas venir à toi et ne le présente pas en face de toi,
j’aurai fauté contre toi, tous les jours.
10.     Oui, si nous n’avions pas tardé,
oui, maintenant nous serions de retour voilà deux fois. »
11.     Israël, leur père, leur dit: « S’il en est ainsi, faites donc ceci:
prenez une sélection de la terre dans vos récipients,
descendez une offrande à l’homme, un peu de baume, un peu de miel,
des astragales, du ciste, des pistaches, des amandes.
12.     Prenez en mains le double de l’argent,
l’argent retourné sur la bouche de vos sacoches,
retournez-le de vos mains. Peut-être était-ce une erreur.
13.     Et votre frère prenez-le ! Levez-vous ! Retournez vers l’homme !
14.     Él Shadaï vous donnera des matrices en face de l’homme.
Il vous enverra votre autre frère et Biniamîn.
Et moi, le désenfanté, je resterai désenfanté. »

Dans la maison de Iosseph

15.     Les hommes prennent cette offrande,
le double de l’argent en leur main, et Biniamîn.
Ils se lèvent, descendent en Misraîm et se tiennent en face de Iosseph.
16.     Iosseph voit avec eux Biniamîn, il dit à celui qui est sur sa maison:
« Faites venir les hommes à la maison. Abats un abattage et prépare-le.
Oui, les hommes mangeront avec moi ce midi. »
17.     L’homme fait selon ce qu’a dit Iosseph.
L’homme fait venir les hommes dans la maison de Iosseph.
18.     Les hommes frémissent:
oui, ils sont conduits dans la maison de Iosseph.
Ils disent:
« C’est à propos de l’argent retourné dans nos sacoches,
au commencement,
que nous sommes amenés
pour qu’ils se roulent sur nous et tombent sur nous,
pour nous prendre comme serviteurs avec nos ânes ! »
19.     Ils avancent vers l’homme qui est sur la maison de Iosseph,
ils lui parlent, à l’ouverture de la maison.
20.     Ils disent:
« Plaise, mon Adôn ! Nous étions descendus,
descendus au commencement,
pour nous ravitailler en nourriture.
21.     Et c’est quand nous sommes venus au gîte:
nous avons ouvert nos sacoches.
Et voici l’argent de chacun sur la bouche de sa sacoche.
Notre argent, à son poids, nous le retournons de notre main.
22.     Nous descendons avec un autre argent en nos mains,
pour nous ravitailler en nourriture.
Nous ne savons pas qui a mis notre argent dans nos sacoches. »
23.     Il dit: « Paix à vous ! Ne frémissez pas !
Votre Elohîms et l’Elohîms de votre père
vous a donné un magot dans vos sacoches. Votre argent m’est parvenu. »
Il fait sortir vers eux Shim‘ôn.
24.     L’homme fait venir les hommes dans la maison de Iosseph.
Il donne de l’eau: ils baignent leurs pieds.
Il donne du fourrage à leurs ânes.
25.     Ils préparent l’offrande jusqu’à la venue de Iosseph, à midi:
oui, ils ont entendu qu’ils mangeraient là le pain.
26.     Iosseph vient à la maison.
Ils lui apportent à la maison l’offrande qui est en leur main
et se prosternent devant lui à terre.
27.     Il les questionne sur la paix. Il dit: « Est-il en paix votre vieux père
dont vous aviez parlé ? Est-il encore vivant ? »
28.     Ils disent: « En paix, ton serviteur, notre père: il vit encore. »
Ils s’inclinent et se prosternent.
29.     Il lève ses yeux et voit Biniamîn, son frère, le fils de sa mère.
Il dit: « Est-ce votre petit frère dont vous m’aviez parlé ? »
Il dit: « Elohîms te fera grâce, mon fils. »
30.     Iosseph se hâte: oui, ses matrices ardaient pour son frère.
Il cherche à pleurer, vient à l’intérieur, et là il pleure.
31.     Il baigne ses faces, puis il sort. Il se contient et dit:
« Mettez le pain. »
32.     Ils le lui mettent, pour lui à part, pour eux à part
et pour les Misrîm qui mangent avec lui, à part.
Oui, les Misrîm ne peuvent manger le pain avec les ‘Ibrîm,
oui, c’est une abomination pour les Misrîm.
33.     Ils s’assoient en face de lui,
l’aîné selon son aînesse, le mineur selon sa minorité
et les hommes s’étonnent, l’homme avec son compagnon.
34.     Il leur porte les portions de ses faces.
La portion de Biniamîn se multiplie par cinq mains,
plus que leur apport à tous. Ils boivent et s’enivrent avec lui.

Chapitre 44.

L’affaire du vol

1.     Il l’ordonne à celui qui est sur sa maison pour dire:
« Remplis de nourriture les sacoches des hommes,
autant qu’elles pourront en porter.
Mets l’argent de chacun sur la bouche de sa sacoche.
2.     Et mon ciboire, le ciboire d’argent,
tu le mettras sur la bouche de la sacoche du petit
avec l’argent de son ravitaillement. »
Il fait selon la parole de Iosseph, comme il avait parlé.
3.     Au matin, la lumière; les hommes sont envoyés, eux et leurs ânes.
4.     Eux, ils étaient sortis de la ville, ils ne s’étaient guère éloignés.
Iosseph dit à qui est sur sa maison:
« Lève-toi ! Poursuis les hommes, atteins-les !
Dis-leur: ‹ Pourquoi avez-vous payé le mal pour le bien ?
5.     N’est-ce pas avec cela que mon Adôn boit et qu’il devine avec ?
Vous avez méfait en ce que vous avez fait. › »
6.     Il les atteint et leur parle ces paroles.
7.     Ils lui disent: « Pourquoi mon Adôn parle-t-il selon ces paroles ?
Profanation pour tes serviteurs que de faire cette parole !
8.     Voici, l’argent que nous avons trouvé sur la bouche de nos sacoches,
nous te l’avons retourné de la terre de Kena‘ân.
Comment volerions-nous de la maison de ton Adôn argent ou or ?
9.     Parmi tes serviteurs, qui sera trouvé avec mourra !
Et nous aussi, nous serons des serviteurs pour mon Adôn ! »
10.     Il dit: « Maintenant aussi, qu’il en soit selon vos paroles.
Qui sera trouvé avec sera pour moi un serviteur.
Vous, vous serez innocents. »
11.     Ils se hâtent. Chacun fait descendre sa sacoche à terre.
Chacun ouvre sa sacoche.
12.     Il cherche, il commence par le grand et achève par le petit.
Le ciboire se trouve dans la sacoche de Biniamîn.
13.     Ils déchirent leurs tuniques, accablent chacun leur âne
et retournent en ville.
14.     Iehouda et ses frères viennent à la maison de Iosseph.
Lui, il y est encore. Face à lui, ils tombent à terre.
15.     Iosseph leur dit: « Quel est ce fait que vous avez fait ?
Ne pénétriez-vous pas
qu’un homme tel que moi devinerait, devinerait ? »
16.     Iehouda dit:
« Comment dire à mon Adôn, comment parler, comment nous justifier ?
L’Elohîms a trouvé le tort de tes serviteurs.
Nous voici serviteurs de mon Adôn, nous aussi
et celui qui a été trouvé ciboire en main aussi. »
17.     Il dit: « Profanation pour moi que de faire cela !
L’homme qui a été trouvé ciboire en main sera pour moi un serviteur.
Mais vous, montez en paix vers votre père. »

Il s’avance

18.     Iehouda s’avance vers lui et dit: « Plaise, mon Adôn !
Ton serviteur parlera donc une parole aux oreilles de mon Adôn.
Que ta narine ne brûle pas contre ton serviteur,
oui, tu es comme Pharaon.
19.     Mon Adôn a questionné ses serviteurs pour dire:
‹ Avez-vous un père ou un frère ? ›
20.     Nous avons dit à mon Adôn:
‹ Nous avons un vieux père et un enfant de vieillesse, un petit.
Son frère est mort. Lui seul reste de sa mère et son père l’aime. ›
21.     Tu dis à tes serviteurs:
‹ Faites-le descendre vers moi. Je mets mon oeil sur lui. ›
22.     Nous disons à mon Adôn:
‹ L’adolescent ne pourra pas abandonner son père.
Qu’il abandonne son père, et il mourrait ! ›
23.     Tu dis à tes serviteurs:
‹ Si votre petit frère ne descend pas avec vous,
vous n’ajouterez pas à voir mes faces. ›
24.     Et c’est quand nous sommes montés vers ton serviteur, mon père:
nous lui rapportons les paroles de mon Adôn.
25.     Notre père dit: ‹ Retournez ! Ravitaillez-nous: un peu de nourriture ! ›
26.     Nous disons: ‹ Nous ne pouvons pas descendre.
Si notre petit frère est avec nous, nous descendons.
Mais nous ne pourrons pas voir les faces de l’homme
sans que notre petit frère soit avec nous ! ›
27.     Ton serviteur, notre père, nous dit:
‹ Vous savez que ma femme en avait enfanté deux pour moi.
28.     L’un sort loin de moi et je dis: Ah ! il a été lacéré, lacéré.
Et je ne l’ai pas vu jusqu’ici !
29.     Et vous prenez celui-là aussi loin de mes faces ?
Qu’il lui advienne une catastrophe
et vous ferez descendre au Shéol ma sénescence dans le malheur. ›
30.     Maintenant, à ma venue vers ton serviteur, mon père,
l’adolescent ne sera plus avec nous...
Or son être est attaché à son être.
31.     C’est en voyant que l’adolescent n’est pas avec nous, il mourrait.
Tes serviteurs feraient descendre au Shéol
la sénescence de ton serviteur notre père dans l’affliction.
32.     Oui, ton serviteur a garanti l’adolescent auprès de mon père pour dire:
‹ Si je ne le fais pas revenir à toi, j’aurai fauté contre mon père tous les jours. ›
33.     Maintenant, ton serviteur restera donc à la place de l’adolescent,
en serviteur de mon Adôn: le jeune montera avec ses frères.
34.     Oui, comment monterai-je vers mon père,
l’adolescent n’étant pas avec moi ?
Que je ne voie pas le mal qui trouvera mon père ! »

Chapitre 45.

Reconnaissance

1.     Iosseph ne peut se contenir devant tous ceux qui sont postés auprès de lui.
Il crie: « Sortez ! Tout homme loin de moi ! »
Et pas un homme ne se tient près de lui
quand Iosseph se fait reconnaître par ses frères.
2.     En pleurs, il donne de la voix.
Misraîm entend, la maison de Pharaon entend.
3.     Iosseph dit à ses frères:
« C’est moi, Iosseph ! Mon père vit-il encore ? »
Ses frères ne pouvaient lui répondre:
oui, ils étaient affolés en face de lui.
4.     Iosseph dit à ses frères: « Avancez donc vers moi. » Ils avancent.
Il dit: « C’est moi, Iosseph votre frère,
moi que vous avez vendu en Misraîm.
5.     Maintenant ne soyez pas peinés,
que cela ne brûle pas vos yeux de m’avoir vendu ici.
Oui, c’est pour faire vivre qu’Elohîms m’a envoyé face à vous.
6.     Oui, voici deux ans que la famine est au sein de la terre,
pour cinq ans encore, sans labour ni moisson !

L’invitation

7.     Elohîms m’envoie, face à vous, pour vous mettre un reste sur terre
et vous faire vivre à grande subsistance.
8.     Maintenant, ce n’est pas vous qui m’avez envoyé ici, mais l’Elohîms.
Il m’a mis pour père de Pharaon, pour Adôn de toute sa maison,
pour gouverneur de toute la terre de Misraîm.
9.     Hâtez-vous ! Montez vers mon père et dites-lui:
‹ Ainsi a dit ton fils Iosseph:
Elohîms m’a mis pour Adôn de toute Misraîm.
Descends vers moi, ne t’arrête pas !
10.     Habite la terre de Goshèn: tu seras proche de moi, toi, tes fils,
les fils de tes fils, tes ovins, tes bovins, tout ce qui est à toi.
11.     Je t’entretiendrai là, oui, encore cinq ans de famine,
que tu ne sois déshérité, toi, ta maison, tout ce qui est à toi. ›
12.     Voici, vos yeux voient et les yeux de Biniamîn, mon frère:
oui, ma bouche, vous parle.
13.     Rapportez à mon père tout mon poids en Misraîm,
tout ce que vous avez vu.
Hâtez-vous ! Faites descendre mon père ici. »
14.     Il tombe au cou de Biniamîn, son frère.
Il pleure, et Biniamîn pleure à son cou.
15.     Il baise tous ses frères et pleure sur eux.
Ensuite, ses frères lui parlent.
16.     La voix s’entend dans la maison de Pharaon, pour dire:
« Les frères de Iosseph sont venus ! »
C’est bien aux yeux de Pharaon et aux yeux de ses serviteurs.
17.     Pharaon dit à Iosseph: « Dis à tes frères: Faites ceci,
harnachez vos bestiaux, allez et venez en terre de Kena‘ân.
18.     Prenez votre père, vos maisons et venez à moi.
Je vous donnerai le meilleur de la terre de Misraîm.
Mangez la graisse de la terre.
19.     Et toi, tu en as reçu l’ordre, faites ceci:
prenez pour vous, de la terre de Misraîm,
des charrettes pour votre marmaille, vos femmes,
portez votre père et venez.
20.     Vos yeux ne seront pas exorables pour vos objets:
oui, le meilleur de toute la terre de Misraîm est à vous ! »
21.     Les Benéi Israël font ainsi. Iosseph leur donne des charrettes,
de la bouche de Pharaon, et leur donne une provision de route.
22.     À tous, il donne des tuniques de rechange, par homme.
À Biniamîn, il donne trois cents pièces d’argent
et cinq tuniques de rechange.
23.     À son père, il envoie ainsi dix ânes chargés du meilleur de Misraîm,
dix ânesses porteuses de froment, de pain,
d’aliments pour son père, pour la route.
24.     Il envoie ses frères. Ils vont. Il leur dit:
« Ne vous irritez pas en route. »
25.     Ils montent de Misraîm et viennent en terre de Kena‘ân,
vers Ia‘acob, leur père.
26.     Ils lui rapportent pour dire: « Iosseph est encore vivant !
Oui, il est le gouverneur de toute la terre de Misraîm. »
Le coeur transi, non, il n’adhérait pas à eux.
27.     Ils lui parlent de toutes les paroles de Iosseph qu’il leur avait parlées.
Il voit les charrettes que Iosseph avait envoyées pour le porter.
Le souffle de Ia‘acob, leur père, vit.
28.     Israël dit: « Il suffit ! Iosseph, mon fils, vit encore !
J’irai, je le verrai avant de mourir. »

Chapitre 46.

Départ pour Misraîm

1.     Israël part avec tout ce qui est à lui et il vient à Beér Shèba‘.
Il sacrifie des sacrifices à l’Elohîms de son père, Is’hac.
2.     Elohîms dit à Israël, aux visions de la nuit, il dit:
« Ia‘acob, Ia‘acob ! » Il dit: « Me voici ! »
3.     Il dit: « Moi-même l’Él, Elohîms de ton père !
Ne frémis pas de descendre en Misraîm,
oui, je te mettrai là en grande nation.
4.     Moi-même, je descendrai avec toi en Misraîm.
Moi-même, je t’en ferai monter, monter aussi:
Iosseph placera sa main sur tes yeux. »
5.     Ia‘acob se lève de Beér Shèba‘.
Les Benéi Israël portent Ia‘acob leur père,
leur marmaille, leurs femmes,
dans les charrettes que Pharaon avait envoyées pour les porter.
6.     Ils prennent leurs troupeaux,
leurs acquis qu’ils avaient acquis en terre de Kena‘ân.
Ils viennent en Misraîm. Ia‘acob et toute sa semence avec lui,
7.     ses fils, les fils de ses fils avec lui,
ses filles, les filles de ses fils, toute sa semence,
il les fait venir avec lui en Misraîm.

La descendance de Ia‘acob

8.     Voici les noms des Benéi Israël venus en Misraîm.
Ia‘acob et ses fils: l’aîné de Ia‘acob, Reoubén.
9.     Les fils de Reoubén, Hanokh, Palou, Hèsrôn, Karmi.
10.     Les fils de Shim‘ôn, Iemouél, Iamîn, Oad, Iakhîn,
Sohar, Shaoul, fils de la Kena‘anit.
11.     Les fils de Lévi, Guérshôn, Qeat, et Merari.
12.     Les fils de Iehouda, ‘Ér, Onân, Shéla, Pèrès, Zèrah.
‘Ér meurt avec Onân en terre de Kena‘ân.
Et ce sont les fils de Pèrès, Hèsrôn et Hamoul.
13.     Les fils d’Issaskhar, Tola‘, Poua, Iob, Shimrôn.
14.     Les fils de Zebouloun, Sèrèd, Élôn, Iahleél.
15.     Voilà les fils de Léa,
qu’elle enfanta pour Ia‘acob, à Padân Arâm, et Dina, sa fille.
Tous ses fils et ses filles, trente-trois êtres.
16.     Les fils de Gad, Siphiôn, Hagui, Shouni, Èsbôn, ‘Éri, Arodi, Aréli.
17.     Les fils d’Ashér, Imna, Ishva, Ishvi, Beri‘a, Sèrah leur soeur.
Les fils de Beri‘a, Hèbèr, Malkiél.
18.     Voilà les fils de Zilpa que Labân donna à Léa, sa fille.
Elle enfante ceux-là pour Ia‘acob, seize êtres.
19.     Les fils de Rahél, la femme de Ia‘acob, Iosseph et Biniamîn.
20.     Il naît à Iosseph en terre de Misraîm
que lui enfanta Osnat, fille de Poti Phèra‘, le desservant d’Ôn,
Menashè et Èphraîm.
21.     Les fils de Biniamîn, Bèla‘, Bèkhèr, Ashbél, Guéra,
Na‘amân, Éhi, Rosh Moupîm, Houpîn et Ard.
22.     Voilà les fils de Rahél, enfantés pour Ia‘acob:
tous les êtres, quatorze.
23.     Les fils de Dân, Houshîm.
24.     Les fils de Naphtali: Iahseél, Gouni, Iésèr, Shilèm.
25.     Voilà les fils de Bilha que Labân donna à Rahél, sa fille.
Elle enfante ceux-là à Ia‘acob. Tous les êtres, sept.
26.     Tous les êtres venus avec Ia‘acob en Misraîm sortent de sa cuisse,
à part les femmes des fils de Ia‘acob.
Tous les êtres, soixante-six.
27.     Les fils de Iosseph enfantés pour lui en Misraîm, deux êtres.
Tous les êtres de la maison de Ia‘acob venus en Misraîm, soixante-dix.

28.     Il envoie Iehouda, devant ses faces, à Iosseph,
pour le précéder devant ses faces, à Goshèn.
Ils viennent en terre de Goshèn.
29.     Iosseph attelle son chariot.
Il monte à l’abord d’Israël, son père, à Goshèn.
Il se fait voir à lui, tombe à son cou et pleure à son cou, encore.
30.     Israël dit à Iosseph: « Je mourrai cette fois,
après avoir vu tes faces, oui, toi encore vivant. »

31.     Iosseph dit à ses frères et à la maison de son père:
« Je monte, je rapporte à Pharaon et lui dis:
‹ Mes frères et la maison de mon père qui était en terre de Kena‘ân
sont venus à moi.
32.     Les hommes ? Des pâtres d’ovins: oui, ils sont des hommes à cheptel.
Leurs ovins, leurs bovins, tout ce qui est à eux, ils l’ont fait venir ! ›
33.     Et c’est quand Pharaon vous criera, disant: ‹ Quel est votre fait ? ›
34.     dites: ‹ Tes serviteurs sont des hommes à cheptel,
depuis notre jeunesse jusqu’à maintenant, nous aussi, nos pères aussi ›,
afin que vous habitiez en terre de Goshèn:
oui, tout pâtre d’ovins est une abomination pour Misraîm. »

Chapitre 47.

En Misraîm

1.     Iosseph vient, rapporte à Pharaon et dit:
« Mon père et mes frères, leurs ovins, leurs bovins, tout ce qui est à eux,
sont venus de la terre de Kena‘ân, les voici en terre de Goshèn. »
2.     Parmi ses frères, il prend cinq hommes
et les présente en face de Pharaon.
3.     Pharaon dit à ses frères: « Quel est votre ouvrage ? »
Ils disent à Pharaon: « Tes serviteurs sont des pâtres d’ovins,
nous aussi, et nos pères aussi. »
4.     Ils disent à Pharaon: « Nous sommes venus pour résider sur la terre:
non, il n’était pas de pâturages pour les ovins de tes serviteurs
car la famine était lourde en terre de Kena‘ân.
Maintenant tes serviteurs habiteront donc en terre de Goshèn. »
5.     Pharaon dit à Iosseph pour dire:
« Ton père, tes frères, sont venus à toi.
6.     La terre de Misraîm est en face de toi.
Au meilleur de la terre fais habiter ton père, tes frères,
ils habiteront en terre de Goshèn.
Et si tu sais qu’il existe parmi eux des hommes de valeur,
mets-les pour chefs des cheptels qui sont à moi. »
7.     Iosseph fait venir Ia‘acob, son père, et le tient en face de Pharaon.
Ia‘acob salue Pharaon.
8.     Pharaon dit à Ia‘acob:
« Combien de jours les ans de tes vies ? »
9.     Ia‘acob dit à Pharaon: « Les jours des ans de mes résidences ?
Cent trente ans !
Médiocres et mauvais ont été les jours des années de ma vie.
Ils n’ont pas atteint les jours des années des vies de mes pères
aux jours de leurs résidences ! »
10.     Ia‘acob bénit Pharaon. Il sort, loin des faces de Pharaon.
11.     Iosseph fait habiter son père et ses frères,
il leur donne propriété en terre de Misraîm, au meilleur de la terre,
en terre de Ra‘amsés, comme l’avait ordonné Pharaon.
12.     Iosseph entretient son père, ses frères, toute la maison de son père:
du pain pour la bouche de la marmaille.
13.     Or, du pain, il n’y en avait pas dans toute la terre.
Oui, la famine était très lourde,
la terre de Misraîm et la terre de Kena‘ân sont exténuées
en face de la famine.

L’accaparement

14.     Iosseph récolte tout l’argent
trouvé en terre de Misraîm et en terre de Kena‘ân,
avec le ravitaillement dont ils se ravitaillent.
Iosseph fait venir l’argent à la maison de Pharaon.
15.     L’argent s’achève en terre de Misraîm et en terre de Kena‘ân.
Tout Misraîm vient vers Iosseph pour dire: « Offre-nous du pain.
Pourquoi mourrions-nous contre toi ? Oui, l’argent est fini ! »
16.     Iosseph dit: « Offrez vos cheptels,
et je vous en donnerai contre vos cheptels, si l’argent est fini ! »
17.     Ils font venir leurs cheptels à Iosseph.
Iosseph leur donne du pain, contre les chevaux, contre le cheptel d’ovins,
contre le cheptel de bovins et contre les ânes.
Il les dirige pour du pain contre tout leur cheptel cette année-là.
18.     Cette année s’achève.
Ils viennent à lui la deuxième année et lui disent:
« Nous n’occulterons rien à notre Adôn:
oui, l’argent s’est achevé, et le cheptel des bêtes est à mon Adôn.
Il ne nous reste, face à mon Adôn, que nos carcasses et notre glèbe.
19.     Pourquoi mourrions-nous sous tes yeux nous-mêmes
et même notre glèbe ?
Achète-nous, nous avec notre glèbe contre du pain.
Soyons, nous et notre glèbe, les serviteurs de Pharaon.
Mais donne la semence !
Vivons, ne mourons pas, la glèbe ne sera pas désolée. »
20.     Iosseph achète toute la glèbe de Misraîm pour Pharaon.
Oui, les Misrîm vendaient tout homme son champ,
car la famine se renforçait contre eux.
La terre est à Pharaon.
21.     Il fait passer le peuple, par villes,
d’une extrémité de la frontière de Misraîm à l’autre extrémité.
22.     Seule la glèbe des desservants il ne l’achète pas.
Oui, c’est la loi de Pharaon pour les desservants:
ils mangent leur part que leur avait donnée Pharaon.
Ainsi, ils ne vendirent pas leur glèbe.
23.     Iosseph dit au peuple:
« Voilà, je vous ai achetés aujourd’hui, avec votre glèbe pour Pharaon.
Hé ! À vous la semence: ensemencez la glèbe.
24.     Et ce sera aux récoltes, donnez le cinquième à Pharaon.
Les quatre mains seront pour vous, pour la semence du champ,
pour votre manger, pour qui est dans vos maisons,
et pour le manger de votre marmaille. »
25.     Ils disent: « Tu nous as vivifiés !
Nous trouverons grâce aux yeux de mon Adôn:
soyons les serviteurs de Pharaon. »
26.     Iosseph le met en loi pour la glèbe de Misraîm, jusqu’à ce jour:
à Pharaon le cinquième;
seule la glèbe des desservants n’est pas à Pharaon.
27.     Israël habite en terre de Misraîm, en terre de Goshèn,
ils se l’approprient, ils fructifient et se multiplient fort.

Il vit

28.     Ia‘acob vit en terre de Misraîm dix-sept ans.
Et ce sont les jours de Ia‘acob, les années de ses vies,
cent quarante-sept ans.
29.     Les jours d’Israël approchent de la mort.
Il crie vers son fils Iosseph et lui dit:
« Si j’ai donc trouvé grâce à tes yeux, mets donc ta main sous ma cuisse.
Fais-moi chérissement et vérité.
Tu ne m’enseveliras donc pas en Misraîm.
30.     Je me couche avec mes pères: porte-moi hors de Misraîm,
ensevelis-moi dans leur sépulture. »
Il dit: « Je ferai moi-même selon ta parole. »
31.     Il dit: « Jure-le-moi ! » Il le lui jure.
Israël se prosterne à la tête du lit.

Chapitre 48.

La bénédiction

1.     Et c’est après ces paroles, il dit à Iosseph:
« Voici, ton père est malade. »
Il prend ses deux fils avec lui, Menashè et Èphraîm.
2.     Il rapporte à Ia‘acob et dit: « Voici, ton fils Iosseph est venu à toi. »
Israël se renforce et s’assoit sur le lit.
3.     Ia‘acob dit à Iosseph: « Él Shadaï s’est fait voir à moi à Louz,
en terre de Kena‘ân, il m’a béni.
4.     Il me dit: ‹ Me voici, je te fais fructifier et te multiplie.
Je te donne pour assemblée des peuples, et je donne cette terre
à ta semence après toi, en propriété de pérennité. ›
5.     Maintenant, tes deux fils, à toi nés en terre de Misraîm
avant ma venue vers toi en Misraîm, ils sont à moi.
Èphraîm et Menashè, comme Reoubén et Shim‘ôn, sont à moi.
6.     Tes enfantements, ceux que tu as fait enfanter après eux, seront à toi.
Au nom de leurs frères, ils seront criés, avec leur possession.
7.     Moi, à ma venue de Padân, Rahél est morte sur moi, en terre de Kena‘ân,
sur la route, encore à bonne distance de terre, à l’entrée d’Èphrata.
Je l’ensevelis là, sur la route d’Èphrata ­ c’est Béit Lèhèm. »
8.     Israël voit les fils de Iosseph et dit: « Qui sont ceux-là ? »
9.     Iosseph dit à son père:
« Ce sont mes fils, qu’Elohîms m’a donnés en cela. »
Il dit: « Prends-les donc vers moi: je les bénis. »
10.     Les yeux d’Israël étaient alourdis de vieillesse: il ne pouvait voir.
Il les fait avancer vers lui, les baise et les étreint.
11.     Israël dit à Iosseph: « Voir tes faces, je ne l’avais pas requis !
Et voici: Elohîms m’a fait voir aussi ta semence. »
12.     Iosseph les sort de ses genoux:
il se prosterne à terre sur ses narines.
13.     Iosseph prend les deux, Èphraîm par sa droite, à la gauche d’Israël,
Menashè par sa gauche, à la droite d’Israël.
Il les fait avancer vers lui.
14.     Israël envoie sa droite, la place sur la tête d’Èphraîm,
lui, le puîné,
et sa gauche sur la tête de Menashè.
Il entrecroise ses mains: oui, Menashè était l’aîné.
15.     Il bénit Iosseph et dit:
« L’Elohîms en face de qui mes pères Abrahâm et Is’hac sont allés,
l’Elohîms est mon pâtre depuis que j’existe jusqu’à ce jour.
16.     Le messager qui me rachète de tout mal bénit les jeunes.
Mon nom sera crié sur eux, et le nom de mes pères, Abrahâm et Is’hac.
Ils poissonneront, multiples, au sein de la terre. »
17.     Iosseph voit que son père place sa main droite sur la tête d’Èphraîm.
C’est mal à ses yeux. Il pousse la main de son père,
pour l’écarter de la tête d’Èphraîm vers la tête de Menashè.
18.     Iosseph dit à son père: « Pas ainsi, mon père, oui, celui-là est l’aîné.
Mets ta main sur sa tête. »
19.     Son père refuse et dit: « Je savais, mon fils, je savais:
lui aussi sera un peuple, lui aussi grandira.
Cependant son petit frère grandira plus que lui.
Sa semence sera plénitude de nations. »
20.     Il les bénit en ce jour-là pour dire:
« En toi, Israël bénira pour dire:
‹ Elohîms te mettra comme Èphraîm et comme Menashè. › »
Il met Èphraîm avant Menashè.
21.     Israël dit à Iosseph: « Voici, moi-même je meurs.
Elohîms est avec vous.
Il vous fait retourner vers la terre de vos pères.
22.     Et moi je t’ai donné une épaule ­ Shekhèm ­ de plus qu’à tes frères,
que j’ai prise de la main de l’Emori, par mon épée, par mon arc. »

Chapitre 49.

Rajoutez-vous

1.     Ia‘acob crie vers ses fils et dit: « Rajoutez-vous !
Je vous rapporte qui vous criera dans l’après des jours.
2.     Groupez-vous ! Entendez, fils de Ia‘acob !
Entendez Israël votre père.
3.     Reoubén, toi, mon aîné, ma force, en-tête de ma virilité,
débordant à porter, débordant d’énergie.
4.     Impétueux comme les eaux, tu ne déborderas pas
car tu montas sur les couches de ton père:
tu profanas alors mon gîte, y montant.
5.     Shim‘ôn et Lévi: frères, récipients de violence, leurs engins !
6.     En leur tréfonds, tu ne viendras pas, mon être !
À leur assemblée tu ne t’uniras pas, ma gloire !
Oui, en leur narine, ils ont tué un homme,
par leur vouloir, ils ont castré un taureau.
7.     Honnie soit leur narine, oui, rude, et leur emportement, oui, dur.
Je les répartirai en Ia‘acob, je les disperserai en Israël !
8.     Iehouda, toi, tes frères te célébreront,
ta main sur la nuque de tes ennemis !
Les fils de ton père se prosterneront devant toi.
9.     Lionceau de lion, Iehouda,
de la lacération, mon fils, tu es monté, tu t’es agenouillé,
accroupi comme un lion, comme un félin. Qui le relèvera ?
10.     Le rameau ne s’écartera pas de Iehouda,
ni le sceptre d’entre ses pieds, jusqu’à ce que vienne Shilo.
À lui, l’obéissance des peuples !
11.     Liant à la vigne l’ânon, à la treille, le fils de son ânesse,
lavant au vin son vêtement, au sang des raisins, sa cape,
12.     les yeux cramoisis, plus que le vin,
les dents blanches, plus que le lait.
13.     Zebouloun demeurera au rivage des mers,
lui, au rivage des navires, sa cuisse contre Sidôn !
14.     Issaskhar, âne ossu, accroupi entre les parcs,
15.     il voit: le repos, quel bien, et la terre, quel agrément !
Il tend l’épaule pour porter: il est à corvée de serf.
16.     Dân jugera son peuple, comme l’un des rameaux d’Israël.
17.     Dân sera un serpent sur la route, une vipère sur la voie,
qui mord les talons du cheval: son cavalier tombe en arrière.
18.     J’espère ta salvation, IHVH-Adonaï !
19.     Gad, la troupe s’attroupera contre lui;
lui, il s’attroupera à leur talon.
20.     D’Ashér, son pain est crémeux, lui, il donnera les délices du roi.
21.     Naphtali, biche élancée, donneur de chevreuils harmonieux.
22.     Fils fruitant, Iosseph, fils fruitant sur l’oeil:
les filles défilent sur le muret.
23.     Ils le maîtrisent et tiraillent,
ils le détestent, les maîtres des flèches.
24.     Mais son arc demeure impétueux, ses bras, ses mains lestes
par les mains du meneur de Ia‘acob,
par le nom du pâtre, pierre d’Israël.
25.     Par l’Él de ton père, il t’aide, avec Shadaï, il te bénit.
Bénédictions des ciels d’en haut,
bénédictions de l’abîme accroupi en bas.
Bénédictions des seins et de la matrice !
26.     Les bénédictions de ton père
ont été plus puissantes que les bénédictions de mes géniteurs,
jusqu’à l’aspiration des collines de la pérennité,
elles seront sur la tête de Iosseph, sur l’occiput du nazir de ses frères.
27.     Biniamîn, loup qui lacère,
le matin, il mange la proie, le soir, il répartit le butin. »
28.     Tous ceux-là, les rameaux d’Israël, douze.
Voilà ce dont leur père leur avait parlé.
Il les bénit, chaque homme selon sa bénédiction. Il les bénit.

Le testament de Ia‘acob

29.     Il leur ordonne et leur dit: « Moi, je suis ajouté à mon peuple !
Ensevelissez-moi avec mes pères,
à la grotte qui est au champ d’‘Èphrôn, le Hiti,
30.     dans la grotte, au champ de Makhpéla,
en face de Mamré, en terre de Kena‘ân,
qu’Abrahâm avait achetée avec le champ d’‘Èphrôn, le Hiti,
pour propriété de sépulcre.
31.     Là, ils ensevelirent Abrahâm et Sara, sa femme.
Là, ils ensevelirent Is’hac et Ribca, sa femme.
Là, j’ai enseveli Léa.
32.     L’achat du champ et de la grotte qui s’y trouve fut fait aux Benéi Hét. »
33.     Ia‘acob achève de donner des ordres à ses fils.
Il rajoute ses pieds au lit et agonise.
Il est ajouté à ses peuples.

Chapitre 50.

Mort de Ia‘acob

1.     Iosseph tombe sur les faces de son père, pleure sur lui et le baise.
2.     Iosseph ordonne à ses serviteurs, les médecins, d’embaumer son père.
Les médecins embaument Israël.
3.     Se remplissent pour lui quarante jours:
oui, les jours des embaumements se remplissent ainsi.
Misraîm le pleure soixante-dix jours.
4.     Passent les jours de le pleurer.
Iosseph parle à la maison de Pharaon pour dire:
« Si j’ai donc trouvé grâce à vos yeux,
parlez donc aux oreilles de Pharaon pour dire:
5.     Mon père m’a fait jurer pour dire: ‹ Voici, moi-même je meurs.
Dans mon sépulcre que j’ai foré pour moi en terre de Kena‘ân,
tu m’enseveliras là. ›
Maintenant, je monterai donc: j’ensevelis mon père et je retourne. »
6.     Pharaon dit:
« Monte, ensevelis ton père comme il te l’a fait jurer. »
7.     Iosseph monte pour ensevelir son père.
Montent avec lui tous les serviteurs de Pharaon,
les anciens de sa maison, tous les anciens de la terre de Misraîm
8.     toute la maison de Iosseph, ses frères et la maison de son père.
Ils n’abandonnent en terre de Goshèn
que leur marmaille, leurs ovins, leurs bovins.
9.     Il monte avec lui des chars aussi, des cavaliers aussi.
Et c’est un camp très lourd.
10.     Ils viennent jusqu’à Gorèn-ha-Atad, qui est à la passe du Iardèn.
Là, ils se lamentent, une lamentation grande et très lourde.
Il fait pour son père un deuil de sept jours.

Ensevelissement

11.     L’habitant de la terre, le Kena‘ani, voit le deuil à Gorèn-ha-Atad.
Ils disent: « C’est un deuil lourd pour Misraîm. »
Ainsi, il a crié son nom: Èbèl Misraîm ­ Deuil de Misraîm ­
qui est à la passe du Iardèn.
12.     Ses fils lui font ainsi qu’il le leur avait ordonné.
13.     Ses fils le portent en terre de Kena‘ân.
Ils l’ensevelissent dans la grotte du champ de Makhpéla
qu’Abrahâm avait achetée avec le champ, pour propriété de sépulcre
d’‘Èphrôn le Hiti, en face de Mamré.
14.     Après l’ensevelissement de son père,
Iosseph retourne en Misraîm, lui, ses frères
et tous ceux qui étaient montés avec lui pour ensevelir son père.
15.     Les frères de Iosseph voient que leur père est mort.
Ils disent: « Si Iosseph se mettait à nous détester,
à nous retourner, en retour, tout le mal dont nous l’avons rétribué ? »
16.     Ils ordonnent à Iosseph pour dire:
« Ton père a ordonné, face à sa mort, pour dire:
17.     ‹ Vous direz ainsi à Iosseph: Holà, porte donc la carence de tes frères
et leur faute, car ils t’ont rétribué de malheur.
Maintenant, porte donc la carence
des serviteurs de l’Elohîms de ton père. › »
Iosseph pleure quand ils lui parlent.
18.     Ses frères vont aussi, ils tombent en face de lui, et disent:
« Nous voici à toi pour serviteurs. »
19.     Iosseph leur dit: « Ne frémissez pas !
Oui, suis-je à la place d’Elohîms, moi ?
20.     Vous aviez pensé contre moi un malheur. Elohîms l’a pensé en bien,
pour faire vivre en ce jour un peuple multiple.
21.     Et maintenant, ne frémissez pas:
moi-même, je vous entretiendrai, vous et votre marmaille. »
Il les réconforte et parle à leur coeur.

Mort de Iosseph

22.     Iosseph habite Misraîm, lui et la maison de son père.
Iosseph vit cent dix ans.
23.     Iosseph voit les fils d’Èphraîm pendant trois cycles.
Les fils de Makhir bèn Menashè
sont aussi enfantés sur les genoux de Iosseph.
24.     Iosseph dit à ses frères: « Moi-même, je meurs.
Elohîms vous sanctionnera, il vous sanctionnera:
il vous fera monter de cette terre
vers la terre qu’il a jurée à Abrahâm, à Is’hac, à Ia‘acob. »
25.     Iosseph fait jurer les Benéi Israël, pour dire:
« Elohîms vous sanctionnera, il vous sanctionnera:
faites monter mes os d’ici. »
26.     Iosseph, âgé de cent dix ans, meurt. Ils l’embaument.
Il est mis dans un coffre, en Misraîm.